France2.fr
Enseignants, parents, élèves ou étudiants, ce forum est là pour recueillir toutes vos idées, questions et témoignages concernant l'éducation.

Comment participer au forum ?

  Accueil de ce forum  Rechercher  Aide  Charte
 
Mon inscription
Je m'inscris
 

Il y a 78 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Suivante
Auteur Sujet :

Idées pour réformer l'Éducation Nationale

n°325759
jairaison
Posté le 06-11-2016 à 10:27:48  profil
 

Reprise du message précédent :

fautavancer a écrit :


.outre l'education civique..il y avait du bon dans l'école d'avant..

il faut remettre les notes en primaire afin que les imbéciles sachent que ce sont de s imbéciles et que les bons eleves savant pourquoi, eux , travaillent

; Et si tous les profs cessaient d'être des fonctionnaires , Peut-être que cela irait mieux ?

les classes sont de moins en moins nombreuses et les cancres de plus en plus nombreux.. va comprendre .
48 a 50 eleves en classe de 6 eme en 1962 !!
28 a 30 aujourd"hui !





suite
moi aussi je me pose des questions sur l'avenir de nos retaites de nos enfants et petits enfants, ç'est la génération d ENSEIGNANTS DE 68 qui a detruit notre pays et nos enfants par leurs incompétence voulut

ils ne peuvent pas être dans les rues a reclamer et devant les gosses , ou en maladies imaginaire et devant les gosses
il faut ç'est imperatif supprimer se statut , pour ceux qui ne sont pas capable demissionnent ou les virer

je voterai sans doute pour fillion qui est le seul a voir pour l'école et le pays il faut méttre de légalité sinon la france est tout prét d'une guérre civile

la seul chose de positif pour moi , que si le privé, plonge les fonctionnaires suivent

plus de kk pour les goinfrer plus rien pour ses imcompétents

n°325763
Louis45000
Posté le 07-11-2016 à 16:40:39  profil
 

Le premier problème de l'éducation actuelle est le manque de rigueur. Manque de rigueur par la hausse de distractions à dispositions des enfants (mp3, téléphone, tablette etc...). C'est un fait qu'on ne peut nier. Maintenant il est vrai qu'en comparant les effectifs d'il y a une cinquantaine d'années (50 élèves) à maintenant (30aine d'élèves) on se pose beaucoup de questions. Professeurs moins compétents? Hausse de la charge et du niveau scolaire? Pourquoi donc un plus haut taux d'échec? Pour moi, la réussite scolaire passe d'abord par soi-même. Il faut le vouloir et s'en donner les moyens.


---------------
http://www.sos-serrurier-orleans.com/
n°325765
jairaison
Posté le 08-11-2016 à 09:35:01  profil
 

Louis45000 a écrit :


Le premier problème de l'éducation actuelle est le manque de rigueur. Manque de rigueur par la hausse de distractions à dispositions des enfants (mp3, téléphone, tablette etc...). C'est un fait qu'on ne peut nier. Maintenant il est vrai qu'en comparant les effectifs d'il y a une cinquantaine d'années (50 élèves) à maintenant (30aine d'élèves) on se pose beaucoup de questions. Professeurs moins compétents? Hausse de la charge et du niveau scolaire? Pourquoi donc un plus haut taux d'échec? Pour moi, la réussite scolaire passe d'abord par soi-même. Il faut le vouloir et s'en donner les moyens.

ç',est juste il faut s'en donner les moyens, mais la vie peut vous jouer des tours, basculer , la maladie divorce chomage pour le privé et la,,,,,,les moyens il n'y en a plus , sauf pour les fonctionnaires payer a cent pour cent la vie est beaucoup plus façile

égalité public privé ne sera que justice dans tout

n°325892
fabienf47
Posté le 15-12-2016 à 01:09:14  profil
 

Le message de l'auteur de ce fil (maevane doegle) n'est qu'un ramassis d'inepties...(un subtil mélange de prétention et d'ignorance). On sent la pensée vide et totalement déconnectée du réel de l'étudiante qui passe ses journées dans des bibliothèques à potasser des ouvrages de sciences de l'éducation...Elle n'a jamais donné le moindre cours de sa vie, jamais géré le moindre élève, jamais corrigé la moindre copie, n'a aucune idée du stress et de la fatigue moyenne du prof d'aujourd'hui mais visiblement elle semble tout savoir sur les causes et les solutions...

