France2.fr
Enseignants, parents, élèves ou étudiants, ce forum est là pour recueillir toutes vos idées, questions et témoignages concernant l'éducation.

Comment participer au forum ?

  Accueil de ce forum  Rechercher  Aide  Charte
 
Mon inscription
Je m'inscris
   FORUM France 2 » Education »

Violences scolaires : les chiffres

 

Il y a 106 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  31  32  33  34  35  36
Page Précédente
Auteur Sujet :

Violences scolaires : les chiffres

n°118752
Sophie Ros​topchine
Posté le 30-05-2007 à 22:49:57  profil
 

Reçu aujourd'hui, le 3 volets promotionnel conduisant au bulletin d'adhésion de l'ASL départementale.

En voici l'argumentaire, auquel renvoie l'accroche "Aujourd'hui, votre journée se termine bien, mais demain ?" :

• 44 plaintes de parents d'élève par jour de classe.

• 126 agressions physiques dans le second degré sans arme par jour de classe.

• 9 agressions physiques dans le second degré avec arme (ou arme par    destination) par jour de classe.

• 114 insultes ou menaces graves par jour de classe.



On peut toujours réfléchir, à ça aussi.

Message cité 3 fois
Message édité par Sophie Rostopchine le 31-05-2007 à 00:21:46

---------------
"Les mœurs font toujours de meilleurs citoyens que les lois."
n°118755
6behrit
Où kelle est la Russie ?
Posté le 30-05-2007 à 23:57:53  profil
 

C'est l'autonome de solidarité ?


---------------
2009 : Grève Générale Européenne ? Mais France 2 n'a toujours pas progressé dans sa géographie orientale ! Et la riante Sibérie, alors, on ne la met pas sur la carte ???
n°118757
Sophie Ros​topchine
Posté le 31-05-2007 à 00:20:06  profil
 

6behrit a écrit :

C'est l'autonome de solidarité ?



 jap:{}
 


---------------
"Les mœurs font toujours de meilleurs citoyens que les lois."
n°118779
Profil sup​primé
Posté le 31-05-2007 à 09:39:38  
 

Sophie Rostopchine a écrit :

Reçu aujourd'hui, le 3 volets promotionnel conduisant au bulletin d'adhésion de l'ASL départementale.

En voici l'argumentaire, auquel renvoie l'accroche "Aujourd'hui, votre journée se termine bien, mais demain ?" :

• 44 plaintes de parents d'élève par jour de classe.

• 126 agressions physiques dans le second degré sans arme par jour de classe.

• 9 agressions physiques dans le second degré avec arme (ou arme par    destination) par jour de classe.

• 114 insultes ou menaces graves par jour de classe.




On peut toujours réfléchir, à ça aussi.





et a ca aussi..."brutalites et harcelement physique et moral exerce sur des enfants par des personels du ministere" .

http://www.defenseurdesenfants [...] baldet.pdf

j'en ai d'autres si tu veux... :D  

n°118781
Cryopedien
Dieu des Maths-stagiaire
Posté le 31-05-2007 à 09:45:15  profil
 

[/url]

Toujours dans la même logique, je vois...

Il faudrait supprimer l'ensemble du corps enseigannt, si on est si dangereux pour vos enfants...A charge pour vous, dans ce cas, de les garder toute la journée et de les instruire...

 


---------------
Grâce aux activités des deux débiles du forum ( radiateur et muph), ce forum 'éducation' est devenu le forum 'injures'. Faut il rappeler que les injures sont tous ce qui reste à ceux qui ne peuvent dialoguer ou argumenter?
n°118782
Profil sup​primé
Posté le 31-05-2007 à 09:49:31  
 

Cryopedien a écrit :

Toujours dans la même logique, je vois...

Il faudrait supprimer l'ensemble du corps enseigannt, si on est si dangereux pour vos enfants...A charge pour vous, dans ce cas, de les garder toute la journée et de les instruire...




