France2.fr
   FORUM Forum Toute Une Histoire » Les internautes ont la parole »

Y a t'il des personnes dépendantes aux médicaments ??

 

10 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3  4
Page Précédente
Auteur Sujet :

Y a t'il des personnes dépendantes aux médicaments ??

n°614309
calycooper
Posté le 07-01-2011 à 20:33:52  profil
 

Je cherche des personnes accros et droguées aux médicaments

C'est une vraie drogue et je trouve qu'on oublie trop que c'est aussi mauvais que la cocaine

je prend des tonnes et tonnes de cachets divers : codéine, somniféres, anti dépresseurs etc etc etc

J'attend vos témoignages

doro

n°614313
katwoman4
Posté le 07-01-2011 à 20:45:58  profil
 

bonsoir, si vous le souhaitez, je peux vous orienter pour essayer de vous en sortir...
effectivement c'est une vraie drogue, le sevrage est long, soyez fort et patient......
j'attends de vous lire en privé.
bon courage

n°614326
ladyred
Posté le 07-01-2011 à 21:14:23  profil
 

Il ne faut pas mélanger drogues et médicaments je pense.Faut pas tout mélanger.Les antidépresseurs sont la pour soigner et stabiliser les angoisses,j'en prends,tous les jours meme si j'aurai du mal a m'en passer pour l'instant.Je ne considère pas ces antidépresseurs comme une drogue mais une aide.Tous les matins un antidépresseur,et un anxyolitique et le soir un anxyolitique.Si on ne m'avait pas prescrit ces médicaments,je serais six pieds sous terre.Alors des fois mieux vaut avoir recours à des médicaments que faire n'importe quoi et mettre sa vie en danger.Je sais de quoi je parle.

n°614330
ladyred
Posté le 07-01-2011 à 21:18:58  profil
 

Juste une demande.QU'est ce que la codéine calycooper,merci?TU prends des tas de cachets mais peut etre qu'ils t'aident aussi non?Des fois il faut pas négliger la médecine,la chimie.Je crois personnellement meme si je suis en dépression qu'on vit une bonne époque pour cela.la chimie a fait des progrès considérables,et ralentit l'evolution des maladies comme pour le sida par exemple,le cancer,mais stabilise aussi la dépression.Et je dis merci aux chercheurs et savants qui ont mis au point ces médicaments pour permettre a des milliers de gens de vivre mieux.ils ne sont pas guéris certes mais sont stabilisés.J'ai toujours admiré la médecine.

n°614337
Profil sup​primé
Posté le 07-01-2011 à 21:25:32  
 

J'ai vécu des moments de dépression mais je n'ai jamais voulu prendre de médicaments au prix de grandes souffrances parfois ..
j'ai toujours eu peur des médicaments.. et de la dépendance.. et de prendre le risque d'essayer..ce qui n'est pas forcément une bonne décision...

Message cité 1 fois
Message édité par Profil supprimé le 07-01-2011 à 21:26:27
n°614359
ladyred
Posté le 07-01-2011 à 22:01:18  profil
 

Il ne faut pas avoir peur des médicaments lisa.Ils peuvent rendre dépendants mais des fois on a pas d'autre choix,temporairement.Ils sont la pour calmer,comme le ferait un paracétamol pour la douleur de tete sauf que c'est plus long.Il y a des gens qui prennent des médicaments a vie,pour le coeur,la tension,etc...et ils n'ont pas le choix.Ou ils se soignent ou ils meurent.Quand on 'na pas le choix,faut accepter.Faut pas en avoir peur mais accepter cela comme une étape.Et puis si un antidépresseur convient pas,on peut en changer.

n°614360
ladyred
Posté le 07-01-2011 à 22:05:25  profil
 

Il faut des fois avoir l'humilité de se faire soigner,on est pas tout puissant,on peut pas tout controler.La maladie apprend cela,a renoncer a sa toute puissance,a l'orgueil de se passer des autres.Moi j'peux m'en sortir toute seule,ou sans médocs.Je suis assez forte." BEN non!parfois on est fragile,et il faut accepter de se faire aider,d'etre porté par les autres car on est que des etres humains et pas des dieux.

n°614364
Profil sup​primé
Posté le 07-01-2011 à 22:13:09  
 

ladyred a écrit :

Il faut des fois avoir l'humilité de se faire soigner,on est pas tout puissant,on peut pas tout controler.La maladie apprend cela,a renoncer a sa toute puissance,a l'orgueil de se passer des autres.Moi j'peux m'en sortir toute seule,ou sans médocs.Je suis assez forte." BEN non!parfois on est fragile,et il faut accepter de se faire aider,d'etre porté par les autres car on est que des etres humains et pas des dieux.




