France2.fr
Enseignants, parents, élèves ou étudiants, ce forum est là pour recueillir toutes vos idées, questions et témoignages concernant l'éducation.

Comment participer au forum ?

  Accueil de ce forum  Rechercher  Aide  Charte
 
 

69 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Suivante
Auteur Sujet :

la pédagogie noire, ou Niaouri pète un cable

n°219775
Au Fond Pr​es Du Radi​ateur
Posté le 18-03-2009 à 11:32:47  profil
 

Reprise du message précédent :


ainsi que demain !


---------------
Beltz guztiak ez dira ikatz
n°277261
Dath Kador
que la farce soit avec toi
Posté le 24-01-2011 à 18:28:54  profil
 

prof des ecoles a écrit :

"Un ordre est un ordre"


Qu’est-ce que la pédagogie noire ?
Cette manière brutale d’élever les enfants, on pourrait dire plutôt de les dresser, qui débouche trop souvent sur le phénomène tragique de l’enfance maltraitée et est à l’origine de bien des violences dans notre société. Pour exprimer que tout cela n’a plus de raison d’être : des enfants de sept à dix ans, un homme victime anonyme, un médecin de prévention le Dr. Emmanuelle Piet, un anthropologue Michel Taleghani, un psychiatre Stanislaw Tomkiewicz et une psychologue Chantal Parret, sont réunis à l’écran autour de la phrase d’Alice Miller :
" Devenu parent, on prend souvent pour victimes ses propres enfants qui ont fonction de bouc émissaire. Persécution pleinement légitimée par notre société où elle jouit même d’un certain prestige, dès lors qu’elle se pare du titre d’éducation. Le drame, c’est que le père ou la mère maltraite son enfant pour ne pas ressentir ce que lui ont fait ses propres parents. Les racines de la violence sont alors en place. " (éd. Aubier " C’est pour ton bien " -1984)  


toujours à la mode, ça....  pfff:{}


---------------
souchien je vais t'apprendre le caniveau
n°282994
DjibriL75
أنيسة إلى الأبد
Posté le 18-02-2011 à 23:35:15  profil
 

prof des ecoles a écrit :

"Un ordre est un ordre"

Les pédiatres, les pédospsys vieillissent mal, du moins pour certains d’entre eux. A l’occasion de la sortie de son énième bouquin, Naouri, omniprésent dans les médias, se lance dans des interviews fracassantes (20 minutes.fr, 21/03/2008, mais aussi Elle, le Figaro etc) censées expliquer aux parents, nécessairement « démissionnaires », comment éduquer leurs enfants. Et  ce sont les enfants qui en sortent fracassés. Par exemple, « le doudou, à 2 ans et demi, c’est fini. Comme la tétine (...) on les prend, on les jette » et surtout, précise-t-il, « on ne dit rien à l’enfant ». L’enfant n’est pas une personne, rien qu’un petit animal qu’on doit dresser. Sur quelles analyses, quelles observations scientifiques, Naouri étaye-t-il ses propos ? Aucune, justement. Ce n’est pas la première fois qu’on observe, qu’arrivés à un certain âge, à une certaine notoriété (« vu à la télé »), des prétendus spécialistes jugent inutile de motiver leurs jugements, d’argumenter. Puisque c’est un savant, puisque c’est un grand clerc, il faut croire sur parole, même les pires âneries, comme c’est souvent le cas, d’ailleurs, pour les questions éducatives. Et si, devant un enfant qui suce son pouce, Naouri estime qu’il faut couper le pouce, il a sans doute raison, ce bon vieillard aux cheveux blancs même s’il s’agit plutôt d’une forme grave de sénilité. La complaisance envers ce qu’ Alice Miller appelle la « pédagogie noire », avec la brutalité affichée envers les enfants, est aujourd’hui un créneau porteur. Et qui peut rapporter gros. Aujourd’hui, pour faire les têtes de gondole chez Leclerc, il vaut mieux s’appeler Naouri qu’Alice Miller, Brighelli que Philippe Meirieu, Bentolila que Roland Goigoux. Mais derrière l’invariable dénonciation de l’enfant-roi ou de l’élève au centre, on devine non seulement une grande paresse intellectuelle mais un inquiétant projet de société. Pour Naouri, « un ordre est un ordre. On ne l’explique pas ». L’obéissance qu’on exige sans avoir à la justifier, l’éducation conçue comme un dressage, tout cela était très à la mode il y a encore un siècle. C’est avec des principes de ce genre qu’on a rempli les tranchées à Verdun ou que de braves conducteurs des transports parisiens convoyaient les Juifs au Vel’d’hiv’. Ils n’avaient fait qu’obéir aux ordres, prétendirent-ils plus tard. Le pire, c’est que c’est vrai : il n'avaient fait qu'obéir.
 