Non, non, cher Dieu des maths...
Hier, je faisais de l'aide aux devoirs avec un gamin de 6ème.
Après le devoir de français, il avait 6 problèmes à résoudre, en utilisant la règle de trois, avait dit le professeur.
Nous nous sommes régalés, le gamin et moi.
 diable1:1  

n°118783
Profil sup​primé
Posté le 31-05-2007 à 09:57:05  
 

Cryopedien a écrit :

Toujours dans la même logique, je vois...

Il faudrait supprimer l'ensemble du corps enseigannt, si on est si dangereux pour vos enfants...A charge pour vous, dans ce cas, de les garder toute la journée et de les instruire...



et voila , toujours la meme defense  , c'est tout le corps enseignant qui est accuse..libre a toi de voir les choses comme ca , c'est toi qui prend la responsabilite de tes dires...
que dire de tous les rapports que vous balancez sur les eleves violents en laissant sous-entendre que l'ecole , ce n'est plus que ca ?
de plus , les parents ne sont pas forcement des incultes , et nombre d'entre eux a decide de scolarise ses enfants a la maison. je n'approuve pas forcement , mais je me dis qu'il faut sacrement en avoir assez pour en venir la... :(  

n°118784
Profil sup​primé
Posté le 31-05-2007 à 10:03:38  
 



 pfff:{}
je ne suis pas sure que le gamin se regale vraiment d'etre oblige de faire du soutien en plus de ses heures...
mais c'est la nouvelle pedagogie , il y a une ecole en parallelle de celle officielle , comme ca , on remonte discretement le niveau des eleves quitte a leur donner encore plus de travail et souvent avec des parents derriere qui les pousse dans leurs capacites a resister aux pressions de tous genre...
allez , la suite !  

n°118785
Cryopedien
Dieu des Maths-stagiaire
Posté le 31-05-2007 à 10:04:27  profil
 



Personnellement, quand je ne suis pas content d'un marchnad, je vais ailleurs: vu que, selon les dires de certains intervenants-parents, ils jugent que l'on est nocif pour leurs enfants ou que l'on ne pas notre travail à LEURS convenances, et étant donné que plusieurs se la joue ' je paye, donc je suis client, donc j'impose mes choix', je leur conseille, dans la même logique, de voir ailleurs....

Et tu ne va pas me dire que les derniers messages postés sur ce forum par la furie en question sont des mots doux? Elle commence par accuser de façon virulente le corps enseignant et est outrée qu'on lui réponde sur le même ton!!! heink:{}

Et je vais être franc: quand on a des a -priori trés forts sur un problème, on est pas objectif pour en parler de façon équitable...


---------------
Grâce aux activités des deux débiles du forum ( radiateur et muph), ce forum 'éducation' est devenu le forum 'injures'. Faut il rappeler que les injures sont tous ce qui reste à ceux qui ne peuvent dialoguer ou argumenter?
n°118786
Cryopedien
Dieu des Maths-stagiaire
Posté le 31-05-2007 à 10:09:44  profil
 



La suite??? Mais tu l'as connais, vu que visiblement tu parle toute seule de ton sujet, dans ta logique, dans ta façon de voir...Continue ton raisonnement et conclut donc: tu es dans ton monde avec tes lourds préjugés sur l'école et les enseignants...

Personnellement, j'ai vraiment l'impression de perdre mon temps, vu que ton point de vu est déja arbitrairement tranché...


---------------
Grâce aux activités des deux débiles du forum ( radiateur et muph), ce forum 'éducation' est devenu le forum 'injures'. Faut il rappeler que les injures sont tous ce qui reste à ceux qui ne peuvent dialoguer ou argumenter?
n°118788
Sophie Ros​topchine
Posté le 31-05-2007 à 10:23:09  profil
 



• Ce n'est plus que ça, sans sous-entendu. :) Et avec un zeste de provocation.