En fait les solutions sont très simples:

1) Que les parents se chargent un peu de l'éducation de leurs gosses ce qui évitera aux profs de le faire à leur place
2) Que l'administration soutienne sans faille les profs et les élèves sérieux face aux élèves pourisseurs et non l'inverse avec des sanctions réellement dissuasives.
3) que les profs soient mieux payés (ben oui ce n'est pas en payant au lance-pierre quelqu'un qu'on peut ensuite
lui demander de faire des miracles)
4) Par rapport à la formation ce n'est pas qu'elle est incomplète..elle est juste inexistante...la formation des Espe c'est :"des pures inepties sorties tout droit du cerveau malade des experts en sciences de l'éduc, une idéologie totalement absurde de l'élève capable de construire tout seul son savoir, un modèle du prof animateur à la place du prof qui apprend et qui explique, de l'affectif ridicule, de l'idéologie bisounours, bref: n'importe quoi"


---------------
"La jalousie consiste à vouloir détruire ce que l'on est incapable d'obtenir"
n°325913
Maévane D​oegle
Happiness is a choice
Posté le 22-12-2016 à 00:54:10  profil
 

Bonjour Monsieur,

Je m'excuse si mes propos sont ineptes, caractère due à mon manque d'expérience je pense…
Par contre n'y voyez aucune prétention. Je suis lycéenne, je n'ai pas revêtu d'autre statut que celui d'élève. J'ai donc conscience que je ne peux pas parler au nom des professeurs, et que je ne suis pas en mesure de trouver des idées pour améliorer leur place dans notre système éducatif.


"On sent la pensée vide et totalement déconnectée du réel de l'étudiante qui passe ses journées dans des bibliothèques à potasser des ouvrages de sciences de l'éducation..." :) Conclusions hâtives ? Et peut-on juger la personnalité d'une personne grâce à quelques messages venant de sa part ? Ouille ouille ouille

"Elle n'a jamais donné le moindre cours de sa vie" C'est vrai

"[elle n'a] jamais géré le moindre élève, jamais corrigé la moindre copie, n'a aucune idée du stress et de la fatigue moyenne du prof d'aujourd'hui" Oui, je n'ai jamais vécu cette situation, mais cela ne m'empêche pas d'avoir conscience du mal-être que cela engendre…

"mais visiblement elle semble tout savoir sur les causes et les solutions..." Réformer ce système doit être le résultat de nombreuses études mené par diverses catégories de personnes expérimentées, je n'en fait pas partie. Néanmoins, cela n'empêche pas que je puisse proposer des idées.

Voilà ! N'y voyez aucune méchanceté surtout :)
Merci, joyeux Noël, et tous mes vœux pour cette nouvelle année !

P.S : je vous rassure, je ne sais même pas ou se trouve la bibliothèque dans ma ville, et oops j'ai oublié de commander des livres sur les sciences de l'éducation à Noël ! :)


---------------
Maévane Doegle
n°325921
NyaW
Posté le 22-12-2016 à 23:44:43  profil
 

Pour réformer l'éducation nationale, il faut réformer la formation professionnelle des enseignants.
La quasi-totalité des enseignants que je connais cherchent à améliorer sans cesse leurs pratiques, sont conscients des difficultés des élèves, et cherchent à y remédier. Mais la formation est nullissime dans tous les domaines.
Alors chacun cherche dans son coin, tâtonne, bricole, s'informe où il peut. Mais ce n'est pas satisfaisant.
Et pourtant la demande est forte :
- Comment gérer les dys ? Comment les aider dans la classe ?
- Comment gérer l'hétérogénéité : aider chacun à progresser sans freiner ni les faibles, ni les forts, ni les moyens ?
- La question qui va avec : comment gérer l'autonomie ? S'occuper de chacun signifie laisser les autres être autonome, comment faire avec des petits ?
- Comment aider les handicapés, comment détecter les troubles ?
- Comment enseigner l'orthographe, les enfants ayant beaucoup plus de mal à mémoriser qu'avant ?
Etc...

La tendance actuelle, et elle est compréhensible, c'est de s'occuper de chaque enfant avec des apprentissages et des aides correspondant à ses besoins. Ce qui fait que dans une classe on se retrouve avec autant de groupes qu'il y a de profils d'élèves : 12 groupes, 12 préparations différentes ? ce qui est complètement ingérable.

n°325925
singe
Posté le 23-12-2016 à 12:13:09  profil
 

NyaW a écrit :


Pour réformer l'éducation nationale, il faut réformer la formation professionnelle des enseignants.

- Comment enseigner l'orthographe, les enfants ayant beaucoup plus de mal à mémoriser qu'avant ?



jacaset0:

Citation:



(...) il y a un paquet de jeunes qui arrivent en 6em sans savoir lire et comprendre un texte, savoir écrire et compter correctement
Ces jeunes sont donc foutu pour le reste de leur scolarité et de leur vie. (...)
Apprendre à lire et comprendre un texte et à écrire ça permet en même temps d'apprendre à apprendre et apprendre à réfléchir
En prime , dans le même temps on peut leur donner l'envie d'apprendre
Ensuite c'est gagné pour toute la vie.

