France2.fr
   FORUM Forum Toute Une Histoire » Les internautes ont la parole »

MA PSYCHANALYSE EST TERMINEE QUE SE PASSE- T'IL APRES

 

1 utilisateur anonyme et 14 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

MA PSYCHANALYSE EST TERMINEE QUE SE PASSE- T'IL APRES

n°147300
zahira
Posté le 26-09-2008 à 11:32:40  profil
 

Il serait intéressant d'avoir une émission sur l'après analyse, ou thérapie analytique, ou toute autre travail sur soi.
La fin étant  qu'on ressent que c'est fini et on peut prendre son envol.
En effet, c'est la question principale que l'on se pose souvent: Qu'est-ce que cela apporte? Peut-on radicalment transformer les choses? Cela change t'il sa vie?
Il y a hélas très peu d'ouvrages sur le sujet, pourtant cela encouragerait tellement de personnes d'avoir des témoignages vivants de l'après analyse.
Cela a t'il  fait changé la vie du celibataire endurci, des relations amoureuses douleureuses, de frustration de réalisation, de vie de couple plate, triste? Des difficultés avec ces enfants, sa hierarchie? Difficultés relationnelles?
Ou incapacité à ressentir des émotions?
Oui comment est-on après, 3ans , 5 ans après la fin d'un travail sur soi? Le travail continue-til en soi? Où la porte est fermée.
La thérapie peut-elle  apporter le miracle du changement de vie? Certes les thérapeutes en parlent, mais nombreux n'ont pas eux-mêmes une vie sereine. Oui des analysants qui témoignent de ce que cela a apporté dans leur vie.
Le bonheur simple sans questionnement et tourment hormis les aléas normaux de la vie.
Peut-être ce sujet a été traité, cela me fearit plaisir d'avoir les références de l'émission. L'efficacité par la preuve vivante.

n°147312
Profil sup​primé
Posté le 26-09-2008 à 12:10:06  
 

En ce qui me concerne , il n y a pas d'après ... Je m'explique !

Une fois que la personne bloquée dans des situations difficiles voire handicapantes pour elle, arrive à retrouver suffisamment de confiance en elle pour avancer dans la vie et prendre son envol, il y aura toujours des "récidives" , il suffit d'une perte d'emploi, d'une relation amoureuse qui se passe mal, une rupture, un deuil  etc... pour qu'elle "rechute" en quelque sorte ! Certes , elle va pas souffrir comme avant son analyse, elle arrivera peut-être à dépasser la difficulté toute seule , mais il arrive parfois que la pression soit tellement grande qu'elle se retrouve de nouveau "bloquée";
D'où la necessité de reconsulter pour éviter d'en arriver jusqu'à la souffrance insupportable !
L'avantage de l'analyse c'est que la personne commence à mieux se connaître, reconnaître ses signes , être à l'écoute des autres et d'elle-même pour ne plus retomber dans "les mêmes pièges" etc...

L'analyse ne change pas fondamentalement la personnalité mais la personne arrive à vivre avec et à être plus à l'écoute des autres et accepter qu'ils sont ce qu'ils sont ! sans que ça lui renvoie une image négative d'elle-même !

C'est mon avis perso !

A moins que par miracle , tous les désirs de la personne sont satisfaits (la situation qu'elle a idéalisée) se réalise et qu'elle vive le bonheur TOTAL; mais ça j'y crois pas trop !

La vie est loin d'être un long fleuve tranquille !

En être persuadé et être prêt à se battre et à trouver l'énergie pour avancer c'est une analyse qui a porté ses fruits ! Mais je ne crois pas que c'est pour la ... suite de la vie ...
Le monde est en perpétuelle évolution et l'être humain est en perpétuelle adaptation !
 hello:{}

