France2.fr
Enseignants, parents, élèves ou étudiants, ce forum est là pour recueillir toutes vos idées, questions et témoignages concernant l'éducation.

Comment participer au forum ?

  Accueil de ce forum  Rechercher  Aide  Charte
 
Mon inscription
Je m'inscris
   FORUM France 2 » Education »

des réformes tous les ans !

 

Il y a 85 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Précédente
Auteur Sujet :

des réformes tous les ans !

n°315193
GLENAN29
Posté le 01-09-2013 à 09:21:52  profil
 

Contrairement à une idée reçue, il y a constamment des réformes à l'Education nationale. Sauf que certaines sont médiatisées parce qu'elles rencontrent des oppositions.
Ces dernières années, il y a par exemple eu :
-la création du bac.pro en 3 ans (au lieu de 4) et la suppression du BEP en examen officiel
-la rénovation des programmes de collège puis de lycée
-la rénovation des Travaux pratiques
-l'incitation pour les profs du privé à passer des concours afin d'être titulariser
-l'extension du contrôle continu au cours de l'année (au lieu des épreuves d'examen anonymes en fin d'année)
-l'extension du numérique (parfois un peu gadget...)
On est donc loin de cet EN monolithique comme souvent présentée. Mais trop de réformes, n'est-ce pas un risque de perdre les élèves, qui ont besoin de stabilité, et les parents qui ne connaissent pas tous le système ?

n°315300
trop 432
Posté le 09-09-2013 à 13:40:32  profil
 

GLENAN29 a écrit :


Contrairement à une idée reçue, il y a constamment des réformes à l'Education nationale. Sauf que certaines sont médiatisées parce qu'elles rencontrent des oppositions.
Ces dernières années, il y a par exemple eu :
-la création du bac.pro en 3 ans (au lieu de 4) et la suppression du BEP en examen officiel
-la rénovation des programmes de collège puis de lycée
-la rénovation des Travaux pratiques
-l'incitation pour les profs du privé à passer des concours afin d'être titulariser
-l'extension du contrôle continu au cours de l'année (au lieu des épreuves d'examen anonymes en fin d'année)
-l'extension du numérique (parfois un peu gadget...)
On est donc loin de cet EN monolithique comme souvent présentée. Mais trop de réformes, n'est-ce pas un risque de perdre les élèves, qui ont besoin de stabilité, et les parents qui ne connaissent pas tous le système ?


Oui, il y a toujours des réformes, mais sont-elles les bonnes ???


---------------
chacun chez soi, les vaches seront bien gardées
n°315303
pitpit38
Posté le 09-09-2013 à 20:52:28  profil
 

GLENAN29 a écrit :


Contrairement à une idée reçue, il y a constamment des réformes à l'Education nationale. Sauf que certaines sont médiatisées parce qu'elles rencontrent des oppositions.
Ces dernières années, il y a par exemple eu :
-la création du bac.pro en 3 ans (au lieu de 4) et la suppression du BEP en examen officiel
-la rénovation des programmes de collège puis de lycée
-la rénovation des Travaux pratiques
-l'incitation pour les profs du privé à passer des concours afin d'être titulariser
-l'extension du contrôle continu au cours de l'année (au lieu des épreuves d'examen anonymes en fin d'année)
-l'extension du numérique (parfois un peu gadget...)
On est donc loin de cet EN monolithique comme souvent présentée. Mais trop de réformes, n'est-ce pas un risque de perdre les élèves, qui ont besoin de stabilité, et les parents qui ne connaissent pas tous le système ?



c'est marrant, mais on oublie la réforme des BAC STI. Passage d'une dizaine de spécialités à 4, changement de discipline des profs du technique qui devienne polyvalents (un peut comme si on demandait aux profs de langues d'enseigner toutes les langues avec une vague formation via internet)

et je passe les machines qui partes à la poubelle (parfois certaines achetées très récemment par les régions, les réorganisations de salles, de pratiques pédagogiques, etc.

Les profs, les parents et les élèves ne s'y retrouvent plus.


