France2.fr
Enseignants, parents, élèves ou étudiants, ce forum est là pour recueillir toutes vos idées, questions et témoignages concernant l'éducation.

Comment participer au forum ?

  Accueil de ce forum  Rechercher  Aide  Charte
 
Mon inscription
Je m'inscris
 

Il y a 113 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  87  88  89  ..  93  94  95  96  97  98
Auteur Sujet :

Pourquoi promouvoir une méthode de lecture sans valeur pédagogique?

n°271347
Breizhella
Posté le 23-12-2010 à 07:41:19  profil
 

Reprise du message précédent :
Analyse et théorisation.
1 - La conception de l’apprentissage
Il suffit de parcourir ces 7 pages pour comprendre que la démarche utilisée va du simple vers le complexe (léger, mais les dernières leçons sont un peu plus complexes que la première !). Or, il n’est point nécessaire d’être un grand logicien pour savoir qu’une démarche d’enseignement doit aller du facile pour l’élève vers ce qui lui est difficile. Or le facile n’a rien à voir avec le simple. Même si les mots sont assez proches de sens dans le langage courant, les notions qu’ils recouvrent sont complètement opposées. Le simple n’existe pas dans l’expérience (tout ce qui nous entoure est complexe) ; c’est une abstraction. C’est donc difficile pour un enfant. Une démarche efficace doit donc aller du complexe familier à l’enfant, pour le conduire vers le simple, qui est à construire par analyse de ce complexe familier ; puis l’aider à conquérir le complexe non familier, qui fait partie du programme.

La démarche utilisée ici va donc à l’encontre du mouvement naturel d’apprentissage, et ne peut que mettre en difficulté la majorité des enfants, notamment ceux dont le milieu familial ne leur a pas apporté une richesse d’expériences suffisantes.

Ajoutons enfin une grossière erreur, affirmée péremptoirement dans la préface :

« N’abordez une nouvelle leçon que lorsque la précédente est bien assimilée ». Il y a fort longtemps que les Chercheurs en psychologie des apprentissages - et même, l’expérience personnelle empirique - nous ont appris que les savoirs ne s’empilent pas les uns après les autres, mais qu’ils s’organisent les uns par rapport aux autres. Et ce sont souvent les leçons ultérieures qui permettent de comprendre et d’assimiler les leçons précédentes.


Donc, pas mal de mauvais points ici.

2 - La conception de l’enfant

Il est frappant de voir à quel point l’enfant est absent de ces pages, l’enfant hic et nunc, l’enfant de la classe. Rien de ce qui peut être sa vie quotidienne, ni des écrits qu’il a pu voir autour de lui, n’est cité, même de manière allusive, dans les leçons. Quand on pense que les auteurs affirment dans leur présentation :

« C’est une méthode qui prend en compte la nécessité, pour un enfant de 6 ans d’acquérir des repères et de devenir autonome »

n°271348
Breizhella
Posté le 23-12-2010 à 07:43:45  profil
 

on reste perplexe sur les repères qu’il pourra y trouver, surtout quand on sait qu’un repère, ça ne se fournit pas : ça ne peut exister que construit à partir de ce qu’on a soi-même repéré.

On a donc affaire ici à une conception de l’enfant « avec des manques », et même en matière de lecture, avec des « vides » à remplir. C’est une conception particulièrement contraire à toutes les données de la psychologie de l’enfant, qui rappellent depuis longtemps que l’enfant est une personne entière, à chaque étape de son développement. Dès sa naissance (et même avant), l’enfant a des savoirs et son développement consiste en une transformation permanente de ces savoirs et de la totalité de sa personne... « On ne construit que sur du donné » (Ph. Meirieu) et il est impossible d’enseigner quelque chose à un élève en dehors des savoirs-déjà-là de cet élève.


Voilà d’autres mauvais points.

3 - La conception de la lecture et des objectifs à atteindre : quels apprentissages les enfants vont-ils pouvoir faire ?
Dès la première page, bien des choix de présentation et de contenus se révèlent fort inquiétants :

L’utilisation du signe « = »
On connaît la signification de ce signe : « 2+3 = 5 » doit être compris comme le fait que « 5 » peut s’écrire aussi « 2+3 ». Les éléments qui figurent à gauche et à droite du signe sont deux réécriture semblables de la même notion.

Écrire : « l = L », cela revient donc à dire que la majuscule ne change rien à la signification de la minuscule, ce qui, du point de vue de la lecture est plus que dangereux : l’opposition majuscule / minuscule est un indice essentiel de la compréhension d’un texte.