Donc, savoir écrire et lire est la base de tout autre apprentissage à l'école et plus tard.
Il est normal que des profs de l'école demandent:
COMMENT ENSEIGNER L'ORTHOGRAPHE? '

C'est apparemment aussi le cas de NyaW qui voit le problème, du moins partiellement, chez les élèves qui ont "beaucoup plus de mal à mémoriser qu'avant".

Enseigner l'orthographe n'a jamais marché pour tous les élèves. Du temps du fameux 'certificat d'études', aux temps où comme essaient de nous faire croire les conservatifs, les grand-mères et grand-pères apprenaient l'orthographe de façon parfaite, c'était à peu près 50% seulement d'une classe d'âge qui arrivaient à obtenir ce certificat. L'autre moitié échouait parce que, justement elle ne maitrisait pas l'écriture de leur langue. Et même dans les 50% des chanceux cette maitrise était pour une grande partie d'entre eux seulement 'suffisante', jamais parfaite.

Cela n'a très peu à voir avec les apprenants et beaucoup avec la construction volontairement sur-compliquée de l'orthographe: l'Académie française s'était donné "pour tâche de fixé le bon usage qui permet, dit-elle, de "distinguer les gens de lettres d'avec les les ignorants et les simples femmes" ".

Réformer l'orthographe en profondeur (car tout se tient) est absolument nécessaire pour éviter les échecs scolaires et après l'école, pour donner "l'envie d'apprendre", mais aussi pour supprimer sa fonction de tri social.

Au cours de l'histoire de l'orthographe, il y a eu des période où, comme le faisaient déjà les "jongleurs" au Moyen Âge, on écrivait comme on prononçait. Aujourd'hui une telle écriture a été développée (Ortograf Altèrnativ) et elle pourrait facilement résoudre le problème actuel, car un tel nouveau code s'apprend en six mois, souvent déjà en six semaines



---------------
Il è gran tan de revenir a la rèzon é de plasé l'instruksyon, l'étude, la réflèksyon o desu de l'opinyon, de la pasyon, de l'émosyon.
n°325926
singe
Posté le 23-12-2016 à 12:43:34  profil
 

L'OrAl (Ortograf Altèrnativ) est une écriture phono-centrée, pas phonétique.
Chaque son est représenté par son signe unique.
Ce qui ne se prononce pas ne s'écrit pas non plus: pas de lettres muettes ou doubles.

En Finlande on écrit exactement comme cela, en Espagne et Italie (avec très peu d'exceptions) aussi.

Pourquoi pas en France???

Ainsi on redécouvrirait la vraie grammaire du français qui est aujourd'hui enfouie sous une couche assez épaisse de lettres muettes, entièrement superflues et nocives, d'une deuxième "grammaire" qui existe uniquement à l'écrit et qui est la cause principale de la maitrise "minable" de l'orthographe actuelle chez les Francophones.

Pourquoi écrire: 'les maisons que nous avons vues', quand on peut écrire: 'lé mèzon ke nou-z avon vu' ?
Pourquoi: 'Tu parles anglais, mais Pierre parle russe, et tu sais, ses parents parlent italien', quand on prononce et pourrait écrire: 'Tu parl anglè, mè Pièr parl rus, é tu sé, sé paran parl italyin' ?


---------------
Il è gran tan de revenir a la rèzon é de plasé l'instruksyon, l'étude, la réflèksyon o desu de l'opinyon, de la pasyon, de l'émosyon.
n°326113
singe
Posté le 04-03-2017 à 15:25:21  profil
 

L'orthographe est en grande partie le résultat du hasard et du caprices des hommes. La plupart de ses règles pourraient être autres - souvent meilleures.
Ce n'est absolument pas une preuve d'inintelligence que de faire des fautes, ni une preuve d'intelligence de ne pas en faire.
Les 'lettres fantaisistes' ajoutées surtout par les hommes de loi (XIIIe et XIVe siècles) inspirées d'étymologies latines plus ou moins fantaisistes et les nouveaux signes inventés par l'imprimerie un peu plus tard attribuent à la confusion ahurissantes de l'écriture de la "bonne bourgeoisie" sous Louis-Philippe qui est toujours en vigueur.

Aujourd'hui, en démocratie où tout le monde a besoin de savoir bien écrire et lire, une réforme en profondeur avec très peu de règles claires et sans équivoques semble être le seul moyen d'éviter l'actuelle catastrophe orthographique de ce répandre de plus en plus.


---------------
Il è gran tan de revenir a la rèzon é de plasé l'instruksyon, l'étude, la réflèksyon o desu de l'opinyon, de la pasyon, de l'émosyon.
 Page :   1  2
Page Suivante

Aller à :