celà est effrayant  pfff:{}


---------------
AIex Jacob = ElDuendeIoco = Julius Sacrovir = Xavier Saratov = RévolteFaceAuSystème = Rat de marais = D'Enguell (banni)= Alyscamps (banni) = LieutenantX (banni)= Sophie Rostopchine (banni) = Eoforwine Ellsen-Erebus (banni) = Les Contes de d'Enguell (banni
n°283114
Breizhella
Posté le 20-02-2011 à 17:58:03  profil
 

Dath Kador a écrit :


toujours à la mode, ça....  pfff:{}


hélas... je l'ai encore entendu sur France Inter pfff:{}

n°303246
Profil sup​primé
Posté le 03-07-2012 à 18:01:37  
 

La fessée dangereuse pour la santé mentale ?

Selon une étude récente, les personnes qui ont reçu des fessées lorsqu'elles étaient enfants ont plus de risques de souffrir d'affections mentales une fois adultes.

Les adultes victimes de fessées durant l'enfance seraient plus sujets aux affections mentales.

C’est une étude américaine qui devrait relancer le débat sur les punitions corporelles. Selon celle-ci, les personnes qui ont reçu des fessées lorsqu'elles étaient enfants ont plus de risques de souffrir d'affections mentales une fois adultes, que ce soit des désordres comportementaux ou des problèmes d'alcool ou de drogue.

L’étude, publiée lundi dans la revue américaine Pediatrics, a été menée auprès de 653 adultes par une équipe de chercheurs canadiens. Elle visait à examiner uniquement l'effet des fessées et châtiments corporels légers sur des problèmes psychologiques ultérieurs, en excluant les sévices sévères ou de nature sexuelle.
Cette étude ouvre "un débat sur l'éducation des enfants"

Les résultats montrent que les personnes ayant reçu des fessées ont entre 2% et 7% de risques supplémentaires de présenter des pathologies mentales une fois adultes.

Ces chiffres peuvent paraître anecdotiques mais ils démontrent que les punitions corporelles semblent accroître le risque de problèmes ultérieurs, selon les experts, d'autant que la moitié des Américains se rappellent avoir reçu des fessées dans leur enfance.

"Cette étude est importante, elle ouvre un débat sur l'éducation des enfants", estime Victor Fornari, directeur du département de psychiatrie infantile au North Shore-Long Island Jewish Health System à New York.
"Les punitions corporelles sont un facteur de risques"

Les chiffres mis en évidence "ne sont pas très élevés, mais ils démontrent que les punitions corporelles sont un facteur de risque pour souffrir de problèmes mentaux une fois adulte", précise Victor Fornari en commentant cette étude.

Les recherches précédentes sur le sujet avaient déjà démontré à plusieurs reprises que les enfants victimes de châtiments corporels souffraient davantage de désordres mentaux une fois adultes, et étaient plus enclins à présenter un comportement agressif que les enfants ne recevant pas de fessées. Toutefois, ces études se penchaient sur le cas de personnes ayant reçu des sévices plus sévères.

n°303384
Profil sup​primé
Posté le 04-07-2012 à 23:25:19  
 

Citation:

« Au cours de cette période, il rendit visite à son père et s’aperçut très clairement pour la première fois que son père lui infligeait de perpétuelles vexations, soit en ne l’écoutant pas, soit en se moquant de tout ce qu’il lui racontait et en le tournant en dérision. Lorsque le fils le lui fit remarquer, le père, qui avait été lui-même professeur de pédagogie, lui répondit le plus sérieusement du monde : “Tu peux m’en être reconnaissant. Plus d’une fois dans ta vie tu auras à supporter que l’on ne fasse pas attention à toi, ou que l’on ne prenne pas au sérieux ce que tu dis. Si tu l’as appris auprès de moi, tu y seras déjà habitué. Ce que l’on apprend jeune, on s’en souvient toute la vie.” Le fils, alors âgé de vingt-quatre ans, en fut interloqué. Combien de fois n’avait-il pas entendu ce type de discours sans mettre le moins du monde en question son contenu. Cette fois cependant, il fut pris de colère, et (...) il dit : “Si tu voulais vraiment continuer à m’éduquer selon ces principes, en fait, tu devrais aussi me tuer, car un jour ou l’autre il faudra que je meure. Et c’est comme ça que tu pourrais m’y préparer le mieux!” »
Alice Miller, C’est pour ton bien