Pire, l’utilisation de ce signe page 32 : « est = è » invite naturellement à neutraliser les différences d’orthographe, et comme, sur la même page, on observe également l’égalité suivante : « es = è », un raisonnement élémentaire conduit à la conclusion suivante :

P1 : est = è
P2 : es = è
Donc : est = es ... CQFD

Bonjour l’orthographe et la compréhension de son fonctionnement ! Pas étonnant si des difficultés surgissent plus tard...

La page 34 doit mettre en joie les enseignants de mathématiques :

« 1 et 1 = 2 »

la substitution du signe + par la conjonction « et » est un puisant contresens mathématique et un amalgame qui ne peut que nuire plus tard à la plupart des élèves.

n°271408
affreuxtot​o07
Posté le 23-12-2010 à 09:52:31  profil
 

Xica Xoco a écrit :


ah la compréhension chez les syllabistes, un vrai problème, surtout avec l'alcool....
mouahahahahahah


assume ! Tu es homophobe !

 pfff:{}  pfff:{}

n°271409
affreuxtot​o07
Posté le 23-12-2010 à 10:14:29  profil
 

Breizhella a écrit :

Étude d’une méthode officielle d’enseignement de la lecture :
la méthode « Lire avec Léo et Léa »
de Thérèse Cuche et Michelle Sommer
La première page, première leçon :
[url]http://daniel.calin.free.fr/publications/leo1.jpg
Page 4, 3ème leçon :
[url]http://daniel.calin.free.fr/publications/leo2.jpg
Page 24 :
[url]http://daniel.calin.free.fr/publications/leo3.jpg
Page 32 :
[url]http://daniel.calin.free.fr/publications/leo4.jpg
Page 88 :
[url]http://daniel.calin.free.fr/publications/leo5.jpg
Page 92 :
[url]http://daniel.calin.free.fr/publications/leo6.jpg

[url]http://daniel.calin.free.fr/publications/leo7.jpg

[/url][/url][/url][/url][/url][/url][/url]
Magnifique ces petits textes !!!!
Je suis sûr que tes élèves n'arriveraient pas à les lire correctement !!!!!!!!!!!!!!  pfff:{}

Par contre les commentaires de charmeux sont vraiment à ****! whistle:{}  hello:{}

Mais on ne peut pa s te demander de comprendre, tu n'as pas les capacités requises !!!!! lol:{}  lol:{}

n°271471
isa prof
Posté le 23-12-2010 à 10:55:30  profil
 

Léo et Léa, la pire "méthode" de lecture sur le marché
une vraie fabrique à crétins  hello:{}

n°271472
John les n​onnes et Y​oko Onomas​tique
Posté le 23-12-2010 à 11:02:00  profil
 

RevolteFaceAuSysteme89 a écrit :



Mouhahahahaha !!!!!!!!!

[url]http://fr.wikipedia.org/wiki/Code

Le code, c'est la règle et ses exceptions, Monkiki....

 eoforwine eisen-erebus  catwoman':8  eoforwine eisen-erebus

[/url]

Et une fois suffit à le faire comprendre.

L'autre BreiEldu nous repompe ad nauseam la Charmeux et son ana-lise Leo et Lea.
Pire que le petit livre rouge, le coran et la bible en latin : et ça veut nous faire croire à la créativité...

n°271473
Xica Xoco
Posté le 23-12-2010 à 11:19:40  profil
 

affreuxtoto07 a écrit :


assume ! Tu es homophobe !

 pfff:{}  pfff:{}


Cerveau1
voilà l'explication !  hello:{}


---------------
La laïcité n'est pas une opinion, c'est la liberté d'en avoir une.
n°271474
leuky
S2h
Posté le 23-12-2010 à 12:05:57  profil
 

affreuxtoto07 a écrit :


Magnifique ces petits textes !!!!




Tu veux dire ègztra-ordinaire, non ?


ps: ton ancien pseudo ègziste toujours, pourquoi ne l'utilises tu plu ?

 totofaitpipi:3

n°271475
leuky
S2h
Posté le 23-12-2010 à 12:27:03  profil
 

RevolteFaceAuSysteme89 a écrit :



Mouhahahahaha !!!!!!!!!

