voir le site
Profitez du Tour de France pour poster sur ce forum consacré au cyclisme vos remarques ou vos questions aux journalistes de France télévisions qui commentent en direct cette épreuve mythique. Certaines de vos questions auront des réponses à l'antenne pendant la durée du Tour, du 2 au 24 juillet. Bien sûr, ce forum est là aussi pour vous permettre de dialoguer entre passionnés de la petite reine et de partager vos analyses, vos émotions, vos enthousiasmes ou vos déceptions.



  Accueil de ce forum  Rechercher  Aide  Charte
 
Mon inscription
Je m'inscris
 

105 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  124  125  126  ..  172  173  174  175  176  177
Auteur Sujet :

Le meilleur de tous et incontesté : Eddy MERCKX de février à octobre !

n°594132
epicurien
Posté le 22-02-2011 à 17:09:33  profil
 

Reprise du message précédent :
http://www.youtube.com/watch?v [...] r_embedded

 jap:{}  jap:{}  jap:{}


---------------
Carpe Diem
n°594142
la fanette
Posté le 23-02-2011 à 11:55:18  profil
 

toctoctoc a écrit :


en effet sur ce point, il n'y a pas de comparaison possible! hello:{}
Mais peut il endosser le costume de VRP de luxe pour un dossier de candidature pour une épreuve cycliste?



Et pourquoi ne le pourrait-il pas ?
Il a bien été engagé par l'émir du qatar puis par le maire de mascate pour organiser et promouvoir les 2 tours . Ce qu'i;a parf

n°594143
la fanette
Posté le 23-02-2011 à 12:02:11  profil
 

toctoctoc a écrit :


en effet sur ce point, il n'y a pas de comparaison possible! hello:{}
Mais peut il endosser le costume de VRP de luxe pour un dossier de candidature pour une épreuve cycliste?



Et pourquoi ne le pourrait-il pas ?
Engagé par l'émir du qatar puis par le maire de mascate pour organiser et promouvoir leur tour national, il a parfaitement réussi tout comme il avait réussi sa reconversion. De plus son image et sa popularité sont toujours intactes donc...
Et puis zidane n'y est pas pour grand chose dans le choix du qatar pour le foot : 3mn dans un clip qui mettait bien en valeur les atouts du qatar,c'est tout ce qu'il a fait
il parait qu'il ne s'est même pas déplacé le jour de la présentation du dossier.
merckx lui se  déplace plusieures fois par an au qatar ou à oman.J'ai lu que pour avoir,cette année une étape de montagne, il a demendée le goudronnage de la route meant à la "montagne verte" et apparement il l' a obtenu comme tout ce qu'il semble vouloir vraiment.

n°594155
la fanette
Posté le 23-02-2011 à 18:46:36  profil
 

lionne1:4

n°594196
michel4683
Posté le 25-02-2011 à 12:27:47  profil
 

epicurien a écrit :

Le dernier livre sur Eddy Merckx, sorti à l'occasion de son 65è anniversaire que le champion belge fêtera jeudi, n'est pas qu'un livre. C'est un coffret souvenirs sous la forme d'une boîte d'art, tirée à seulement 150 exemplaires en néerlandais et 520 en anglais. Une édition française est maintenant en cours d'élaboration.

Le livre de l'écrivain Frederik Backelandt et du photographe Stephan Vanfleteren a été présente mardi à Bruges. Il est accompagné de 24 objets. "Ces objets correspondent à un jalon qui caractérise la carrière de Merckx" déclare Vanfleteren. On trouve ainsi un morceau de rocher du Puy de Dôme, une pierre du Mont Ventoux, un pavé de Paris-Roubaix, de l'eau de la fontaine de Sanremo, des petites pierres des Trois Cimes de Lavaredo. Chacune fournie avec un certificat d'authenticité.

"Le premier numéro de l'édition flamande est pour le Roi Albert et le numéro 7, qui rappelle ses 7 Tours de France gagnés, est pour Lance Armstrong", explique Eddy Merckx. Le livre coûte 995 euros et est à commander sur le site internet www.uitgeverijkannibaal.be.

À la demande d'Eddy Merckx, une version moins chère a été réalisée. Elle est disponible pour 49,5 euros.
RTL sports



Bonjour à tous.

Je suis à la recherche de la version moins chère, c'est à dire la version sans le coffret dont Epicurien parle à la fin de son message.
Je ne le trouve pas aux éditions Kannibaal, qui a édité le coffret.
A la FNAC de Liège, on n'a pas pu me renseigner.


Est-ce que quelqu'un en connait le titre (Merckx, comme le coffret ?) et l'éditeur, afin que je puisse me le procurer ?