Moi je ne crois pas que je me sentais toute puissante ou orgueilleuse..
mais je craignais de devenir dépendante des médicaments..et de n'avoir qu'un ressenti artificiel..de ne pas chercher d'autres solutions.. moins faciles et automatiques ...le soir après le travail ..Ceci dit j'ai pris par périodes des somnifères mais toujours à moitié ou au quart..quand je ne dormais pas à trois heures du matin..je n'ai jamais suivi les prescriptions du médecin..

mais je me dis que maintenant j'accepterai plus facilement les médicaments si je me retrouvais dans une situation de stress..d angoisse..


Se faire porter par les autres oui.. je crois que certains soins (massage, yoga ) peuvent aider ..et les entretiens psy aussi...


Message édité par Profil supprimé le 07-01-2011 à 22:48:56
n°614366
teyss1
Posté le 07-01-2011 à 22:17:15  profil
 

je fais partie des dépendantes médicamenteuses

anti migraineux et anti angoisse

il y doit y avoir 2 ans, j'avais tout arrêté ;j'en avais marre de me droguer..

mais il fallait me rendre à l'évidence que j'ai besoin de ces béquilles pour me maintenir hors du trou

j'étais descendue très bas, fuir la vie, ne plus se lever, envie suicidaire

et bien tant pis, je me drogue.....

quand j'aurai trouvé un équilibre nerveux, je pense que je pourrai m'en passer mais pour l'instant, ce n'est pas le cas ; il faut que je garde la tête hors de l'eau pour suivivre


au travail, on me fait confiance, du moins la direction, c'est déjà une bonne chose, même si avec les collègues ce n'est pas vraiment ça

les amours, suis seule, pas vraiment prête pour une rencontre même si je la souhaiterais ; trop en attente de ce que je n'aurai pas certainement

n°614377
missg2
Posté le 07-01-2011 à 22:45:27  profil
 

J'avoue être dépendante au prontalgine. C'est cela la fameuse codéine qui fait partie des composants de cet anti-migraineux et douleurs diverses comme les règles par exemple. Plus efficace que le doliprane pour les maux de crâne quotidiens.

En revanche, ôtez-vous de la tête (pour celles qui en sont persuadées) que les anti-depresseurs rendent dépendant. Tous les docteurs affirment le contraire. d'ailleurs, j'en prends quand je traverse une trsè mauvaise passe (dès que je suis au chômage) mais j'arrête dès qu eje retoruve du boulot. Le seul truc: arrêter progressivement et jamis de sensation de manque. Et il y a des anti-dépresseurs plus forts que d'autres. Tout dépend de chaque cas.

Le truc qui peut rendre vraiment dépendant si on les prend régulièrement, ce sont les somnifères (les vrais, les forts, pas le donormil,) et les anxiolotiques.

n°614379
ladyred
Posté le 07-01-2011 à 22:50:33  profil
 

Oui teyss je considère les antidépresseurs également comme des béquilles.Un peu comme une vieille qui aurait besoin de ses béquilles pour marcher.mOI non plus je peux pas m'en passer pour l'instant.Ils sont vitaux et m'ont permis de ne pas plonger plus bas.Même si ils ne suffisent pas a eux seuls pour l'équilibre.j'ai conscience aussi qu'il faut que je reprenne des activités,que je fasse des choses pour moi,que je m'occupe davantage de moi.De mon bien etre.BOnne soirée et bon courage.

n°614384
teyss1
Posté le 07-01-2011 à 23:00:58  profil
 

là, je me suis retrouvée des anti dépresseurs suite à ma fin 2010 très éprouvante et pour le travail il me fallait me retrouver

si depuis ce 1er janvier, une collègue de plus ne me dit qu'à peine bonjour ; j'en ai regagné une avec qui je rigolais bien... et on redéconne ensemble

cette semaine, j'ai fait de la casse de vaisselle et au final, aujourd'hui, je me casse la figure.... on verra demain les conséquences physiques ; j'ai une douleur lencinante


cet antidepresseur m'a été prescrit je ne sais plus quand, je l'avais arrêté ; j'ai pris un cachet entier durant une bonne semaine et actuellement, je n'en prends qu'une moitié pour pouvoir arrêter plus facilement

n°614390
missg2
Posté le 07-01-2011 à 23:19:03  profil
 



En quoi cela se remarquerait-il? Tu ne vas pas te réveiller au bout de 15 jours (c'est le temps que prend l'effet de la première prise d'antidépresseur) avec un sourire jusqu'aux oreilles et une pêche d'enfer que tout le monde va noter. lol:{}  Tu seras juste un peu plus sereine dans ta tête, moins angoissée. Enfin, tout dépend du type d'antidépresseur dont a besoin la personne. Moi j'en prends contre l'angoisse. D'autres en prennent pour se détendre et se reposer. Se remettre d'un choc comme le deuil par exemple.

