France2.fr
Voir le site
Le premier « saturday night show » de France 2 sera entre les mains d’un Laurent Ruquier bretteur acide et vif. La parole est à vous sur ce forum pour réagir et intervenir sur ce programme tant attendu.

Comment participer au forum ?

  Accueil de ce forum  Rechercher  Aide  Charte
 
Mon inscription
Je m'inscris
   FORUM France 2 » On n'est pas couché »

Trafiquant d'organes sur réfugiés syriens arrêté par Interpol

 

Il y a 97 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Trafiquant d'organes sur réfugiés syriens arrêté par Interpol

n°3220911
marnix
Posté le 16-03-2017 à 09:00:35  profil
 

.

La situation en Syrie est aujourd’hui catastrophique sur le plan humanitaire. Plus de la moitié de la population a été déplacée dans une guerre civile qui entre maintenant dans sa cinquième année, près de 4,3 millions de réfugiés syriens sont enregistrés auprès des Nations Unies.

Les trafiquants profitent du désespoir des réfugiés syriens pour gagner de l’argent. Un Israélien a été arrêté aujourd’hui en Turquie pour trafic d’organes. Il est venu à Istanbul pour convaincre des réfugiés syriens pauvres de vendre leurs organes.

Selon les médias turcs et israéliens, il avait organisé un système clandestins d’opérations chirurgicales dans des petits hôpitaux turcs.

Le trafiquant a été identifié dans les médias turcs comme étant Boris Walker, sauf que selon le journal israélien Ynet il s’agirait en réalité de Boris Wolfman, un criminel recherché qui a fui Israël après avoir été inculpé pour trafic d’organes. Wolfman était recherché par Interpol.

Les patients recevant illégalement un organe devaient payer entre 70.000 € et 100.000 €, alors que les donneurs d’organes des réfugiés ont reçu seulement quelques milliers d’euros, entraînant des dizaines de milliers d’euros de bénéfice pour chaque transplantation.

Auparavant, Wolfman a été accusé de trafic d’organes et de transplantations illégales au Kosovo, en Azerbaïdjan, et au Sri Lanka, dans une série d’infractions qui auraient été commises entre 2008 et 2014.



.

n°3220957
marnix
Posté le 17-03-2017 à 10:35:09  profil
 

.


On se rappelle alors de cet article publié en été 2009, dans un journal suédois et qui avait créé une crise diplomatique entre Stockholm et Tel-Aviv. En effet, il dénonçait justement, l’affaire des vols et trafics d’organes prélevés sur des Palestiniens exécutés par l’armée israélienne.

Le journaliste Donald Bostrom y évoquait par ailleurs, le fait que les Palestiniens soupçonnaient fortement Israël de capturer des jeunes hommes qui servaient de réserves d’organes avant d’être tués. Une accusation très grave, mais avec suffisamment de points d’interrogation pour motiver la Cour internationale de Justice (CIJ) à ouvrir une enquête sur d’éventuels crimes de guerre.

Il y racontait que lors de son séjour en Palestine occupée, des membres du personnel de l’ONU l’avaient contacté en affirmant que des vols d’organes avaient certainement lieu.


.

n°3220959
marnix
Posté le 17-03-2017 à 10:41:23  profil
 

.

En 2009, un vaste réseau de trafic d’organes qui prenait source en Israël avait été démantelé par le FBI dans une opération gigantesque lors de laquelle 5 rabbins avaient été arrêtés

En 2010, le quotidien israélien Haaretz révélait que six Israéliens, parmi lesquels un général de brigade en réserve de l’armée et deux avocats avaient été arrêtés pour trafic d’organes.

En 2013, un ex-officier israélien a été arrêté à Rome, il était responsable d’un trafic d’organes impliquant un groupe hospitalier privé de l’Afrique du Sud.

Plus récemment l’Israélien Gedalya Tauber a été arrêté en Belgique, il était le chef d’un important réseau de trafic d’organes, sévissant depuis des années au Brésil. Il est à noter que durant ses années de cavales, le criminel se déplaçait pourtant sans aucun souci en Israël ou aux USA….