---------------
« Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous. » (Gandhi)
n°315975
GLENAN29
Posté le 05-11-2013 à 10:59:14  profil
 

Et j'oubliais la mise en place des AVS, assistant(e)s de vie scolaire, auprès des handicapés, utiles ou contraignants selon la personnalité de ces AVS, leur discrétion, ou pas.

n°315994
Zarko no
Posté le 06-11-2013 à 14:24:30  profil
 

"Plus ça change plus c'est la même chose". A.Allais"


Dans l'EN, c'est la même chose en pire.. Tiraillée par les modes, les lubies des ministres, les scientologues de l'Education, l'individualisme, les appétits financiers (éditeurs, livres et méthodes de certains pédagogues , boîtes informatiques, intervenants et bientôt "boîtes périsco" etc), l'EN ne pourra plus faire face. C'est sans doute le but non avoué finalement. fou:{}

n°316235
GLENAN29
Posté le 19-11-2013 à 14:40:07  profil
 

C'est vrai que l'on a attribué tellement de nouvelles "missions" aux enseignants, que l'on s'est éloigné des fondamentaux : les enseignants eux-mêmes le disent depuis des années. Cela ne veut pas dire pour autant un retour aux anciennes méthodes qui ne marcheraient plus aujourd'hui.

n°316260
Zarko no
Posté le 20-11-2013 à 01:04:32  profil
 

Cela ne veut pas dire pour autant un retour aux anciennes méthodes qui ne marcheraient plus aujourd'hui.


Lesquelles ? Si vous parlez des méthodes d'apprentissage de la lecture, la méthode dite "syllabique" reste encore la plus efficace...

n°316608
GLENAN29
Posté le 04-12-2013 à 14:58:39  profil
 

Il me semble que la méthode globale a été testée à la fin des années 1970 et abandonnée au bout de 5 ans. Ce que je critique, c'est le "par-cœur" : apprendre quelque chose qu'on ne comprend pas.

n°316617
tpalouf
Posté le 04-12-2013 à 18:25:38  profil
 

GLENAN29 a écrit :


Il me semble que la méthode globale a été testée à la fin des années 1970 et abandonnée au bout de 5 ans. Ce que je critique, c'est le "par-cœur" : apprendre quelque chose qu'on ne comprend pas.


Encore une erreur ! et grave !
Il y a des âges et il y a des "matières" où le "par coeur" est OBLIGATOIRE !
Evidemment qu'il vaut mieux comprendre pour apprendre, mais combien ont appris les tables de multiplication sans vraiment comprendre comment elles "fonctionnaient", pourtant, ils les ont utilisés toute leur vie. Quand un gamin arrive en 6° et qu'il ne connait pas par coeur ses tables, il aura du mal en arithmétique, en fraction, en factorisation, en pourcentage, en proportionnalité, etc…
Pour beaucoup de "bases" (math, grammaire, orthographe, histoire-géo…), le "par coeur" est souvent obligatoire !!!

n°316660
Zarko no
Posté le 06-12-2013 à 14:54:34  profil
 

Bien évidemment qu'il faut du "par coeur". Les tables de multiplication sont incontournables, par exemple. Hélas, des élèves ne les savent pas en CM2 et au collège...Les pédagos espérant qu'ils les découvriront par eux-mêmes !

pffff.....

n°317838
GLENAN29
Posté le 25-04-2014 à 23:00:25  profil
 

"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme"....16 ème siècle, Rabelais (souvenir de Seconde, au lycée Chaptal, en 1990)

n°317840
zorg25
Nenni ma foi
Posté le 26-04-2014 à 10:24:18  profil
 

GLENAN29 a écrit :


Contrairement à une idée reçue, il y a constamment des réformes à l'Education nationale. Sauf que certaines sont médiatisées parce qu'elles rencontrent des oppositions.
Ces dernières années, il y a par exemple eu :
-la création du bac.pro en 3 ans (au lieu de 4) et la suppression du BEP en examen officiel
-la rénovation des programmes de collège puis de lycée
-la rénovation des Travaux pratiques
-l'incitation pour les profs du privé à passer des concours afin d'être titulariser
-l'extension du contrôle continu au cours de l'année (au lieu des épreuves d'examen anonymes en fin d'année)
-l'extension du numérique (parfois un peu gadget...)
On est donc loin de cet EN monolithique comme souvent présentée. Mais trop de réformes, n'est-ce pas un risque de perdre les élèves, qui ont besoin de stabilité, et les parents qui ne connaissent pas tous le système ?



La logique est purement comptable.

1) Un bac pro en 3 ans au lieu de 4 coûtera une année de moins.
2) La réforme Peillon ne consiste en rien d'autre qu'à transférer certains frais sur le dos des contribuables.
3) La dévalorisation des diplômes consiste à diminuer fortement les redoublements, car un élève qui redouble coûte cher.
4) Instaurer un seuil minimal de 26 élèves par classes avant fermeture dans les zones rurales n'aura aucun autre effet que de doper les écoles privées, et permettra ainsi à l'EN de se décharger financièrement des pecnos.
5) Obliger des profs qui ne parlent pas anglais, à enseigner l'anglais, permet d'économiser des formations.