n°147367
zahira
Posté le 26-09-2008 à 15:06:46  profil
 

Merci pour votre témoignage, j'aimerais bien en avoir d'autres.
Pour moi, le miracle s'est accompli, j'ai pu réaliser un rêve inimaginable, vivre le grand amour au quotidien. Je n'avais manqué d'hommes, ni de prétendants, j'ai accompli tout ce qu'une femme devait accomplir, le couple, le mariage, l'enfant, la carrière. Mais j'avais un sentiment d'insatisfaction et de frustration permanente. Das amours en absence, une solitude chronique. Bien sûr que la thérapie a révélé les origines du problème, on peut se dire c'est bon j'accepte. Non on peut avoir mieux, on peut recevoir ce que toute une vie n'a pas offert, cela s'appelle la résilience. L'amour véritable et non de séduction peut tout réparer, bien sûr que vivre l'amour tant recherché n'est pas chose simple. A un certain âge chacun a un passé avec des enfants et il faut réussir toutes les combinaisons. L'amour est une évidence mais le rencontrer procède d'un travail intérieur. Le travail analytique c'est comme aller astiquer un grenier plein de poussières et d'araignées et toutes sortes de fantômes les siens et ceux de ses ascendants. Quand ce grenier est propre le soleil brille à nouveau, et on continue le travail en astiquant délicatement d'autres infimes parties. La relation à soi est la plus longue histoire à découvrir, c'est le plus beau voyage. Il y a certes cette phase d'acceptation, mais c'est une phase de résignation, elle panse les blessures mais elle ne supprime pas les cicatrices, on peut aller plus loin. Tout peut-être changé, tout la vie ne se joue pas à l'équation de départ. On peut bouger tous les ingrédients. J'aimerais pouvoir en parler avec vous et d'autres analysants. Merci d'avoir réagi aussi vite.

n°147566
Profil sup​primé
Posté le 26-09-2008 à 23:02:21  
 

zahira a écrit :

Merci pour votre témoignage, j'aimerais bien en avoir d'autres.
Pour moi, le miracle s'est accompli, j'ai pu réaliser un rêve inimaginable, vivre le grand amour au quotidien. Je n'avais manqué d'hommes, ni de prétendants, j'ai accompli tout ce qu'une femme devait accomplir, le couple, le mariage, l'enfant, la carrière. Mais j'avais un sentiment d'insatisfaction et de frustration permanente. Das amours en absence, une solitude chronique. Bien sûr que la thérapie a révélé les origines du problème, on peut se dire c'est bon j'accepte. Non on peut avoir mieux, on peut recevoir ce que toute une vie n'a pas offert, cela s'appelle la résilience. L'amour véritable et non de séduction peut tout réparer, bien sûr que vivre l'amour tant recherché n'est pas chose simple. A un certain âge chacun a un passé avec des enfants et il faut réussir toutes les combinaisons. L'amour est une évidence mais le rencontrer procède d'un travail intérieur. Le travail analytique c'est comme aller astiquer un grenier plein de poussières et d'araignées et toutes sortes de fantômes les siens et ceux de ses ascendants. Quand ce grenier est propre le soleil brille à nouveau, et on continue le travail en astiquant délicatement d'autres infimes parties. La relation à soi est la plus longue histoire à découvrir, c'est le plus beau voyage. Il y a certes cette phase d'acceptation, mais c'est une phase de résignation, elle panse les blessures mais elle ne supprime pas les cicatrices, on peut aller plus loin. Tout peut-être changé, tout la vie ne se joue pas à l'équation de départ. On peut bouger tous les ingrédients. J'aimerais pouvoir en parler avec vous et d'autres analysants. Merci d'avoir réagi aussi vite.



Je comprends mais il se peut que le grenier astiqué ait besoin d'un second nettoyage ! car il ne faut pas cofondre les périodes ou tout va bien avec les périodes où tout va mal !
Et il y en a ! dans la vie !
 hello:{}