En même temps, ce n'est pas miraculeux. Il y a aussi un travail à faire soi-même dans sa tête. Si on n'est pas battant au départ, prendre des anti-dépresseurs ne restera qu'une béquille. Maintenant, j'en suis à un demi. Le jour où je retrouverai un boulot, je sais que j'arrêterai. Je le sais d'expérience, de vécu.

Quand j'ai eu un travail qui a duré trois ans, je ne prenais rien. Idem pour le dernier qui a duré plus de deux ans. Ma plus grande peur (après lamort de l'homme que j'aime), ma phobie, c'est le chômage. Il peut me détruire le moral.


Message édité par missg2 le 07-01-2011 à 23:20:02
n°614392
teyss1
Posté le 07-01-2011 à 23:24:39  profil
 

certaines collègues se disaient entre elles que j'avais sans doute des problèmes personnels....

mais non, pas spécialement, a part cassé 2 voitures en 15 jours mais bon, pas de chance, le verglas et un sanglier, on y fait quoi ????? laisser faire....

mais le seul problème que j'aie c'est avec elles, ces feignasses !!!!


qu'on voit que je prenne des médocs, tant pis, on doit être nombreu(x)ses !!! et puis je préfère être a peu près bien dans ma peau.... que mal et agressive, à vouloir fuir, meme au travail, les autres

j'ai même arreté mon traitement de méno ; déjà que j'en prenais qu'un seul depuis de nombreux mois ; là, j'en prends plus du tout.... marre.....

n°614414
katwoman4
Posté le 08-01-2011 à 07:53:36  profil
 

je pense que calycooper a un une réelle souffrance de dépendance..psychologique avant qu'elle soit médicamenteuse..
un traitement long lui a donné inconsciemment une accoutumance psychologique, du coup elle ne se sent pas de ne pas vivre sans, ça devient un geste pulsionnel de prendre des médicaments, c'est sans doute pour ça qu'elle parle de drogue.. tout simplement parce qu'elle ne se rend pas vraiment compte , après la prise de médicament elle s'en veut d'avoir prit trop de médicaments sans forcément en avoir eu besoin...
c'est effectivement une accoutumance mais "psychologique" il suffit de voir un psy pour commencer un sevrage...
j'espère que calycooper pourra me dire si je me trompe ds ce que j'ai pû comprendre..
arkangella, je ne pense pas qu'elle veuille profiter de la sécu, c'est avant tout un mal être de se sentir prisonnière de médicaments quels qu'ils soient....
j'ai soignée des patientes dépendantes de médicaments et ou il n'y avait pas forcément de dépendance ...

n°614418
Profil sup​primé
Posté le 08-01-2011 à 08:11:01  
 

Lilmasters fait une réflexion judicieuse ... car ici, on parle de dépendance : la dépendance, ce n'est pas de prendre des médocs à vie (je prends pour ma part des bêtabloquants contre l'hypertension : je ne serai jamais dépendante), c'est d'avoir un manque physique ou psychologique si l'on n'en prend pas ...

Les anti-dépresseurs d'aujourd'hui, pour la plupart, n'induisent pas de dépendance ... contrairement aux anxiolytiques ... mais effectivement, on peut avoir peur de lâcher "la béquille", est-ce vraiment de la dépendance que la peur ? je ne sais pas, disons que la peur peut induire une dépendance ...

Pour ma part, j'ai pris des anti-dépresseurs lors de ma dépression, mais j'ai lâché très vite les anxiolytiques ... quand les angoisses sont revenues en force, j'ai dû reprendre les anti-dépresseurs que j'avais réussi à laisser tomber ... et ça me fait bien chier,  mais si je veux pouvoir vivre à peu près normalement, je dois les prendre ... de même que, ces dernières semaines, quand la crise d'angoisse pointe, je m'autorise un cachet d'anxio le soir mais il faut vraiment que j'aille mal pour le faire ... jusqu'à ce jour, j'ai pris trois cachets seulement ...