[url]http://fr.wikipedia.org/wiki/Code

Le code, c'est la règle et ses exceptions, Monkiki....

 eoforwine eisen-erebus  catwoman':8  eoforwine eisen-erebus

[/url]


C'est parce que c'est les vacances que tu te mets à lire "Wikipède" ou parce que tu ne sais ce qu'est un code !?   sol:{}

J'ai pas cliqué,  comme d'hab   :D

Tout d'abord, il est vérifié ton article ?
et qu'est que tu dis ?  heink:{}

ou Définition de "code" ?  sol:{}

n°271518
affreuxtot​o07
Posté le 23-12-2010 à 15:25:16  profil
 




Une âme charitable pour expliquer à dudu que ça version, même si elle est très belle, et que j'aimerais bien l'avoir, est obsolète depuis 2004...

Peut-être ne sait-il pas que Pinochet est mort ? Et pour Lénine on lui a expliqué ?
Allez-y molo, il est fragile comme garçon ...
 :(

n°271527
John les n​onnes et Y​oko Onomas​tique
Posté le 23-12-2010 à 16:16:19  profil
 

leuky a écrit :




C'est parce que c'est les vacances que tu te mets à lire "Wikipède" ou parce que tu ne sais ce qu'est un code !?   sol:{}

J'ai pas cliqué,  comme d'hab   :D

Tout d'abord, il est vérifié ton article ?
et qu'est que tu dis ?  heink:{}

ou Définition de "code" ?  sol:{}



Je dis juste : In coda venenum... Monkiki !  sol:{}

Allez, Joyeux Noël aux forumeurs.

 hello:{}

n°271530
leuky
S2h
Posté le 23-12-2010 à 17:14:48  profil
 

John les nonnes et Yoko Onomastique a écrit :



Je dis juste : In coda venenum... Monkiki !  sol:{}

Allez, Joyeux Noël aux forumeurs.

 hello:{}




Pas dans le mien, totalement inoffensif ( à l'opposé du venin de l'orthographe traditionnelle).  ;)

En attendant votre fin, festoyons en pets.

 capek1:4

n°271532
affreuxtot​o07
Posté le 23-12-2010 à 17:43:34  profil
 

John les nonnes et Yoko Onomastique a écrit :



Je dis juste : In coda venenum... Monkiki !  sol:{}

Allez, Joyeux Noël aux forumeurs.

 hello:{}



Ca s'voit k'j'ai po attendu ? ;)

 hello:{}

n°271536
maitresse ​Z
Posté le 23-12-2010 à 18:20:03  profil
 

Xica Xoco a écrit :


[url]http://vielibreorleans.voila.net/images/Cerveau1.jpg
voilà l'explication !  hello:{}

[/url]
ah ben oui, forcément...

n°271615
CocciNeLLe​ RouGee
Posté le 24-12-2010 à 09:40:29  profil
 


très clair  hello:{}

n°271616
CocciNeLLe​ RouGee
Posté le 24-12-2010 à 09:49:33  profil
 

Étude d’une méthode officielle d’enseignement de la lecture :
la méthode « Lire avec Léo et Léa »
de Thérèse Cuche et Michelle Sommer

Un texte d’Eveline Charmeux
professeur honoraire de l’IUFM de Toulouse
auteur de nombreux ouvrages sur l’enseignement de la lecture et de la langue

 

Il existe un proverbe, un peu simplet, qui affirme : « Pour enseigner l’anglais à Toto, il faut connaître l’anglais et il faut connaître Toto ». On peut ajouter : « il faut aussi savoir comment on fait pour enseigner » !

Pour être un peu plus précis dans la formulation, disons qu’une tâche d’enseignement nécessite de la part de l’enseignant, des « savoirs savants » préalables, concernant l’élève, le savoir à enseigner, et la façon d’enseigner. Ces savoirs savants sont des hypothèses issues des travaux de la Recherche Fondamentale, sur lesquelles on bâtit le travail à mener en classe. Étudier une pratique de classe, par exemple telle qu’elle est proposée par un outil d’enseignement, c’est repérer les hypothèses scientifiques qui sous-tendent cet outil, et mesurer le degré de cohérence que ces hypothèses choisies entretiennent avec les données de la Recherche.

Observons donc la méthode d’enseignement de la lecture « Lire avec Léo et Léa », méthode présentée en haut lieu comme exemplaire de ce qu’il faut faire au CP.

Et pour être crédible, reproduisons ici quelques pages du manuel.