n°147622
zahira
Posté le 27-09-2008 à 10:14:23  profil
 

Quand le nettoyage a été fait à fond, on sort du process mon père ma mère mes frères que sais-je.
On prend consience que l'on rejoue la partition tout seul alors que les acteurs principaux ne sont plus là. Mais en mëme temps c'est tellement confortable d'avoir des coupables. Qu'il est bon de se dire que notre vécu est dû à des tiers. Le plus dur dans le travail fini c'est quand ces béquilles ne sont plus là, on se sent nu, perdu, il n'y a plus de coupable. On passe par une phase où on ne sait même plus quoi décider, car on est seul face à soi.
Une lecture superbe dans ces cas là" la peur de guérir". Oui tant qu'on souffre on appelle de l'aide. Non pas que la souffrance soit bannie, elle est nécessaire car elle permet d'aller au bout de soi.
Il est vrai que le monde d'aujourd'hui envoie tellement de message de performance, que tout le monde se sent en-dessous. Alors qu'à bien observer, à l'intérieur de chaque être humain un coeur bat, des interrogations, des remises en questions par ceux qu'on aime: enfants, conjoint, proche.
Mais lorsque le travail est terminé, on n'est pas dupe on voit ce qui se joue, on continue tout seul à dénouer l'écheveau. 5ans plus tard, 10 ans plus tard on continue à peaufner. Les périodes où tout va bien où tout va mal, n'existent pas car nous êtres humains sommes insatisfaits en permanence, nous sommes heureux après. Quelle qu'elle soit la situation, elle nécessite toujours des efforts et de la compréhension. Vivre l'amour n'est pas simple non plus. L'autre est différent, parfois il est plus confortable de fantasmer, rêver que vivre l'amour. Car il y a forcément des sacrifices, ne serait-ce que sa liberté de choix, on doit tenir compte et intégrer l'avis de l'autre avant d'entreprendre, cela peut être contraignant pour la carrière. Mais il faut savoir ce que l'on veut, on ne peut avoir le beurre et l'argent du beurre. Aimer et être aimée c'est un engagement qui nécessite des compromis, du soutien mutuel, à un certain âge, on a le problème des enfants de l'un et de l'autre adultes majeurs, la maladie de ses vieux. Il peut y avoir des frontières culturelles, linguistiques, sociales. Un amour fort va au-delà de tout ça, mais il faut le vouloir vraiment. Mais pour ceux qui le désirent reprendre un travail analytique pourquoi pas. J'ai deux amies une après 13 ans de psychanalyse ( elle aime parler dans un espace psy), une autre après 10 ans à la 50 aine pour passer ce cap. Ce qui compte c'est de se trouver entre les mains de bons thérapeutes.

n°147634
Profil sup​primé
Posté le 27-09-2008 à 11:05:03  
 

En effet , la relation que la  personne noue avec son thérapeute est importante !
L'être humain est une machine très complexe et malgré l'avancée de la science il y a d'énormes zones non explorées !

Si la personne en thérapie sent qu'elle n'a plus besoin de ça ; c'est très bien ! donc la thérapie peut s'arrêter car on part du principe qu'une thérapie ne peut avoir lieu qu'avec le souhait de la personne !
On n'obligera jamais quelqu'un à suivre une thérapie s'il en a pas envie s'il ne voit pas l'utilité d'une telle chose ;

Donc OUI , si la personne pense que sa thérapie est terminée alors elle arrêtera !
En ce qui me concerne à la question "qu'il y a t il après une thérapie ?" je réponds ça dépend des personnes !
Certaines vont s'épanouir et retrouver une joie de vivre ; d'autres au contraire seront peut-être plus fragilisées en se rendant compte de la réalité des choses et de se confronter à des choses douloureuses !
Ceci dit c'est toujours positif car la personne avance au lieu de rester "bloquée" !
 hello:{}

n°147926
zahira
Posté le 28-09-2008 à 11:17:58  profil
 

"d'autres au contraire seront peut-être plus fragilisées en se rendant compte de la réalité des choses et de se confronter à des choses douloureuses !
Ceci dit c'est toujours positif car la personne avance au lieu de rester "bloquée" ! "
Tant que l'on sent cet état c'est qu'il reste des éléments à travailler. En effet à certain état d'avancement du travail on passe par cette phase, car on réactive des éléments du passé, on gagne en acceptation de sa fragilité et son côté zone d'ombre comme tout être humain. J'ai bien ressenti ce que vous dites, dans une phase bien avancée du travail, ça été très douloureux. Mais vivre sa souffrance à fond, c'est important. Nous sommes dans des sociétés, où l'on veut couper l'individu de ces émotions diverses. On ne peut vivre que de bonheur, de joie et excitation en permanence, on s'en lasserait. Il n' y a pas mieux pour définir les choses que la phylosophie bouddhiste. Des séances de psychogénéalogie, même deux suffisent, voire en chetant la méthode Voire "Aîe mes aïeux" de Anne Lancelin ....Tout ne s'explique pas que par  le vécu parents enfants, il y a les aîeux qui eux sont portés dans l'inconscient des parents. Pour ma part, j'y ai découvert que mon  divorce a eu lieu à 34 ans à l'âge où mes deux grands mères sont devenues veuves. Plus autre. Dolto qui était croyante catholique avant de mourir avait découvert et reconnu, une sorte d'héritage venant des aîeux. Le bouddhistes parlent du karma, mais on peut tout transformer, il y a le travAil sur le psychisme, on peut également travailler sur le corps en complément, pour un lâcher prise (voire même du sport intensive), et on peut faire un travail au-niveau de l'âme(simple méditation sur le coeur). Un esprit apaisé, amène une vie équilibrée. Rien n'est jamais joué d'avance, on peut se libérer de tout ce qui entrave, ou mieux comprendre son soi et le vrai désir de son coeur de son être libérés des conditionnements de nos sociétés. De même vivre dans d'autres cultures peut nous faire traverser des frontières incroyables en nous-mëme. Je finis sur une citation d'EMETT FOX " Dieu a prévu une place pour chacun de vous où vous êtes parfaitement  heureux et tant que vous ne l'avez pas trouvé, vous ne pouvez être heureux" Notre devoir c'est d'utiliser tous les moyens que la terre nous offre pour y arriver. Réconcilier toutes les parties de soi est le but à atteindre.