Ce ne sont là que quelques exemples d’une longue liste d’affaires impliquant les réseaux israéliens de trafic d’organes, et les pays dans lesquels ils sévissent sont nombreux (Moldavie, Kossovo, Roumanie...Palestine, Syrie)

.

n°3221197
cuisineveg​etale
Posté le 20-03-2017 à 12:12:49  profil
 

Sans meme parler + en général partout qu il est aussi bon de (tout) savoir sur ce sujet d actu : savez-vous qu’en France comme en Allemagne, et probablement d’autres pays d’Europe, il est fortement conseillé d’avoir toujours sur soi un papier interdisant le don de vos organes - si l’on ne veut pas servir de magasin de pièces détachées, suite à une mort accidentelle - car son absence serait  considérée comme une autorisation implicite de prélèvement de vos organes. Bien sûr, ceci concerne principalement un accident sur la voie publique, qui, en outre, entraîne légalement une autopsie systématique... Or, si vous lisez bien le formulaire d’autorisation, il est marqué : j’autorise le prélèvement de mes organes après ma mort. Et le piège se trouve là ! Après ma mort... mais de quelle mort parle-t-on ? Le dr Paul Byrne,  spécialiste de la mort cérébrale depuis plus de 30 ans déclare : « Tout le monde (médical) sait qu’aucun organe prélevé sur un cadavre, même récent, n’est apte à la transplantation ». Le « après ma mort » est donc un mensonge et une tromperie. Afin de pouvoir tricher avec cette réalité, en 1968, la médecine a inventé le concept de « mort cérébrale » qui est devenu la nouvelle  définition de la mort.Traditionnellement et logiquement, la mort c’est l’arrêt du cœur et l’arrêt du souffle. Cinq minutes après, plus aucun organe n’est utilisable.Le docteur Byrne  nous dit : "J’avais confiance en mes confrères médecins, persuadé que les  transplanteurs étaient des gens honorables. Au fil des ans j’ai commencé à regarder de plus près ce qu’ils faisaient, et il est devenu clair pour moi que la raison pour laquelle on nous parlait de mort cérébrale était en vue de justifier la transplantation d’organes. On avait essayé de faire des transplantations de cœurs prélevés sur des personnes mortes, mais cela ne marchait pas. Il fallait pouvoir disposer d’un cœur battant prélevé sur une personne vivante. Les personnes dont la vie est en danger sont celles qui ont les organes les plus sains : celles qui ont entre 16 et 30 ans. Si une telle personne est blessée à la tête, on va immédiatement chercher à garder ses organes en forme, alors que les soins devraient viser à la maintenir, elle, en bonne forme.
https://www.alternativesante.fr/coups-de-gueule/don-d-organes-reflechissez-bien

n°3221359
marnix
Posté le 20-03-2017 à 17:50:33  profil
 

cuisinevegetale a écrit :


Sans meme parler + en général partout qu il est aussi bon de (tout) savoir sur ce sujet d actu : savez-vous qu’en France comme en Allemagne, et probablement d’autres pays d’Europe, il est fortement conseillé d’avoir toujours sur soi un papier interdisant le don de vos organes - si l’on ne veut pas servir de magasin de pièces détachées, suite à une mort accidentelle - car son absence serait  considérée comme une autorisation implicite de prélèvement de vos organes. Bien sûr, ceci concerne principalement un accident sur la voie publique, qui, en outre, entraîne légalement une autopsie systématique... Or, si vous lisez bien le formulaire d’autorisation, il est marqué : j’autorise le prélèvement de mes organes après ma mort. Et le piège se trouve là ! Après ma mort... mais de quelle mort parle-t-on ? Le dr Paul Byrne,  spécialiste de la mort cérébrale depuis plus de 30 ans déclare : « Tout le monde (médical) sait qu’aucun organe prélevé sur un cadavre, même récent, n’est apte à la transplantation ». Le « après ma mort » est donc un mensonge et une tromperie. Afin de pouvoir tricher avec cette réalité, en 1968, la médecine a inventé le concept de « mort cérébrale » qui est devenu la nouvelle  définition de la mort.Traditionnellement et logiquement, la mort c’est l’arrêt du cœur et l’arrêt du souffle. Cinq minutes après, plus aucun organe n’est utilisable.Le docteur Byrne  nous dit : "J’avais confiance en mes confrères médecins, persuadé que les  transplanteurs étaient des gens honorables. Au fil des ans j’ai commencé à regarder de plus près ce qu’ils faisaient, et il est devenu clair pour moi que la raison pour laquelle on nous parlait de mort cérébrale était en vue de justifier la transplantation d’organes. On avait essayé de faire des transplantations de cœurs prélevés sur des personnes mortes, mais cela ne marchait pas. Il fallait pouvoir disposer d’un cœur battant prélevé sur une personne vivante. Les personnes dont la vie est en danger sont celles qui ont les organes les plus sains : celles qui ont entre 16 et 30 ans. Si une telle personne est blessée à la tête, on va immédiatement chercher à garder ses organes en forme, alors que les soins devraient viser à la maintenir, elle, en bonne forme.
https://www.alternativesante.fr/coups-de-gueule/don-d-organes-reflechissez-bien




Curieux en effet. Et dangereux.


.


Aller à :
   FORUM France 2 » On n'est pas couché »

Trafiquant d'organes sur réfugiés syriens arrêté par Interpol