Quant aux somnifères, malgré mes difficultés de sommeil (et ça, depuis que je suis adolescente), je n'en ai jamais pris ... même si j'y pense parfois tellement j'en ai marre ... mais je ne veux pas entrer dans un système où les médocs ponctueront ma vie ... Comme Teyss, dès que mes angoisses seront chassées, j'arrête les anti-dépresseurs ... et j'aimerais bien que ce soit le plus tôt possible car j'en ai ras-le-bol !! fou:{}

j'aime pô les médocs !  cry:{}

n°614425
anne2006
Posté le 08-01-2011 à 10:41:04  profil
 

Il y a une part d'éducation : perso j'ai été élevée à ne pas aller chez le médecin pour un petit rhume... donc je n'ai pas ce réflexe de prendre un medoc.
Il y a aussi une grande part d'angoisse : le médicament parait la seule solution à une angoisse qu'on croit momentanée, mais qui est plus profonde...
Il y a beaucoup d'autres solutions ! en ce moment je suis stressée, crevée, sans doute à cause de l'anniversaire du décès de ma mère... je compte prendre rendez-vous chez un médecin pour une bonne séance d'acupuncture, la dernière que j'ai faite chez elle était absolument super et efficace !
Autre solution : voir un psy pour parler de ce qui angoisse... ça fait un bien fou de pouvoir s'exprimer en toute liberté, sans jugement, en toute neutralité ! dans tous les cas, quand l'écheveau est un peu trop emmelé dans la tête, il faut prendre le problème par un bout, et ne pas fuir en s'endormant (Prozac et cie...), et les médecins ne sont pas toujours les mieux placés pour s'occuper de préoccupations plus psychologiques que physiques.

n°614430
Profil sup​primé
Posté le 08-01-2011 à 10:54:28  
 

anne2006 a écrit :

Il y a une part d'éducation : perso j'ai été élevée à ne pas aller chez le médecin pour un petit rhume... donc je n'ai pas ce réflexe de prendre un medoc.
Il y a aussi une grande part d'angoisse : le médicament parait la seule solution à une angoisse qu'on croit momentanée, mais qui est plus profonde...
Il y a beaucoup d'autres solutions ! en ce moment je suis stressée, crevée, sans doute à cause de l'anniversaire du décès de ma mère... je compte prendre rendez-vous chez un médecin pour une bonne séance d'acupuncture, la dernière que j'ai faite chez elle était absolument super et efficace !
Autre solution : voir un psy pour parler de ce qui angoisse... ça fait un bien fou de pouvoir s'exprimer en toute liberté, sans jugement, en toute neutralité ! dans tous les cas, quand l'écheveau est un peu trop emmelé dans la tête, il faut prendre le problème par un bout, et ne pas fuir en s'endormant (Prozac et cie...), et les médecins ne sont pas toujours les mieux placés pour s'occuper de préoccupations plus psychologiques que physiques.



pour ma part, ça fait quelques années que je vais voir psy et thérapeute et que les angoisses sont toujours là ... j'ai l'impression de tourner autour du pot mais de ne pas mettre le doigt pile poil sur le machin qui m'emmerde ... ma thérapeute me dit que c'est long ... je confirme : c'est long !  lehameaudelamer:6

n°614437
missg2
Posté le 08-01-2011 à 11:26:12  profil
 

anne2006 a écrit :

Il y a une part d'éducation : perso j'ai été élevée à ne pas aller chez le médecin pour un petit rhume... donc je n'ai pas ce réflexe de prendre un medoc.
Il y a aussi une grande part d'angoisse : le médicament parait la seule solution à une angoisse qu'on croit momentanée, mais qui est plus profonde...
Il y a beaucoup d'autres solutions ! en ce moment je suis stressée, crevée, sans doute à cause de l'anniversaire du décès de ma mère... je compte prendre rendez-vous chez un médecin pour une bonne séance d'acupuncture, la dernière que j'ai faite chez elle était absolument super et efficace !
Autre solution : voir un psy pour parler de ce qui angoisse... ça fait un bien fou de pouvoir s'exprimer en toute liberté, sans jugement, en toute neutralité ! dans tous les cas, quand l'écheveau est un peu trop emmelé dans la tête, il faut prendre le problème par un bout, et ne pas fuir en s'endormant (Prozac et cie...), et les médecins ne sont pas toujours les mieux placés pour s'occuper de préoccupations plus psychologiques que physiques.



Une part d'éducation? Bin pas pour moi en tout cas! Jamais mes parents, ni moi par la suite, ne vais chez le docteur au moindre petit bobo. Ni même aux bobos moyens d'ailleurs. J'attend de voir si ça passe ou non.

Pour le reste je suis d'accord. Encore faut-il avoir le bon psy et aussi la motivation pour faire ressortir tout ce qui est en nous depuis l'enfance (et de ce que j'entend autour de moi, ça brasse pas mal la tête, on est vidé!) Ca fait peur quelque part. sweat:{}

L'acupuncture? Si t'as des sous tant mieux! A moins que ça ne soit remboursé....