n°147931
Profil sup​primé
Posté le 28-09-2008 à 11:37:55  
 

Freud , qui est à l'origine de la psychanalyse , n'a jamais parlé de Dieu dans son travail thérapeutique ! Par contre il a définit "l'inconscient collectif" (là où sont stockés les bribes de souvenirs venant de nos aieux )

L'inconscient collectif est une zone de l'inconscient chargée de l'histoire de nos parents, grands-parents etc... c'est aussi l'histoire de notre "communauté" ou "sociéte spécifique" "religions" etc...

Je ne cite jamais Dieu (je ne crois pas qu'il soit responsable de ce qui nous arrive), mais je cite l'expérience des hommes. Les écraivains et les scientifiques, les chanteurs, artistes, hommes (femmes) politiques etc... sont autant de symboles, qui malgré nous , contribuent à la construction de notre personnalité.
Le "Connaîs-toi toi même" des philosophes aussi ! et la psychanalyse contribue à la connaissance de soi !
C'est un travail qui devient une vraie hygiène de vie ...
 ange:{}

n°147960
zahira
Posté le 28-09-2008 à 12:49:58  profil
 

Les écoles de psychanalyse sont trois à Paris. La freudienne, la lacanienne , l'ecole de Karl Gustav Jung.
Freud était le vrai scientifique qui a mis toute sa vie pour démontrer sa théorie. Mais Jung avait une plus vaste culture en culture et histoire, dont des civilisations ancienne. c'était un éthnologue. ils ont été très amis avec Freud mais se sont séparés, le côté dogmatique de Freud le dérangeait. Effectivement Jung est croyant.
Mais dans le travail sur soi, il est important d'être ouvert, Dieu ou pas Dieu, pensée maçonnique ou autre, ce qui compte c'est d'avancer. Savez-vous que les bouddhiste ne croit pas en Dieu. Il n'affirme rien ni qu'il existe ni il n'existe pas, ils axent toute leur philosophie sur le travail sur soi. De mëme les écoles de yoga en Inde, certaines croit en l'existence de Dieu d'autres pas.
Qu'importe le lien entre toutes les recherches c'est de retrouver l'être profond en soi, le désir le plus secret de notre être. Comme le disent les chercheurs de leur vérité, c'est un travail de toute une vie. Mais tellement passionnant. On vit mieux, plus intensément et plus auhtentiques dans ses liens aux autres.

n°148013
Profil sup​primé
Posté le 28-09-2008 à 16:37:43  
 

zahira a écrit :

Les écoles de psychanalyse sont trois à Paris. La freudienne, la lacanienne , l'ecole de Karl Gustav Jung.
Freud était le vrai scientifique qui a mis toute sa vie pour démontrer sa théorie. Mais Jung avait une plus vaste culture en culture et histoire, dont des civilisations ancienne. c'était un éthnologue. ils ont été très amis avec Freud mais se sont séparés, le côté dogmatique de Freud le dérangeait. Effectivement Jung est croyant.
Mais dans le travail sur soi, il est important d'être ouvert, Dieu ou pas Dieu, pensée maçonnique ou autre, ce qui compte c'est d'avancer. Savez-vous que les bouddhiste ne croit pas en Dieu. Il n'affirme rien ni qu'il existe ni il n'existe pas, ils axent toute leur philosophie sur le travail sur soi. De mëme les écoles de yoga en Inde, certaines croit en l'existence de Dieu d'autres pas.
Qu'importe le lien entre toutes les recherches c'est de retrouver l'être profond en soi, le désir le plus secret de notre être. Comme le disent les chercheurs de leur vérité, c'est un travail de toute une vie. Mais tellement passionnant. On vit mieux, plus intensément et plus auhtentiques dans ses liens aux autres.