bel exemple... hello:{}

n°303722
Profil sup​primé
Posté le 08-07-2012 à 00:15:15  
 

L'éducation des enfants ne devrait avoir qu'un seul but, celui de les amener à l'autonomie et aux choix, et surtout à devenir heureux.
La relation entre les parents et les enfants est délicate. Une relation parent enfant doit être un savant équilibre entre les constituants principaux de l'éducation. L'enfant doit recevoir de l'amour, sentir que ses parents ont confiance en lui et en eux, et il doit comprendre qu'il y a des règles à respecter.
Cet ensemble de chose doit permettre à l'enfant de découvrir la vie avec ses propres souhaits, envies et désirs.

Il n'est pas évident d'offrir toutes les conditions nécessaires permettant à nos chers bambins de devenir des adultes accomplis et heureux. Il y toujours quelque chose à reprocher, les parents ne doivent pas non plus rechercher la perfection au risque de donner une image irréelle d'un idéal impossible à atteindre. D'autant plus que les parents qui cherchent à obtenir de leurs enfants la perfection, en sont souvent très loin.
Bref, l'alchimie n'est pas simple à trouver, je n'ai pas l'impression qu'il y ait une recette miracle, il y a de nombreuses pistes, mais chaque enfant et chaque parent étant différents, les attitudes doivent donc être adaptées.

Aujourd'hui je voudrais parler d'une méthode pédagogique, qu'il faut fortement déconseiller et dénoncer. Cette méthode, que l'on appelle la pédagogie noire, nous vient du fond des âges, de l'époque où un certain totalitarisme était de mise dans les familles.
Qu'est ce que la pédagogie noire ?

La pédagogie noire repose sur un principe simple. Il faut conditionner son enfant à être celui que l'on voudrait qu'il soit.
Doté d'un grand nombre de principes provenant de la religion, de l'éducation, des croyances,…, les parents qui s'adonnent à cette méthode éducative, vont "casser" l'enfant.
Casser est un terme aussi violent que la méthode qui sert cet objectif. Les parents par des brimades, des punitions ou par des actes violents ou humiliants, vont programmer l'enfant pour que celui ci adopte l'attitude recherchée.

n°303971
Profil sup​primé
Posté le 08-07-2012 à 23:15:57  
 

Evidement, dans bon nombre de cas, ces parents ne font que reproduire le model éducatif qui a été le leur, ils n'ont pas le choix, et ne veulent pas donner à leurs enfants la faculté de l'avoir. Le plus terrible, est que ces parents sont convaincus qu'ils agissent dans l'intérêt de l'enfant, et que toute tentative contraire serait néfaste. Cette sensation de bien faire est évidement communiqué à l'enfant et ce "bienfait" tout à fait illusoire est un élément prépondérant dans la réussite de cette méthode pédagogique.
Le fait que cette méthode se pare d'un objectif d'éducation lui donne évidement toute sa force au regard de la société.

L'enfant trouve que son père ou sa mère agissant comme cela est véritablement dur, mais en aucun cas, il ne va remettre en doute les modèles parentaux et va considérer que c'est lui qui fait mal les choses.
Les parents qui pratiquent la pédagogie noire utilisent la peur, les réprimandes, la manipulation, la violence afin que l'enfant ne développe pas son libre arbitre.

Les parents vont également faire les choix à la place de leurs enfants afin que ceux-ci prennent la voie qui leur est tracée.
L'enfant va subir ce véritable conditionnement sans en prendre conscience et refouler les envies et désirs interdits et va par la même perdre confiance dans ses modèles parentaux.

Evidement à l'âge adulte, les choix qui seront pris seront en parfaite adéquation avec le conditionnement pratiqué et pourront mettre être assimilés à des valeurs. Ces valeurs et règles qui font alors force de loi seront inculquées à leurs enfants en appliquant la même méthode que celle décrite ci-dessus.
Attention, les valeurs dont je parle ici ne sont pas de bonnes valeurs en ce sens qu'elles n'ont pas été assimilées avec pédagogie, patience, exemple,..., elles ont été imprimées avec force et mépris. Ainsi ces valeurs sont parfois (et même bien souvent) tout à fait respectables, c'est la méthode d'adhésion à ces valeurs qui ne l'est pas !