Sinon, petite question par rapport à ce mot "dépendance psychologique": puis-je alors dire que je suis dépendante au prontalgine puisque j'en prends tous les jours et que mes maux de crâne sont réels, non psychologiques? :??:

n°614439
Profil sup​primé
Posté le 08-01-2011 à 11:34:54  
 

missg2 a écrit :



Une part d'éducation? Bin pas pour moi en tout cas! Jamais mes parents, ni moi par la suite, ne vais chez le docteur au moindre petit bobo. Ni même aux bobos moyens d'ailleurs. J'attend de voir si ça passe ou non.

Pour le reste je suis d'accord. Encore faut-il avoir le bon psy et aussi la motivation pour faire ressortir tout ce qui est en nous depuis l'enfance (et de ce que j'entend autour de moi, ça brasse pas mal la tête, on est vidé!) Ca fait peur quelque part. sweat:{}

L'acupuncture? Si t'as des sous tant mieux! A moins que ça ne soit remboursé....

Sinon, petite question par rapport à ce mot "dépendance psychologique": puis-je alors dire que je suis dépendante au prontalgine puisque j'en prends tous les jours et que mes maux de crâne sont réels, non psychologiques? :??:



tu connais la psychosomatisation ? ça veut dire que, bien que tes maux de crâne soient réels, ils peuvent être d'origine psychologique ...

Que l'origine soit psychologique ne signifie nullement que l'on ne souffre pas physiquement ... ange:{}

n°614451
katwoman4
Posté le 08-01-2011 à 12:22:49  profil
 

merci lehamaudelamer.... c'est un sujet bien vaste..."la dépendance"
on peut être dépendant d'une personne, un outil, d'un médicament, d'argent, enfin de beaucoup de chose.....
maintenant c'est aussi une question d'éducation , c'est à dire que le problème de la dépendance est  plus profond  qu'on puisse l'imaginer.....

n°614465
missg2
Posté le 08-01-2011 à 12:52:32  profil
 



Exact! Je remarque que lorsque je suis très active, que j'ai du boulot et que ma tête est bien occupée par quelque chose, je ne pense pas à mes maux de tête. Et combien de fois ça m'est arrivé de constater, des heures après que "tiens, j'ai pas pris de cachet aujourd'hui"! :??:

Par exemple, les préparatifs de Noêl dans ma belle-famille ont réduit de moitié ma consommation de cachets! Comme quoi effectivement, c'est bien également psychosomatique.

Et il faut savoir que la codéine contenue dans le prontalgine (ce que n'a pas le doliprane) est aussi un booster d'énergie! Quand on est las de tout, psychologiquement, on est fatigué et cela se ressent physiquement. Je remarque que lorsque je prend deux prontalgine pour libérer mon mal de crâne, cela entraîne une autre action: celle de me réveiller. Je sais bien que c'est mauvais mais pour l'heure, c'est la seule solution que j'ai trouvée pour ne pas rester au fond du lit ou à traîner des pieds chez moi. :(

n°614472
Profil sup​primé
Posté le 08-01-2011 à 12:56:02  
 

missg2 a écrit :



Exact! Je remarque que lorsque je suis très active, que j'ai du boulot et que ma tête est bien occupée par quelque chose, je ne pense pas à mes maux de tête. Et combien de fois ça m'est arrivé de constater, des heures après que "tiens, j'ai pas pris de cachet aujourd'hui"! :??:

Par exemple, les préparatifs de Noêl dans ma belle-famille ont réduit de moitié ma consommation de cachets! Comme quoi effectivement, c'est bien également psychosomatique.

Et il faut savoir que la codéine contenue dans le prontalgine (ce que n'a pas le doliprane) est aussi un booster d'énergie! Quand on est las de tout, psychologiquement, on est fatigué et cela se ressent physiquement. Je remarque que lorsque je prend deux prontalgine pour libérer mon mal de crâne, cela entraîne une autre action: celle de me réveiller. Je sais bien que c'est mauvais mais pour l'heure, c'est la seule solution que j'ai trouvée pour ne pas rester au fond du lit ou à traîner des pieds chez moi. :(



ben moi c'est plutot le contraire, j'ai tendance a pas en prendre! hier soir j'avais mal a la tête, mon homme m'a dit "prend un cachet" ben non j'ai pas voulu! lui a trouvé ca ridicule mais une bonne nuit de sommeil et ce matin tout va bien:!!