La liste est non exhaustive.

L'EN, c'est un peu comme la sécurité sociale. Plus elle coûte, moins elle est performante (d'ailleurs en tant que citoyen de ce pays, j'exige des comptes). Cela change toutes les 5 minutes, c'est vrai, mais cela ne va jamais dans le bon sens. Et s'il faut une stabilité pour les enfants, alors peut-être qu'il serait judicieux d'arrêter de tout changer tout le temps.

n°318257
reaeung
Posté le 05-06-2014 à 21:49:49  profil
 

zorg25 a écrit :



La logique est purement comptable.

1) Un bac pro en 3 ans au lieu de 4 coûtera une année de moins.
2) La réforme Peillon ne consiste en rien d'autre qu'à transférer certains frais sur le dos des contribuables.
3) La dévalorisation des diplômes consiste à diminuer fortement les redoublements, car un élève qui redouble coûte cher.
4) Instaurer un seuil minimal de 26 élèves par classes avant fermeture dans les zones rurales n'aura aucun autre effet que de doper les écoles privées, et permettra ainsi à l'EN de se décharger financièrement des pecnos.
5) Obliger des profs qui ne parlent pas anglais, à enseigner l'anglais, permet d'économiser des formations.

La liste est non exhaustive.

L'EN, c'est un peu comme la sécurité sociale. Plus elle coûte, moins elle est performante (d'ailleurs en tant que citoyen de ce pays, j'exige des comptes). Cela change toutes les 5 minutes, c'est vrai, mais cela ne va jamais dans le bon sens. Et s'il faut une stabilité pour les enfants, alors peut-être qu'il serait judicieux d'arrêter de tout changer tout le temps.





les économies mal placées en matière scolaire c'est plutôt sur le compte de Sarko qu'il faut les mettre
combien de classes de campagne ont fermées sous Sarko
et combien de contrat d'aide scolaire pour enfants handicapés n'avaient pas été renouvelés , laissant ainsi ces pauvres gamins sur le carreau
ce furent d'ailleurs des économies mal placées , car si sur le coup on économise le salaire des aides , l'enfant handicapé ne peut pas suivre sa scolarité normalement
or un enfant handicapé non scolarisé coûtera bien plus cher au bout du compte durant toute sa vie
donc voyez tout cela avec Sarko, svp

n°319623
GLENAN29
Posté le 30-09-2014 à 11:08:41  profil
 

Bref, ceux qui prétendent qu'il n'y pas de réforme, sont de mauvaise foi ou ne se renseignent pas. Il suffit d'aller vérifier, de comparer les programmes d'une décennie sur l'autre.

n°321270
GLENAN29
Posté le 29-12-2014 à 14:04:24  profil
 

Certaines réformes ont été faites par des gens qui n'ont jamais enseigné : étonnant !

n°321447
patricklel​oup75
Posté le 14-01-2015 à 11:28:11  profil
 

trop 432 a écrit :


Oui, il y a toujours des réformes, mais sont-elles les bonnes ???



Salut,
Sont elles bonnes ? Bonne question mais on connait déjà la réponse :D

n°323019
GLENAN29
Posté le 09-06-2015 à 11:39:12  profil
 

Et il est étonnant d'entendre ceux qui réclament des réformes faire preuve de conservatisme quand leurs intérêts sont concernés.

n°323021
fabienf47
Posté le 09-06-2015 à 14:13:40  profil
 

GLENAN29 a écrit :


Et il est étonnant d'entendre ceux qui réclament des réformes faire preuve de conservatisme quand leurs intérêts sont concernés.


De la pure novlangue gaucho-pédago, on croirait entendre la ministre en personne.....intérêts...comme si ce mot avait
encore un sens au vu de l'état actuel du corps professoral...disons plutôt qu'on essaye de survivre, ça c'est plus réaliste...