La première page, première leçon :

leo2

Page 24 :

leo3

Page 32 :

leo4

Page 88 :

leo5

Page 92 :

leo6

Et, pour finir, une des dernières leçons de l’année, page 116 (sur 119) :

leo7

n°271617
CocciNeLLe​ RouGee
Posté le 24-12-2010 à 09:50:05  profil
 

Analyse et théorisation.
1 - La conception de l’apprentissage
Il suffit de parcourir ces 7 pages pour comprendre que la démarche utilisée va du simple vers le complexe (léger, mais les dernières leçons sont un peu plus complexes que la première !). Or, il n’est point nécessaire d’être un grand logicien pour savoir qu’une démarche d’enseignement doit aller du facile pour l’élève vers ce qui lui est difficile. Or le facile n’a rien à voir avec le simple. Même si les mots sont assez proches de sens dans le langage courant, les notions qu’ils recouvrent sont complètement opposées. Le simple n’existe pas dans l’expérience (tout ce qui nous entoure est complexe) ; c’est une abstraction. C’est donc difficile pour un enfant. Une démarche efficace doit donc aller du complexe familier à l’enfant, pour le conduire vers le simple, qui est à construire par analyse de ce complexe familier ; puis l’aider à conquérir le complexe non familier, qui fait partie du programme.

La démarche utilisée ici va donc à l’encontre du mouvement naturel d’apprentissage, et ne peut que mettre en difficulté la majorité des enfants, notamment ceux dont le milieu familial ne leur a pas apporté une richesse d’expériences suffisantes.

Ajoutons enfin une grossière erreur, affirmée péremptoirement dans la préface :

« N’abordez une nouvelle leçon que lorsque la précédente est bien assimilée ». Il y a fort longtemps que les Chercheurs en psychologie des apprentissages - et même, l’expérience personnelle empirique - nous ont appris que les savoirs ne s’empilent pas les uns après les autres, mais qu’ils s’organisent les uns par rapport aux autres. Et ce sont souvent les leçons ultérieures qui permettent de comprendre et d’assimiler les leçons précédentes.


Donc, pas mal de mauvais points ici.

2 - La conception de l’enfant

Il est frappant de voir à quel point l’enfant est absent de ces pages, l’enfant hic et nunc, l’enfant de la classe. Rien de ce qui peut être sa vie quotidienne, ni des écrits qu’il a pu voir autour de lui, n’est cité, même de manière allusive, dans les leçons. Quand on pense que les auteurs affirment dans leur présentation :

« C’est une méthode qui prend en compte la nécessité, pour un enfant de 6 ans d’acquérir des repères et de devenir autonome »

n°271643
DjibriL75
أنيسة إلى الأبد
Posté le 24-12-2010 à 11:48:19  profil
 

CocciNeLLe RouGee a écrit :

Étude d’une méthode officielle d’enseignement de la lecture :
la méthode « Lire avec Léo et Léa »
de Thérèse Cuche et Michelle Sommer

Un texte d’Eveline Charmeux
professeur honoraire de l’IUFM de Toulouse
auteur de nombreux ouvrages sur l’enseignement de la lecture et de la langue

 

Il existe un proverbe, un peu simplet, qui affirme : « Pour enseigner l’anglais à Toto, il faut connaître l’anglais et il faut connaître Toto ». On peut ajouter : « il faut aussi savoir comment on fait pour enseigner » !

Pour être un peu plus précis dans la formulation, disons qu’une tâche d’enseignement nécessite de la part de l’enseignant, des « savoirs savants » préalables, concernant l’élève, le savoir à enseigner, et la façon d’enseigner. Ces savoirs savants sont des hypothèses issues des travaux de la Recherche Fondamentale, sur lesquelles on bâtit le travail à mener en classe. Étudier une pratique de classe, par exemple telle qu’elle est proposée par un outil d’enseignement, c’est repérer les hypothèses scientifiques qui sous-tendent cet outil, et mesurer le degré de cohérence que ces hypothèses choisies entretiennent avec les données de la Recherche.

Observons donc la méthode d’enseignement de la lecture « Lire avec Léo et Léa », méthode présentée en haut lieu comme exemplaire de ce qu’il faut faire au CP.

Et pour être crédible, reproduisons ici quelques pages du manuel.