• Et nombre de ce nombre pour la raison ci-dessus.  :D
 


---------------
"Les mœurs font toujours de meilleurs citoyens que les lois."
n°118793
Profil sup​primé
Posté le 31-05-2007 à 10:29:38  
 

Cryopedien a écrit :

La suite??? Mais tu l'as connais, vu que visiblement tu parle toute seule de ton sujet, dans ta logique, dans ta façon de voir...Continue ton raisonnement et conclut donc: tu es dans ton monde avec tes lourds préjugés sur l'école et les enseignants...

Personnellement, j'ai vraiment l'impression de perdre mon temps, vu que ton point de vu est déja arbitrairement tranché...




desolee mon vieux mais je n'ai pas de jugement arbitraire et tu le sais , j'ai fait l'effort MOI , de positiver l'education et j'ai toujours souligne que les faits rapportes n'englobaient pas toute la profession...
fais en autant , dis-moi quelque chose de positif sur tes eleves et ensuite sur leurs parents... :)  

n°118798
Sophie Ros​topchine
Posté le 31-05-2007 à 10:38:24  profil
 



Ah oui ?

Citation:


[/url]
 


---------------
"Les mœurs font toujours de meilleurs citoyens que les lois."
n°118800
Profil sup​primé
Posté le 31-05-2007 à 10:42:43  
 
n°118802
Profil sup​primé
Posté le 31-05-2007 à 10:43:01  
 



J'ai parlé d'aide aux devoirs...

Nous avons fait simplement ce que les profs avient demandé...
Et le prof de maths avait demandé de résoudre les problèmes en utilisant la règle de trois.
Et nous nous sommes régalés en appliquant tout simplement la leçon du prof.
Au 6ème problème ce n'était plus qu'un jeu...

La joie au travail, vous connaissez?

n°118803
Sophie Ros​topchine
Posté le 31-05-2007 à 10:45:39  profil
 



40 pages de turpitudes prouvent que vous pensez bien fort que toute la profession n'est pas englobée. C'est clair.

 bounce:{}
 


---------------
"Les mœurs font toujours de meilleurs citoyens que les lois."
n°118804
prof16
Posté le 31-05-2007 à 10:47:02  profil
 

Il est intéressant ce rapport. Plus qu'on ne l'imagine.

Extraits :
Il serait intéressant de mieux examiner les cas des enseignants dits « violents », notammentdans les situations collectives ; ces derniers sont majoritairement des hommes, titulaires remplaçants ou jeunes directeurs. L’attitude de ces jeunes enseignants et tout particulièrement les remplaçants pourrait être expliquée par un comportement dû à la panique avec des réactions inadaptées et nous conduit à nous interroger sur la formation reçue au sein des IUFM et sur leur suivi pédagogique par des tuteurs.


Issue pour l’enseignant
16 mentions de suspension. C’est une mesure conservatoire qui peut être prise pour la durée d’une enquête administrative ou d’une procédure pénale ou les deux. Elle ne préjuge en rien de l’issue du dossier.
En procédure purement administrative, on trouve les mentions suivantes :
- 2 enquêtes administratives sont encore en cours.
- 2 maîtres ont été innocentés par l’enquête administrative.
- 5 mesures de réintégration ont été prises après la décision judiciaire ou avis du
procureur.
- 7 essais de règlement amiable dont 1 par l’intermédiaire du médiateur de l’éducation nationale, 1 échec et 1 mi-temps thérapeutique.
- 1 dispositif de soutien professionnel (sans précision).
- 7 examens médicaux et/ou expertises psychologiques débouchant sur des congés de longue durée.
- 3 menaces de procédure disciplinaire accompagnées d’une veille de l’IEN
(« insuffisance professionnelle » signalée dans 1 cas).
- 10 rappels au règlement directement ou par courrier.
- 6 avertissements ont été donnés.
- 5 blâmes.
- 6 mutations.
- 1 mise à l’écart des enfants mais sans précision.
- 1 mise à la retraite anticipée.
- 1 licenciement (stagiaire de l’IUFM).
La diversité des sanctions, avec ou non une procédure pénale associée, confirme une grande hétérogénéité des situations et des modalités d’intervention dans ce domaine.