n°614475
ladyred
Posté le 08-01-2011 à 13:07:51  profil
 

Anne vous pouvez vous passer de médocs,tant mieux!mais ne généralisez pas en disant que les médecins en prescrivent trop facilement.Des fois il n'y a pas le choix.Vous vous pouvez vous en passer,mais c'est vous pas les autres.Chacun réagit différemment et puis la dépression est plus qu'un simple bobo.L'acupuncture vous fait du bien,tant mieux mais elle 'nest pas efficace pour tout le monde.Et quand on va très mal parler ne suffit pas toujours.On ne FUIT PAS LES PROBLEMES PAR LES MEDICAMENTS.On veut moins souffrir c'est tout!c'est comme si vous avez une rage de dents,ne prendrez vous pas un médicament pour essayer de la soulager?Les médicaments sont dans certains cas INDISPENSABLES pour un temps.Vous généralisez et parlez de votre histoire a vous,mais il faut essayer de se mettre a la place des autres,des gens en dépression grave qui n'ont pas d'autre choix que le traitement médicamenteux.La dépression n'est pas qu'une question de volonté ou "quand on veut on peut"comme le dit le dicton!non.Tout n'est pas affaire de volonté.Et puis il y a  beaucoup d'autres solutions peut etre,mais a chacun de trouver ce qui lui convient et le stabilise.Vous n'etes peut etre pas en dépression sévère mais j'en ai connu une et les médicaments meme si j'en ai parfois ras le bol,me semblent pour l'instant nécessaires tant que je ne serais pas mieux dans ma tete et dans mon corps surtout.Il y abien des gens qui en prennent a vie,et qui seront obligés d'en prendre a vie.ils ne se posent pas la question car ils 'nont pas le choix.S'ils n'en prennent pas ils meurent.Alors que proposez vous?Tout le monde n'a pas les memes réactions a la souffrance et la même sensibilité.Ni les mêmes forces,meme si on peut devenir plus fort avec le temps.

n°614477
Profil sup​primé
Posté le 08-01-2011 à 13:25:51  
 

katwoman4 a écrit :

merci lehamaudelamer.... c'est un sujet bien vaste..."la dépendance"
on peut être dépendant d'une personne, un outil, d'un médicament, d'argent, enfin de beaucoup de chose.....
maintenant c'est aussi une question d'éducation , c'est à dire que le problème de la dépendance est  plus profond  qu'on puisse l'imaginer.....




en effet, on peut être dépendant à beaucoup de choses ... derrière la dépendance se cache un problème de manque ... manque d'amour, d'affection, d'attention ... il suffit que quelque chose ou quelqu'un nous donne ne serait-ce que l'illusion d'en recevoir, ou un ersatz, ou un substitut, et on en devient dépendant ... je parle, là, de la dépendance psychologique, évidemment ... pas de la dépendance physique qui est un phénomène physiologique ...

n°614478
Profil sup​primé
Posté le 08-01-2011 à 13:26:35  
 

missg2 a écrit :



Exact! Je remarque que lorsque je suis très active, que j'ai du boulot et que ma tête est bien occupée par quelque chose, je ne pense pas à mes maux de tête. Et combien de fois ça m'est arrivé de constater, des heures après que "tiens, j'ai pas pris de cachet aujourd'hui"! :??:

Par exemple, les préparatifs de Noêl dans ma belle-famille ont réduit de moitié ma consommation de cachets! Comme quoi effectivement, c'est bien également psychosomatique.

Et il faut savoir que la codéine contenue dans le prontalgine (ce que n'a pas le doliprane) est aussi un booster d'énergie! Quand on est las de tout, psychologiquement, on est fatigué et cela se ressent physiquement. Je remarque que lorsque je prend deux prontalgine pour libérer mon mal de crâne, cela entraîne une autre action: celle de me réveiller. Je sais bien que c'est mauvais mais pour l'heure, c'est la seule solution que j'ai trouvée pour ne pas rester au fond du lit ou à traîner des pieds chez moi. :(




Et si tu consultais plutôt un thérapeute au lieu de te prendre des médocs (qui ne règlent pas pour autant ce qui se cache derrière ton mal de crâne !) ? ...  ange:{}


Message édité par Profil supprimé le 08-01-2011 à 13:27:36
n°614479
Profil sup​primé
Posté le 08-01-2011 à 13:29:11  
 

missg2 a écrit :



Une part d'éducation? Bin pas pour moi en tout cas! Jamais mes parents, ni moi par la suite, ne vais chez le docteur au moindre petit bobo. Ni même aux bobos moyens d'ailleurs. J'attend de voir si ça passe ou non.