La première page, première leçon :

[img]http://daniel.calin.free.fr/publications/leo1.jpg[/mg]

Page 4, 3ème leçon :

[url]http://daniel.calin.free.fr/publications/leo2.jpg

Page 24 :

[url]http://daniel.calin.free.fr/publications/leo3.jpg

Page 32 :

[url]http://daniel.calin.free.fr/publications/leo4.jpg

Page 88 :

[url]http://daniel.calin.free.fr/publications/leo5.jpg

Page 92 :

[url]http://daniel.calin.free.fr/publications/leo6.jpg

Et, pour finir, une des dernières leçons de l’année, page 116 (sur 119) :

[url]http://daniel.calin.free.fr/publications/leo7.jpg

[/url][/url][/url][/url][/url][/url]
ça a l'air très cucu la praline  :D


---------------
AIex Jacob = ElDuendeIoco = Julius Sacrovir = Xavier Saratov = RévolteFaceAuSystème = Rat de marais = D'Enguell (banni)= Alyscamps (banni) = LieutenantX (banni)= Sophie Rostopchine (banni) = Eoforwine Ellsen-Erebus (banni) = Les Contes de d'Enguell (banni
n°271728
maitresse ​Z
Posté le 26-12-2010 à 09:58:53  profil
 

DjibriL75 a écrit :


ça a l'air très cucu la praline  :D


on ne peut mieux le dire  lol:{}

n°271914
Xica Xoco
Posté le 28-12-2010 à 09:02:03  profil
 

maitresse Z a écrit :


on ne peut mieux le dire  lol:{}


oh non !  whistle:{}  whistle:{}


---------------
La laïcité n'est pas une opinion, c'est la liberté d'en avoir une.
n°272162
maitresse ​Z
Posté le 29-12-2010 à 08:44:14  profil
 

Breizhella a écrit :

on reste perplexe sur les repères qu’il pourra y trouver, surtout quand on sait qu’un repère, ça ne se fournit pas : ça ne peut exister que construit à partir de ce qu’on a soi-même repéré.

On a donc affaire ici à une conception de l’enfant « avec des manques », et même en matière de lecture, avec des « vides » à remplir. C’est une conception particulièrement contraire à toutes les données de la psychologie de l’enfant, qui rappellent depuis longtemps que l’enfant est une personne entière, à chaque étape de son développement. Dès sa naissance (et même avant), l’enfant a des savoirs et son développement consiste en une transformation permanente de ces savoirs et de la totalité de sa personne... « On ne construit que sur du donné » (Ph. Meirieu) et il est impossible d’enseigner quelque chose à un élève en dehors des savoirs-déjà-là de cet élève.


Voilà d’autres mauvais points.

3 - La conception de la lecture et des objectifs à atteindre : quels apprentissages les enfants vont-ils pouvoir faire ?
Dès la première page, bien des choix de présentation et de contenus se révèlent fort inquiétants :

L’utilisation du signe « = »
On connaît la signification de ce signe : « 2+3 = 5 » doit être compris comme le fait que « 5 » peut s’écrire aussi « 2+3 ». Les éléments qui figurent à gauche et à droite du signe sont deux réécriture semblables de la même notion.

Écrire : « l = L », cela revient donc à dire que la majuscule ne change rien à la signification de la minuscule, ce qui, du point de vue de la lecture est plus que dangereux : l’opposition majuscule / minuscule est un indice essentiel de la compréhension d’un texte.

Pire, l’utilisation de ce signe page 32 : « est = è » invite naturellement à neutraliser les différences d’orthographe, et comme, sur la même page, on observe également l’égalité suivante : « es = è », un raisonnement élémentaire conduit à la conclusion suivante :

P1 : est = è
P2 : es = è
Donc : est = es ... CQFD

Bonjour l’orthographe et la compréhension de son fonctionnement ! Pas étonnant si des difficultés surgissent plus tard...

La page 34 doit mettre en joie les enseignants de mathématiques :

« 1 et 1 = 2 »

la substitution du signe + par la conjonction « et » est un puisant contresens mathématique et un amalgame qui ne peut que nuire plus tard à la plupart des élèves.


très perplexe...  whistle:{}

n°272163
maitresse ​Z
Posté le 29-12-2010 à 08:52:49  profil
 

isa prof a écrit :

Léo et Léa, la pire "méthode" de lecture sur le marché
une vraie fabrique à crétins  hello:{}


tout à fait d'accord !  jap:{}

n°272271
Xica Xoco
Posté le 29-12-2010 à 12:10:14  profil
 

ai essayé de publier la fin du texte, mais ça veut pas  heink:{}


---------------
La laïcité n'est pas une opinion, c'est la liberté d'en avoir une.
n°272341
Breizhella
Posté le 29-12-2010 à 17:42:22  profil
 

Xica Xoco a écrit :

ai essayé de publier la fin du texte, mais ça veut pas  heink:{}

Citation:

À noter en plus, page 92, une égalité des plus surprenantes : OIN = oIN (???)