En cas de plainte déposée et de procédure pénale, on relève :

- 7 dossiers en attente d’une décision judiciaire.
- 2 maîtres sont innocentés.
- 1 famille est poursuivie par le parquet.
- 1 plainte est abandonnée.
- 2 classements sans suite sont ordonnés.
- 1 classement sans suite avec intervention de médiation du délégué du Procureur.
- 2 rappels à la loi sont effectués par le délégué du procureur.
- 1 mise en examen avec détention provisoire décidée.
- 1 incarcération prononcée.
- 1 amende simple infligée.
- 1 peine de prison avec sursis et une amende prononcées.
- 1 relaxe en appel après une peine de prison avec sursis et une amende prononcée.

Si la procédure pénale, hors abus sexuels caractérisés, aboutit le plus souvent à un classement sans suite, la procédure administrative, révélée par notre enquête, se développe sur trois axes :
- un traitement « maladie » et congé de longue durée ;
- un traitement « sanction » (avertissement, blâme, mutation, mise à l’écart bien que cette dernière action ne constitue pas une sanction au sens administratif) ;
- un traitement « rappel aux obligations professionnelles ».

Un traitement « sanction » est le plus souvent lié à la décision judiciaire, mais on voit aussi une réintégration sans sanction administrative après une condamnation à la prison avec sursis et une amende.
On sent peu, à travers ces décisions, la prise en compte de l’insuffisance professionnelle que révèle la plupart de ces conflits. À deux ou trois reprises, est mentionné un dispositif de soutien psychologique ou professionnel destiné à accompagner l’enseignant en difficulté, mais ce type de diagnostic comme ce type de traitement se révèlent extrêmement rares, dans les fiches communiquées.


L’action disciplinaire ne se confond pas avec l’action pénale. Le droit disciplinaire est autonome à l’égard du droit pénal. La répression disciplinaire et la répression pénale s’exercent de facto distinctement. Mais les constatations de fait (c’est-à-dire l’existence matérielle des faits) faites par le juge pénal s’imposent à l’administration et au juge administratif. Aussi, si le jugement intervient avant la sanction disciplinaire, l’administration doit s’en tenir à la solution du juge pénal et s’il intervient après la sanction disciplinaire etqu’il y a contradiction, la sanction pourra être annulée si elle fait l’objet d’un recours.

A l’inverse des fautes disciplinaires qui ne sont décrites nulle part, les sanctions sont strictement prévues par les textes. La loi de 1984 détermine une liste de dix sanctions, réparties en quatre groupes :

premier groupe : avertissement, blâme ;
deuxième groupe : radiation du tableau d’avancement, abaissement d’échelon,
exclusion temporaire de fonctions (durée maximum de 15 jours) ;
troisième groupe : rétrogradation, exclusion temporaire (3 mois à 2 ans) ;
quatrième groupe : mise à la retraite d’office, révocation.

À la lecture des fiches, nous trouvons 7 avertissements, 5 blâmes, 5 mutations, 1 affectation hors du contact avec les enfants, 4 mises en congé d’office et 1 licenciement.


Une thèse de doctorat soutenue le 1er décembre 2003 en sciences de l’éducation intitulée « Stress individuel des enseignants d’école primaire et médiation collective » corrobore cette importance du soutien pédagogique et le travail en équipe.
Que peut-on y lire ? 50,01% des enseignants interrogés apparaissent stressés ou hyperstressés. Ce stress individuel est « étroitement lié au soutien des collègues », constate l’étude qui avance l’hypothèse que « ce sentiment de malaise ne peut s’estomper et se convertir en action et mouvement culturel que sur la base d’une nouvelle organisation sociale du travail et du collectif, à un niveau local. » « À stress individuel, solutions collectives » prône l’auteure Laurence Janot.

>> Donc il y a des sanctions. Certaines vont à la mise à la retraite ou le licenciement. J'ai vu l'an dernier un cas de licenciement sec d'un enseignant titulaire, qui était complètement siphonné il faut dire et qui faisait peur à tout le monde.