 



Tu dis la même chose que Anne ...  ange:{}  tu fais comme tes parents ...  :D

Ceci dit, moi, c'est le contraire : j'ai une mère accro aux médocs ... c'est peut-être ça qui m'en a dégoûtée !  :D

n°614484
missg2
Posté le 08-01-2011 à 14:18:01  profil
 



Ah oui tiens, merde! Piégée! kaola:{}  lol:{}

Moi, je ne voyais que le sens où les parents allaient chez le docteur Bobo au moindre prétexte et pas l'inverse. ;) Pourtant, c'est pareil. :p

Pas encore prête pour le thérapeute. sweat:{}  En même temps, je ne suis accro qu'aux médocs contre les maux de crâne. C'est pas si dramatique, je veux dire, si on en reste au sujet de départ bien sûr. :)  

n°614489
ladyred
Posté le 08-01-2011 à 14:52:01  profil
 

Qui vous permet de nous juger,paris toutpourri?En plus votre pseudo n'est guère envieux non plus.Paris Ctoutpourri,y a mieux pour se présenter quand meme.On est dépendante au médocs ben oui,mais moi je préfère etre dépendante aux médicaments,antidépresseurs qu'a la connerie.La maladie on en guérit,la connerie elle est incurable.Salut!

n°614491
anne2006
Posté le 08-01-2011 à 15:02:58  profil
 

que de réactions ! tant mieux, ça enrichit la discussion...
Je ne suis pas contre les médicaments d'office, loin de là ! je sais que certains doivent en prendre, à vie éventuellement, pour de vrais problèmes de santé. J'ai cette chance d'être en bonne santé...
Maintenant les réponses diverses :
Pour l'acupuncture, je vais chez une généraliste qui utilise cette technique, et c'est remboursé. J'ai été très satisfaite des effets la dernière fois, et je pense rempiler.
Le thérapeute, à condition d'en trouver un bon, et pas un qui fait trainer, c'est une très bonne solution, pour qui a envie de régler ses difficultés sans avoir peur de les voir en face. Encore faut-il être prêt, effectivement, pour franchir la porte du psy...
J'ai été migraineuse pendant des années, et j'ai tout pris, de A comme Aspirine à Z comme Zomig... régulièrement, une fois par semaine, migraine; mais aucun médicament n'y a vraiment rien fait, ou alors il fallait changer de médicament pour ne pas s'accoutumer. Tout ça s'est calmé avec la ménopause (c'était d'origine circulatoire, ou parfois du stress avec mon boulot).
:)

n°614496
Profil sup​primé
Posté le 08-01-2011 à 15:17:30  
 

calycooper a écrit :

Je cherche des personnes accros et droguées aux médicaments

C'est une vraie drogue et je trouve qu'on oublie trop que c'est aussi mauvais que la cocaine
je prend des tonnes et tonnes de cachets divers : codéine, somniféres, anti dépresseurs etc etc etc

J'attend vos témoignages

doro


mauvais...dans le sens (dépendance) bien sur je partage ton avis

une fois encore il y a ceux qui sont obligés de prendre une médication afin de pouvoir vivre à peu pret normalement......vu qu'ils ont une pathologie lourde.....

et ya les autres........ :D

n°614497
Profil sup​primé
Posté le 08-01-2011 à 15:19:33  
 

ladyred a écrit :

Il ne faut pas mélanger drogues et médicaments je pense.Faut pas tout mélanger.Les antidépresseurs sont la pour soigner et stabiliser les angoisses,j'en prends,tous les jours meme si j'aurai du mal a m'en passer pour l'instant.Je ne considère pas ces antidépresseurs comme une drogue mais une aide.Tous les matins un antidépresseur,et un anxyolitique et le soir un anxyolitique.Si on ne m'avait pas prescrit ces médicaments,je serais six pieds sous terre.Alors des fois mieux vaut avoir recours à des médicaments que faire n'importe quoi et mettre sa vie en danger.Je sais de quoi je parle.


ya pas que les anxyos comme médicaments il y a aussi tous les autres la panoplie est vaste......

n°614498
Profil sup​primé
Posté le 08-01-2011 à 15:22:49  
 

teyss1 a écrit :

je fais partie des dépendantes médicamenteuses

anti migraineux et anti angoisse

il y doit y avoir 2 ans, j'avais tout arrêté ;j'en avais marre de me droguer..

mais il fallait me rendre à l'évidence que j'ai besoin de ces béquilles pour me maintenir hors du trou

j'étais descendue très bas, fuir la vie, ne plus se lever, envie suicidaire

et bien tant pis, je me drogue.....