Eh oui ! Vous avez trouvé la réponse à votre question !
C'est le travail de toute une vie et tellement passionnant !  :p
Alors la thérapie on y entre mais en sort -on ?  lol:{}  ;)

n°148259
Profil sup​primé
Posté le 29-09-2008 à 11:13:02  
 

Don que se passe-t-il après ?
Rien ! la personne va mieux !  lol:{}

n°148834
zahira
Posté le 30-09-2008 à 17:23:39  profil
 

Que se passe-til après?
On n'a plus besoin d'un thérapeute.
On vit pleinement sans s'analyser, on vit et on ne s'observe plus vivre.
On vit l'amour complètement sans peur.
D'après la revue française de psychanalyse : Certains analysants continuent tout seuls après, d'autres pas du tout, certains ont arrêté même en venant en séance. Il s'n'avancent plus du tout. Dans mes proches il y a une femme qui est en thérapie analytique depuis 26 ans, en changeant certes de Thérapeute. Elle en a toujours besoin (mariée par amour, depuis 20 ans , deux enfants, chercheur scientifique et enseignante). Mais un mal être chronique atténué mais non guerri. A un mieux être mais toujours une tourmente.
La fin , c'est quand un piano désaccordé est réparé et bien accordé, on peut jouer des morçeaux comme on veut à condition de maïtriser les partitions et savoir jouer. On ne dira plus c'est la faute au piano désaccordé, on s'y mettra.
Sentir la fin ne veut pas dire tout résoudre, mais ça peut vouloir dire, j'accepte que tout ne soit pas résolu. Et magiquement des mois plus tard années plus tard les choses se mettent en place par magie. Il y a une sensation indicible et indescriptible de libération à l'intérieur de soi. Cela n'a rien à voir avec les difficultés inhérentes à la vie. Il y a une confiance dans tout ce qui arrive. Merci pour ce dialogue.

n°149002
Profil sup​primé
Posté le 30-09-2008 à 22:31:55  
 

zahira a écrit :

Que se passe-til après?
On n'a plus besoin d'un thérapeute.
On vit pleinement sans s'analyser, on vit et on ne s'observe plus vivre.
On vit l'amour complètement sans peur.
D'après la revue française de psychanalyse : Certains analysants continuent tout seuls après, d'autres pas du tout, certains ont arrêté même en venant en séance. Il s'n'avancent plus du tout. Dans mes proches il y a une femme qui est en thérapie analytique depuis 26 ans, en changeant certes de Thérapeute. Elle en a toujours besoin (mariée par amour, depuis 20 ans , deux enfants, chercheur scientifique et enseignante). Mais un mal être chronique atténué mais non guerri. A un mieux être mais toujours une tourmente.

A mon avis elle ne doit pas avoir un bon thérapeute !
10 à 20 % des thérapeutes aident vraiment leurs patients à trouver cet état de plénitude ! Même si le gros du travail est fait par le patient lui-même !
Les autres ne sont pas efficaces dans la mesure où la relation qu'ils ont développée avec leur patient n'est pas une relation CONSTRUCTIVE !
D'autres sont vraiment Néfastes ! Ce qui explique que beaucoup de patients (en thérapie) se suicident parce qu'ils ne voient pas d'issue !
Je ne me rappelle plus le nom du bouquin où j'ai lu ça !
C'est pourquoi on recommande de changer de thérapeute s'il n'y a pas d'amélioration au bout de 3 ans ! Parfois une ou 2 séances suffisent à développer ou non cette relation de confiance nécessaire à la guérison ! alors on poursuit ou on change de thérapeute !
Ce n'est jamais la faute du patient mais souvent un manque de "compétences" du thérapeute !


La fin , c'est quand un piano désaccordé est réparé et bien accordé, on peut jouer des morçeaux comme on veut à condition de maïtriser les partitions et savoir jouer. On ne dira plus c'est la faute au piano désaccordé, on s'y mettra.
Sentir la fin ne veut pas dire tout résoudre, mais ça peut vouloir dire, j'accepte que tout ne soit pas résolu. Et magiquement des mois plus tard années plus tard les choses se mettent en place par magie. Il y a une sensation indicible et indescriptible de libération à l'intérieur de soi. Cela n'a rien à voir avec les difficultés inhérentes à la vie. Il y a une confiance dans tout ce qui arrive. Merci pour ce dialogue.

Avec plaisir


Aller à :
   FORUM Forum Toute Une Histoire » Les internautes ont la parole »

MA PSYCHANALYSE EST TERMINEE QUE SE PASSE- T'IL APRES