Donc les problèmes se posent surtout avec les jeunes enseignants.
Donc ils sont plus stressés que les autres - donc ils réagissent n'importe comment. Donc il s'agirait de comprendre un peu ce qui se passe quand on se trouve responsable de 27 à 30 gamins et que personne ne vous a jamais appris à gérer des comportements d'enfants.

n°118805
Profil sup​primé
Posté le 31-05-2007 à 10:50:07  
 




et bien , vous me voyez ravie de constater que vous avez donne envie de travailler a ce garcon...mais il n'empeche qu'il avait besoin d'aide...qu'est-ce qu'on fait de ceux qui ne trouvent pas cette aide ?  

n°118806
Profil sup​primé
Posté le 31-05-2007 à 10:52:01  
 

Sophie Rostopchine a écrit :

40 pages de turpitudes prouvent que vous pensez bien fort que toute la profession n'est pas englobée. C'est clair.

 bounce:{}




mais rien n'est clair a tes yeux ! comment peux-tu meme  penser que tu vas me desarconner avec ca ?  :D  

n°118808
Profil sup​primé
Posté le 31-05-2007 à 10:55:24  
 

prof16 a écrit :

Il est intéressant ce rapport. Plus qu'on ne l'imagine.

Extraits :
Il serait intéressant de mieux examiner les cas des enseignants dits « violents », notammentdans les situations collectives ; ces derniers sont majoritairement des hommes, titulaires remplaçants ou jeunes directeurs. L’attitude de ces jeunes enseignants et tout particulièrement les remplaçants pourrait être expliquée par un comportement dû à la panique avec des réactions inadaptées et nous conduit à nous interroger sur la formation reçue au sein des IUFM et sur leur suivi pédagogique par des tuteurs.


Issue pour l’enseignant
16 mentions de suspension. C’est une mesure conservatoire qui peut être prise pour la durée d’une enquête administrative ou d’une procédure pénale ou les deux. Elle ne préjuge en rien de l’issue du dossier.
En procédure purement administrative, on trouve les mentions suivantes :
- 2 enquêtes administratives sont encore en cours.
- 2 maîtres ont été innocentés par l’enquête administrative.
- 5 mesures de réintégration ont été prises après la décision judiciaire ou avis du
procureur.
- 7 essais de règlement amiable dont 1 par l’intermédiaire du médiateur de l’éducation nationale, 1 échec et 1 mi-temps thérapeutique.
- 1 dispositif de soutien professionnel (sans précision).
- 7 examens médicaux et/ou expertises psychologiques débouchant sur des congés de longue durée.
- 3 menaces de procédure disciplinaire accompagnées d’une veille de l’IEN
(« insuffisance professionnelle » signalée dans 1 cas).
- 10 rappels au règlement directement ou par courrier.
- 6 avertissements ont été donnés.
- 5 blâmes.
- 6 mutations.
- 1 mise à l’écart des enfants mais sans précision.
- 1 mise à la retraite anticipée.
- 1 licenciement (stagiaire de l’IUFM).
La diversité des sanctions, avec ou non une procédure pénale associée, confirme une grande hétérogénéité des situations et des modalités d’intervention dans ce domaine.

En cas de plainte déposée et de procédure pénale, on relève :

- 7 dossiers en attente d’une décision judiciaire.
- 2 maîtres sont innocentés.
- 1 famille est poursuivie par le parquet.
- 1 plainte est abandonnée.
- 2 classements sans suite sont ordonnés.
- 1 classement sans suite avec intervention de médiation du délégué du Procureur.
- 2 rappels à la loi sont effectués par le délégué du procureur.
- 1 mise en examen avec détention provisoire décidée.
- 1 incarcération prononcée.
- 1 amende simple infligée.
- 1 peine de prison avec sursis et une amende prononcées.
- 1 relaxe en appel après une peine de prison avec sursis et une amende prononcée.

Si la procédure pénale, hors abus sexuels caractérisés, aboutit le plus souvent à un classement sans suite, la procédure administrative, révélée par notre enquête, se développe sur trois axes :
- un traitement « maladie » et congé de longue durée ;
- un traitement « sanction » (avertissement, blâme, mutation, mise à l’écart bien que cette dernière action ne constitue pas une sanction au sens administratif) ;
- un traitement « rappel aux obligations professionnelles ».