quand j'aurai trouvé un équilibre nerveux, je pense que je pourrai m'en passer mais pour l'instant, ce n'est pas le cas ; il faut que je garde la tête hors de l'eau pour suivivre


au travail, on me fait confiance, du moins la direction, c'est déjà une bonne chose, même si avec les collègues ce n'est pas vraiment ça

les amours, suis seule, pas vraiment prête pour une rencontre même si je la souhaiterais ; trop en attente de ce que je n'aurai pas certainement



tu sais il suffit d'une rencontre (pas forcément sexe) mais amicale une amitié qui se développe harmonieusement pour que tu laisses tes béquilles au placard....je te le souhaite très fort. :)

n°614503
Profil sup​primé
Posté le 08-01-2011 à 15:42:54  
 

Arkangella a écrit :


tu devrais expliquer à celles qui ne te connaissent pas ,que les médocs ne sont qu'une suite logique de ce que tu prenais avant...on n'est pas sevrée quand on remplace son produit par d'autres !la "codéine" en est la preuve.tu es en train de tout mélanger!
on pourrait croire que tu veux parler de celles et ceux qui deviennent dépendants aux anxiolytiques,antidépresseurs et autres hypnotiques qui leur ont été prescrits par un médecin au départ,parce qu'ils n'allaient pas bien.et non pas des personnes qui comme tu le fais ,les utilisent comme produit de substitution à d'autres substances qui ne sont ni prescrites,ni remboursées!et c'est bien entendu dans ce cas précis,la sec soc qui te rembourse ton produit.c'est génial,que demande le peuple ? fou:{}



ben walaaaaaaaaaaaaa ........on comprend mieux..vive le trou de la sécu...
merci de ces éclairages cher arkange :D

ceci étant dit il y a aussi ceux qui seront toujours accro à quelque chose
sans aucune volonté ...(et oui la volonté ça existe...).pour stopper
accro à un mec
à la cigarette
etc...etc...

n°614510
Profil sup​primé
Posté le 08-01-2011 à 16:09:30  
 

missg2 a écrit :



Ah oui tiens, merde! Piégée! kaola:{}  lol:{}

Moi, je ne voyais que le sens où les parents allaient chez le docteur Bobo au moindre prétexte et pas l'inverse. ;) Pourtant, c'est pareil. :p

Pas encore prête pour le thérapeute. sweat:{}  En même temps, je ne suis accro qu'aux médocs contre les maux de crâne. C'est pas si dramatique, je veux dire, si on en reste au sujet de départ bien sûr. :)  



ouais, si on veut ...  ange:{}

n°614513
Profil sup​primé
Posté le 08-01-2011 à 16:11:14  
 



ça, ça m'étonnerait ... ou alors, c'est l'amitié qui fait la béquille et dès qu'il y a un couac, pouf, on retombe ... ange:{}

n°614514
missg2
Posté le 08-01-2011 à 16:13:23  profil
 

Que celui ou celle qui n'est pas accro à quelque chose jette la première pierre! Une amie, un mec, une série télé, un jeu, du shopping, son chien, son boulot, ses tripes à la mode de Caen (beurk pour moi), ses chocolats.... lol:{}

n°614515
Profil sup​primé
Posté le 08-01-2011 à 16:16:19  
 



Ce n'est pas forcément la volonté qui est en cause, mais de comprendre à quoi ça tient (= à quoi ça nous renvoie) ...

n°614516
Profil sup​primé
Posté le 08-01-2011 à 16:16:57  
 

missg2 a écrit :

Que celui ou celle qui n'est pas accro à quelque chose jette la première pierre! Une amie, un mec, une série télé, un jeu, du shopping, son chien, son boulot, ses tripes à la mode de Caen (beurk pour moi), ses chocolats.... lol:{}



moi c'est le miel ... peux pu m'en passer le matin ...  ange:{}

n°614520
missg2
Posté le 08-01-2011 à 16:21:23  profil
 


 Bé écoute, oui! Il y a pire que moi en la matière. Je ne fume pas, ne bois pas, ne fais pas d'orgie alimentaire, ni anorexique, ni boulimique... Pas à prendre une panoplie de médocs comme beaucoup autour de moi. Je suis juste imparfaite, comme beaucoup. J'ai dernièrement fait des analyses de sang, elles sont nickel. Fait des radios de ventre (estomac foie intestin...) tout parfait. Mes douleurs ( ce fut le cas du ventre et du pied) sont effectivement d'ordre psychologique et c'est le corps qui parle, comme le zona. Mais l'intérieur du corps va bien, du moins avec les dernières analyses faites. J'aurais pensé qu'on aurait trouvé un truc louche au niveau du ventre mais rien. :??:

C'est le cerveau qu'il faut changer.... lol:{}

 Page :   1  2  3  4
Page Précédente

Aller à :
   FORUM Forum Toute Une Histoire » Les internautes ont la parole »

Y a t'il des personnes dépendantes aux médicaments ??