---------------
"La jalousie consiste à vouloir détruire ce que l'on est incapable d'obtenir"
n°323189
Maévane D​oegle
Happiness is a choice
Posté le 11-07-2015 à 00:05:30  profil
 

GLENAN29 a écrit :


Contrairement à une idée reçue, il y a constamment des réformes à l'Education nationale. Sauf que certaines sont médiatisées parce qu'elles rencontrent des oppositions.
Ces dernières années, il y a par exemple eu :
-la création du bac.pro en 3 ans (au lieu de 4) et la suppression du BEP en examen officie
-la rénovation des programmes de collège puis de lycée
-la rénovation des Travaux pratiques
-l'incitation pour les profs du privé à passer des concours afin d'être titulariser
-l'extension du contrôle continu au cours de l'année (au lieu des épreuves d'examen anonymes)
-l'extension du numérique (parfois un peu gadget)
On est donc loin de cet EN monolithique comme souvent présentée. Mais trop de réformes, n'est-ce pas un risque de perdre les élèves, qui ont besoin de stabilité, et les parents qui ne connaissent pas tous le système ?




Bonjour,

Alors tout d'abord, moi je suis élève encore aujourd'hui, et je peux vous dire que non, nous n'avons pas besoin de "stabilité" ! Oui, l'Education Nationale risquerait de nous perdre si elle fait de grosses réformes aussi peu cohérentes que les petites qu'elle met en place actuellement. Mais de là à ce qu'elle se bouge vraiment, je pense qu'il va se passer pas mal de temps…

Il faut vraiment, mais vraiment des grosses réformes utiles. Parce que nous, les élèves et les principaux concernés, nous ne demandons qu'une chose : avoir une école différente. La réforme que j'attends devra changer tout le système éducatif, et pas des minuscules petits bouts par-ci par-là, parce que personnene voit de véritable changement ! Cette remise à niveau du système éducatif devra anéantir les inégalités, adapter ses méthodes d'apprentissage à chaque enfant

Le problème de l'école aujourd'hui, c'est qu'elle n'est adaptée qu'à une petite partie de ses élèves. Sont exclus les enfants qui ne sont ni scientifiques ni linguistiques, ceux qui présentent des petits troubles comme la dyslexie, les élèves qui ont des difficultés sociales, ceux qui n'ont aucune aide chez eux pour leurs devoirs, ou bien ceux qui n'ont même pas le temps de travailler à la maison… L'école n'est pas assez ouverte.

Vous voyez, il y a trop de problèmes à l'Education Nationale aujourd'hui pour fermer les yeux dessus. Entre le décrochage scolaire, le harcèlement entre élèves ou avec les professeurs, les inégalités, l'innefficacité des cours… et pleins d'autres choses encore, nous ne pouvons plus nous contenter de la stabilité actuelle. Il faut agir.

Maévane


---------------
Maévane Doegle
n°323240
fabienf47
Posté le 13-07-2015 à 13:29:26  profil
 

Maévane Doegle a écrit :




Bonjour,

Alors tout d'abord, moi je suis élève encore aujourd'hui, et je peux vous dire que non, nous n'avons pas besoin de "stabilité" ! Oui, l'Education Nationale risquerait de nous perdre si elle fait de grosses réformes aussi peu cohérentes que les petites qu'elle met en place actuellement. Mais de là à ce qu'elle se bouge vraiment, je pense qu'il va se passer pas mal de temps…

Il faut vraiment, mais vraiment des grosses réformes utiles. Parce que nous, les élèves et les principaux concernés, nous ne demandons qu'une chose : avoir une école différente. La réforme que j'attends devra changer tout le système éducatif, et pas des minuscules petits bouts par-ci par-là, parce que personnene voit de véritable changement ! Cette remise à niveau du système éducatif devra anéantir les inégalités, adapter ses méthodes d'apprentissage à chaque enfant

Le problème de l'école aujourd'hui, c'est qu'elle n'est adaptée qu'à une petite partie de ses élèves. Sont exclus les enfants qui ne sont ni scientifiques ni linguistiques, ceux qui présentent des petits troubles comme la dyslexie, les élèves qui ont des difficultés sociales, ceux qui n'ont aucune aide chez eux pour leurs devoirs, ou bien ceux qui n'ont même pas le temps de travailler à la maison… L'école n'est pas assez ouverte.

Vous voyez, il y a trop de problèmes à l'Education Nationale aujourd'hui pour fermer les yeux dessus. Entre le décrochage scolaire, le harcèlement entre élèves ou avec les professeurs, les inégalités, l'innefficacité des cours… et pleins d'autres choses encore, nous ne pouvons plus nous contenter de la stabilité actuelle. Il faut agir.