Ces adultes formatés ne seront jamais heureux et ne feront que reproduire le même schéma.
La source de leur malheur est un enfant enfermé au plus profond d'eux même. C'est l'enfant qu'ils ont été c'est celui qui a vécu toutes ces manipulations et qui souffre en attendant qu'un adulte responsable vienne lui apporter amour et réconfort.

n°304781
Profil sup​primé
Posté le 15-07-2012 à 18:38:13  
 


et si en plus l'enseignant les traite de "débiles mentaux"...

n°304895
Profil sup​primé
Posté le 16-07-2012 à 08:13:10  
 

La source de leur malheur est un enfant enfermé au plus profond d'eux même. C'est l'enfant qu'ils ont été c'est celui qui a vécu toutes ces manipulations et qui souffre en attendant qu'un adulte responsable vienne lui apporter amour et réconfort.

Si je parle de cela, c'est que j'ai vécu ce mode d'éducation qui a fait de moi un adulte perdu, sans véritables désirs, sans véritable notion de choix, avec la sensation de ne pas être vivant.
Je ressens aujourd'hui tous les maléfices de cette méthode, et j'ai vraiment été cassé, castré, mon éducation a été basée sur le reniement de tous ce qui aurait pu me donner confiance en moi, tous ce qui aurait pu me faire prendre goût à la vie.
Au contraire, ma vie se résume en un ensemble de comportements visant à éviter, se détourner de toute source de plaisir et d'engagement, et à chercher à me protéger. Cette protection étant un signal fort qui m'est envoyé par l'enfant qui est en moi.

Le plus dur c'est de voir que je suis enclin, comme tous ceux qui ont été élevé de cette façon, à reproduire la même chose avec mes enfants. Heureusement pour eux, j'ai voulu me donner le choix, et pour cela, j'ai décidé de me soigner, de renouer avec l'enfant qui est en moi, de le protéger et de lui donner confiance.
Le chemin de la guérison est dur et long, mais c'est un mal nécessaire pour que l'erreur ne se reproduise pas sans cesse, que cette démarche soit cassée et que les enfants à venir trouvent de l'amour de la protection et tous ce qui leur est nécessaire pour devenir des adultes responsables et maîtres de leur destinée.

Je voulais écrire cette page très personnelle, non pas pour attirer l'affection de ceux qui me liront, mais bien pour dénoncer cette forme d'éducation qui est a ruinée mon enfance. Peut être cela pourrait il servir à ceux qui pensent que l'éducation doit avoir pour but de formater un enfant ou pour ceux qui sentent au fond de leurs tripes, un enfant malheureux qui souhaiterait qu'on le prennent et qu'on le protège.

n°305062
Profil sup​primé
Posté le 17-07-2012 à 07:44:05  
 

et on retrouve chez Niaouri toute la thématique réac de l'autorité virile qui doit s'affirmer, comme chez Zemmour, Lévy, Polony, Finkielkraut...

n°305464
abigaeljon​es
Posté le 25-07-2012 à 12:12:00  profil
 

en france  on parle encore du droit de la gifle c est ahurisant pour les americains ça

n°312656
AngeIina M
Posté le 03-06-2013 à 23:51:44  profil
 


ah mon bon monsieur, l'autorité n'est pas un don, c'est une glande :d

n°325969
gyomnorris
Posté le 04-01-2017 à 21:00:20  profil
 

En parlant de pédagogie, voici une super plateforme pour partager les connaissances : lewepedagogique.com

n°325983
caritas 2
Posté le 08-01-2017 à 08:51:50  profil
 

prof des ecoles a écrit :


Un enseignant renvoyé en correctionnelle pour "complicité de violences"


Un enseignant du collège de Bessancourt (Val d'Oise) a été renvoyé mercredi en correctionnelle pour "complicité de violences et non empêchement d'un délit d'atteinte à l'intégrité corporelle" d'une élève, a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Pontoise.

Les faits se sont produits aux "alentours des vacances de Noël", selon le parquet qui confirme une information du Parisien. Le professeur de français aurait retenu physiquement un élève de classe de 3ème turbulent durant son cours pendant que d'autres élèves le frappait.

Cette scène se serait reproduite "à plusieurs reprises", selon la même source. Après une garde à vue de 48 heures, l'enseignant aurait reconnu les faits "en minimisant". Il a été placé en contrôle judiciaire.

Le six élèves soupçonnés d'avoir frappé leur camarade seront entendus par un juge pour enfant.

Le procès du professeur de français doit se tenir le 9 juin.


il est pas soutenu par une pétition du snalc? lol:{}


Et qu'en est-il des élèves qui frappent leur prof ?

 Page :   1  2
Page Suivante

Aller à :