Un traitement « sanction » est le plus souvent lié à la décision judiciaire, mais on voit aussi une réintégration sans sanction administrative après une condamnation à la prison avec sursis et une amende.
On sent peu, à travers ces décisions, la prise en compte de l’insuffisance professionnelle que révèle la plupart de ces conflits. À deux ou trois reprises, est mentionné un dispositif de soutien psychologique ou professionnel destiné à accompagner l’enseignant en difficulté, mais ce type de diagnostic comme ce type de traitement se révèlent extrêmement rares, dans les fiches communiquées.


L’action disciplinaire ne se confond pas avec l’action pénale. Le droit disciplinaire est autonome à l’égard du droit pénal. La répression disciplinaire et la répression pénale s’exercent de facto distinctement. Mais les constatations de fait (c’est-à-dire l’existence matérielle des faits) faites par le juge pénal s’imposent à l’administration et au juge administratif. Aussi, si le jugement intervient avant la sanction disciplinaire, l’administration doit s’en tenir à la solution du juge pénal et s’il intervient après la sanction disciplinaire etqu’il y a contradiction, la sanction pourra être annulée si elle fait l’objet d’un recours.

A l’inverse des fautes disciplinaires qui ne sont décrites nulle part, les sanctions sont strictement prévues par les textes. La loi de 1984 détermine une liste de dix sanctions, réparties en quatre groupes :

premier groupe : avertissement, blâme ;
deuxième groupe : radiation du tableau d’avancement, abaissement d’échelon,
exclusion temporaire de fonctions (durée maximum de 15 jours) ;
troisième groupe : rétrogradation, exclusion temporaire (3 mois à 2 ans) ;
quatrième groupe : mise à la retraite d’office, révocation.

À la lecture des fiches, nous trouvons 7 avertissements, 5 blâmes, 5 mutations, 1 affectation hors du contact avec les enfants, 4 mises en congé d’office et 1 licenciement.


Une thèse de doctorat soutenue le 1er décembre 2003 en sciences de l’éducation intitulée « Stress individuel des enseignants d’école primaire et médiation collective » corrobore cette importance du soutien pédagogique et le travail en équipe.
Que peut-on y lire ? 50,01% des enseignants interrogés apparaissent stressés ou hyperstressés. Ce stress individuel est « étroitement lié au soutien des collègues », constate l’étude qui avance l’hypothèse que « ce sentiment de malaise ne peut s’estomper et se convertir en action et mouvement culturel que sur la base d’une nouvelle organisation sociale du travail et du collectif, à un niveau local. » « À stress individuel, solutions collectives » prône l’auteure Laurence Janot.

>> Donc il y a des sanctions. Certaines vont à la mise à la retraite ou le licenciement. J'ai vu l'an dernier un cas de licenciement sec d'un enseignant titulaire, qui était complètement siphonné il faut dire et qui faisait peur à tout le monde.

Donc les problèmes se posent surtout avec les jeunes enseignants.
Donc ils sont plus stressés que les autres - donc ils réagissent n'importe comment. Donc il s'agirait de comprendre un peu ce qui se passe quand on se trouve responsable de 27 à 30 gamins et que personne ne vous a jamais appris à gérer des comportements d'enfants.




j'ai lu ce rapport evidemment , et ceux qui m'accuseraient de faire une propagande anti-profs pourront verifier qu'il est specifie justement les cas qui n'ont pas donne suite... :)  

n°118838
Cryopedien
Dieu des Maths-stagiaire
Posté le 31-05-2007 à 14:22:40  profil
 



ça, ça prouve que tu ne lis pas mes posts, ou du moins que tu ne lis ou cherche à comprendre ce que tu veux comprendre!!!