Curieuse notation, dont les justifications théoriques restent singulièrement floues...

Les couleurs et les dessins à la place des mots
Les couleurs sont présentées comme facilitant « le repérage des graphies et de la forme syllabique (?) ». Pour ce qui est de la forme syllabique, peut-être, si tant est que cette expression ait du sens.

Mais pour ce qui est de la lecture, sûrement pas : cette alternance de rose et de bleu est particulièrement contraire à la conduite de lecture, et particulièrement contraire à la découverte de l’orthographe : les lettres prétendument « muettes » (comme si les autres parlaient !!?), étant à demi effacées sous un gris qui rappelle qu’elles ne doivent pas être prononcées.

Le problème, c’est que la lecture étant une activité visuelle, la prononciation n’est guère primordiale (on peut très bien comprendre des mots qu’on ne sait pas prononcer, dans le romans russes, par exemple). En revanche, les lettres qui ne correspondent pas à la prononciation sont essentielles pour la compréhension et l’orthographe.

Non seulement, les enfants ne vont donc rien apprendre en matière d’orthographe ou de conduite de lecture, mais ce qu’ils vont apprendre installe des savoirs erronés, et des habitudes nocives.

Même remarque sur les dessins représentant les mots. Outre que cela conforte la représentation spontanée des enfants selon laquelle un mot aurait un sens en lui-même, ce qui est faux en français (un mot ne prend sens que par le contexte, pour la majorité d’entre eux), cela crée des habitudes nocives d’exploration du texte : ce sont les mots et le contexte qui permettent de comprendre, pas les images. Le sens de celles-ci dépend du texte qui les accompagne, car une image a toujours une infinité de sens possibles ; seul le texte permet de savoir celui qui convient en la circonstance. Encore un savoir bien mal construit !

Les syllabes artificielles
C’est évidemment le symbole même de ce type de méthode. Et nous avons, à plusieurs reprises souligné les dangers que cela présente




comment est-ce possible?  heink:{}

n°272629
CocciNeLLe​ RouGee
Posté le 30-12-2010 à 19:34:25  profil
 

Xica Xoco a écrit :

ai essayé de publier la fin du texte, mais ça veut pas  heink:{}


oui, la façon dont les messages sont "lus" laisse perplexe...

n°273047
isa prof
Posté le 02-01-2011 à 07:31:38  profil
 

CocciNeLLe RouGee a écrit :


oui, la façon dont les messages sont "lus" laisse perplexe...

Citation:

Les syllabes artificielles
C’est évidemment le symbole même de ce type de méthode. Et nous avons, à plusieurs reprises souligné les dangers que cela présente.

Un exemple de plus : page 4, il est impossible qu’un enfant, au moment où il va prononcer « lo » ne pense pas à ce que signifie cette syllabe dans son langage à lui, « l’eau ». Ainsi va s’installer dans sa tête une association « image graphique (signifiant) : lo » / « signifié : l’eau », qui installe d’avance des obstacles à l’acquisition de l’orthographe.

Le langage utilisé
Les explications, quand il y en a, mettent en jeu des formules langagières particulièrement peu rigoureuses.

Page 116, on trouve, à propos de la lettre « x », dont on peut au passage s’étonner qu’elle arrive si tard, au regard de sa fréquence dans la langue, la formule suivante :

« Quelquefois X se met à chanter ex= egz »

Hélas ! Ni « x » ni aucune lettre ne se met jamais à chanter !! On peut le regretter, pour ceux qui aiment le chant, mais c’est ainsi : les lettres sont des petits dessins qui n’ont ni voix, ni prononciation, et que les langues affectent de façon arbitraire (dépendant en fait de leur histoire et de leurs habitudes de prononciation) à la traduction écrite de leurs phonèmes.

Une telle présentation du rôle des lettres ne peut que conforter des conceptions erronées des relations oral / écrit, sources de problèmes plus tard. On le sait, plus les enfants sont jeunes, plus le langage utilisé avec eux doit être rigoureux et précis.

Ce n’est pas encore un bon point à donner ici.

Les textes proposés
Aucun doute, c’est là la plus grande gloire pour les auteurs. Remarquables à tout point de vue.







effectivement, la validation des messages manque de logique et de cohérence  hello:{}

 Page :   1  2  3  4  5  ..  87  88  89  ..  93  94  95  96  97  98

Aller à :