Maévane



je m'interroge; au début j'ai pris pour argent comptant ce que vous m'avez dit et maintenant je me demande si le pédagogue de service Eldu alias EDL alias pootchiblue alias frenetique alias angeline M et alias plein d'autres pseudos encore n'est pas en train de nous faire son grand retour en se faisant passer pour une lycéenne.....
Même discours de base pédagogiste et même méthode consistant à déterrer à la chaîne des vieux fils de discussion.
je demande l'avis de pitpit et zorg qui le connaissent aussi bien que moi:

Alors les amis, Maevane =Eldu??????????


---------------
"La jalousie consiste à vouloir détruire ce que l'on est incapable d'obtenir"
n°323244
jacaset0
Posté le 13-07-2015 à 16:20:51  profil
 

GLENAN29 a écrit :


Certaines réformes ont été faites par des gens qui n'ont jamais enseigné : étonnant !




C'est marrant comme remarque
Dans le privé, il n'existe pas d'entreprise sérieuse qui ne fasse pas appel à des consultants extérieurs
C'est le meilleur moyen de regarder ce qui ne va pas dans votre entreprise
C'est vrai que le Mammouth est loin d'avoir la moindre envie d'avoir la moindre compétence et le sérieux dans sa gestion et sa vision du monde des enfants
C'est également vrai qu'un prof n'a aucune idée du monde réel
Les imbéciles prétendent encore former des jeunes pour leur donner des armes pour se débrouiller dans un monde qu'ils ne connaissent pas
C'est un gâchis et en plus ça nous coute les yeux de la tête

n°323268
jairaison
Posté le 14-07-2015 à 10:04:26  profil
 

reaeung a écrit :





les économies mal placées en matière scolaire c'est plutôt sur le compte de Sarko qu'il faut les mettre
combien de classes de campagne ont fermées sous Sarko
et combien de contrat d'aide scolaire pour enfants handicapés n'avaient pas été renouvelés , laissant ainsi ces pauvres gamins sur le carreau
ce furent d'ailleurs des économies mal placées , car si sur le coup on économise le salaire des aides , l'enfant handicapé ne peut pas suivre sa scolarité normalement
or un enfant handicapé non scolarisé coûtera bien plus cher au bout du compte durant toute sa vie
donc voyez tout cela avec Sarko, svp




je suis ok avec toi se n'est pas la qui fallait les supprimer , mais dans ceux qui sont toujours absent pour maladies imaginaire comme machin truc sur se forum épuisé de naissance

n°323269
jairaison
Posté le 14-07-2015 à 10:06:37  profil
 

jacaset0 a écrit :




C'est marrant comme remarque
Dans le privé, il n'existe pas d'entreprise sérieuse qui ne fasse pas appel à des consultants extérieurs
C'est le meilleur moyen de regarder ce qui ne va pas dans votre entreprise
C'est vrai que le Mammouth est loin d'avoir la moindre envie d'avoir la moindre compétence et le sérieux dans sa gestion et sa vision du monde des enfants
C'est également vrai qu'un prof n'a aucune idée du monde réel
Les imbéciles prétendent encore former des jeunes pour leur donner des armes pour se débrouiller dans un monde qu'ils ne connaissent pas
C'est un gâchis et en plus ça nous coute les yeux de la tête





juste juste hello:{}

n°323303
GLENAN29
Posté le 15-07-2015 à 18:19:11  profil
 

Jacaset0 répète que les profs "ne connaissent pas le monde réel" : ma femme est prof et elle connait le monde du handicap puisque notre fils est handicapé. Est-ce le "monde réel" pour vous, selon vos critères ? Mesurez vos propos : le monde est plus complexe que vos certitudes de militaire à la retraite qui n'a jamais fait la guerre, sinon de tourner en rond dans une caserne avant d'être recasé par piston. J'en connais ! Ils ont un avis sur tout ! "Y'a qu'à", "suffit de"...
Mais je vous rassure, ma femme a des collègues qui ont bossé dans des entreprises...elle même a bossé à l'usine pour payer ses études.

n°323315
jacaset0
Posté le 16-07-2015 à 15:27:49  profil
 

GLENAN29 a écrit :


Citation :
Jacaset0 répète que les profs "ne connaissent pas le monde réel"

Mais je vous rassure, ma femme a des collègues qui ont bossé dans des entreprises...elle même a bossé à l'usine pour payer ses études.




Je crois que vous inventez
A la CGPME ils ont organisé des stages de quelques jours dans des PME pour informer les profs qui ne savent ce que c'est
Ils ont reçu des tas de profs ravi qui n'avaient aucune idée du travail d'un patron ou d'un salarié d'une PME

 Page :   1  2
Page Précédente

Aller à :
   FORUM France 2 » Education »

des réformes tous les ans !