Je ne vais pas te copier-coller ici TOUT mes messages en ce sens, acr ils sont plus nombreux que tu ne le pense: je te conseille cependant d'aller relire mes tout derniers messages, avant que tu ne publie celui ci...Si tu ne trouve pas ton bonheur, je te ferais un beau copié collé de messages de ma part qui contredisent ce que tu viens de dire...


---------------
Grâce aux activités des deux débiles du forum ( radiateur et muph), ce forum 'éducation' est devenu le forum 'injures'. Faut il rappeler que les injures sont tous ce qui reste à ceux qui ne peuvent dialoguer ou argumenter?
n°118839
Cryopedien
Dieu des Maths-stagiaire
Posté le 31-05-2007 à 14:24:10  profil
 

Cryopedien a écrit :

Si tu ne trouve pas ton bonheur, je te ferais un beau copié collé de messages de ma part qui contredisent ce que tu viens de dire...


http://forums.france2.fr/franc e2/Education/20sujet_4999_1.htm#t118449

Bon, j'ai pas pu resister à te mettre le lien ci -dessus...Si tu en veux d'autres, dis le...


---------------
Grâce aux activités des deux débiles du forum ( radiateur et muph), ce forum 'éducation' est devenu le forum 'injures'. Faut il rappeler que les injures sont tous ce qui reste à ceux qui ne peuvent dialoguer ou argumenter?
n°118867
Profil sup​primé
Posté le 31-05-2007 à 17:49:34  
 

Cryopedien a écrit :

http://forums.france2. fr/franc e2/Education/20sujet_4999_1.ht m#t118449

Bon, j'ai pas pu resister à te mettre le lien ci -dessus...Si tu en veux d'autres, dis le...




il ne marche pas ton lien , mais je pense avoir lu pas mal de tes posts et j'ai aussi constate que depuis nos premiers echanges leur ton avait change  :)
je ne te remets pas en cause , je dis simplement que si seulement tu pouvais etre moins cinglant sur ce genre de sujet , ce serait nettement mieux mais je sens que tu vas mal le prendre .
loin de moi l'idee de te faire bataille personnellement , simplement , si j'ai quelque chose a dire et que c'est ton post qui m'interpelle , et bien j'y reponds , c'est tout..
pourquoi ne veux-tu pas discuter calmement de ca ? je t'assure que je ne mets pas tout le monde dans le meme panier...

n°118973
6behrit
Où kelle est la Russie ?
Posté le 01-06-2007 à 10:01:37  profil
 

Sophie Rostopchine a écrit :

Moi aussi, je l'ai constaté. :)

Citation:




C'est toujours un plaisir de cingler vent debout et de pisser face au vent. :)


 freestyle  abigael13:8  kalimero24:3 Sous le vent NNDD !!! Sous le vent !!! Elles doivent être belles tes godasses !!

 amodalie:1  


---------------
2009 : Grève Générale Européenne ? Mais France 2 n'a toujours pas progressé dans sa géographie orientale ! Et la riante Sibérie, alors, on ne la met pas sur la carte ???
n°118979
Sophie Ros​topchine
Posté le 01-06-2007 à 10:23:34  profil
 

6behrit a écrit :

freestyle  abigael13:8  kalimero24:3 Sous le vent NNDD !!! Sous le vent !!! Elles doivent être belles tes godasses !!

 amodalie:1



Cher ami, la "Royale" ayant plus de cachet que la "marmar", pour autant, ne m'en envoyez pas une lettre...

Je vous enjoins prestement à vous rapprocher de la sémantique, qui prête d'une part à ma contradictrice la faculté de cingler (sigler en vieux françois, de "sigla", voile en nordique), sous les coups de "sangle" verbaux, d'autre part de "pisser" comme un homme, debout, et vent debout donc.

Par conséquent, jésuitique magister, ces godasses souillées ne peuvent être miennes.  jap:{}  


---------------
"Les mœurs font toujours de meilleurs citoyens que les lois."
 Page :   1  2  3  4  5  ..  31  32  33  34  35  36
Page Précédente

Aller à :
   FORUM France 2 » Education »

Violences scolaires : les chiffres