Merci d'avance.

n°594228
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 26-02-2011 à 15:02:26  profil
 
n°594260
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 27-02-2011 à 06:19:23  profil
 

hello:{}

Bien belle année que celle de l'année 1969 pour Eddy

cijgLCDSC5


---------------
http://frontosanimo.blog4ever. [...] 07330.html
n°594300
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 01-03-2011 à 07:08:31  profil
 

hello:{}

1972 Record de l'heure

cijvjkOK7k


---------------
http://frontosanimo.blog4ever. [...] 07330.html
n°594304
epicurien
Posté le 01-03-2011 à 13:23:17  profil
 

hello:{}

Une stèle en l'honneur du grand champion cycliste Eddy Merckx, au sommet de la célèbre côte du Stockeu à Stavelot. - A monument in honor of the great cyclist champion Eddy Merckx, at the top of the famous coast Stockeu in Stavelot.

Eddy Merckx est sans conteste le plus grand champion cycliste de tous les temps. Une stèle en son honneur a été érigée le 17 avril 1993, au sommet de la célèbre côte du Stockeu à Stavelot, un fameux mur avec des passages à 21 %, où le champion a construit trois de ses cinq victoires dans la « Doyenne » Liège-Bastogne-Liège. La stèle Eddy Merckx est un bronze de nonante kilos, qui représente le champion de profil, en plein effort, fixé dans un bloc de pierre de six tonnes de la région stavelotaine. -

Eddy Merckx is the greatest cyclist champion of all time. A monument in his honor was erected 17 April 1993, at the top of the famous coast Stockeu in Stavelot, a real wall with passages at 21%, where the champion has built three of his five victories in the famous race "Liege -Bastogne-Liège". The monument is a bronze of ninety pounds, which is the champion profile, set in a block of stone weighing six tons.

 jap:{}


---------------
Carpe Diem
n°594328
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 02-03-2011 à 11:20:03  profil
 

epicurien a écrit :

hello:{}

Une stèle en l'honneur du grand champion cycliste Eddy Merckx, au sommet de la célèbre côte du Stockeu à Stavelot. - A monument in honor of the great cyclist champion Eddy Merckx, at the top of the famous coast Stockeu in Stavelot.

Eddy Merckx est sans conteste le plus grand champion cycliste de tous les temps. Une stèle en son honneur a été érigée le 17 avril 1993, au sommet de la célèbre côte du Stockeu à Stavelot, un fameux mur avec des passages à 21 %, où le champion a construit trois de ses cinq victoires dans la « Doyenne » Liège-Bastogne-Liège. La stèle Eddy Merckx est un bronze de nonante kilos, qui représente le champion de profil, en plein effort, fixé dans un bloc de pierre de six tonnes de la région stavelotaine. -

Eddy Merckx is the greatest cyclist champion of all time. A monument in his honor was erected 17 April 1993, at the top of the famous coast Stockeu in Stavelot, a real wall with passages at 21%, where the champion has built three of his five victories in the famous race "Liege -Bastogne-Liège". The monument is a bronze of ninety pounds, which is the champion profile, set in a block of stone weighing six tons.

 jap:{}


 hello:{}

le nom de Stockeu, je le mémorisai la 1ère fois lorsque notre cannibale se lança dans une folle chevauchée lors du Liège Bastogne Liège 1971.

Ce matin du dimanche 25 avril 1971, le cannibale était très attendu. Battu au Tour des Flandres, battu à Gand-Wevelgem, battu encore à Paris-Roubaix et absent à la Flèche Wallone, il lui fallait faire quelque chose sur la Doyenne, Liège-Bastogne-Liège.
« Le public est bizarre : si je gagne trop souvent, on me lasse ; si je fais trois courses sans gagner, on parle de déclin. »
Mais journalistes et spectateurs n’avaient en tête que sa défaite au Tour des Flandres et celle de Paris-Roubaix, malgré les cinq crevaisons. Sa démonstration au Tour de Belgique n’avait guère retenu l’attention.

Un scénario inattendu

Pluie, froid glacial et brouillard étaient au rendez-vous. Merckx qui avait mis deux maillots (le maillot Molteni au-dessus du maillot de champion de Belgique) et de gros gants de laine a été contraint de changer de selle à quelques minutes du départ car un « furoncle mal placé » le gênait.
Dès le départ de la course, « le cannibale » demande à ses équipiers de durcir celle-ci et d’assurer un train rapide. C’est dans la cote de Wanne que les choses sérieuses commencent, les côtes se succèdent sans répit.
« Liège-Bastogne-Liège, avec son itinéraire actuel, est la course la plus sévère et la plus exigeante du calendrier » déclarait le champion de Belgique au départ.
Merckx accélère une première fois dans cette côte mais sans attaquer, il préfère attendre la suivante pour juger de la résistance de ses adversaires. Au pied du Skockeu, il demande à son équipier Joseph Bruyère de tout donner avant d’attaquer lui même, et au sommet, Merckx se retrouve seul. Personne n’a pu le suivre, même pas Roger De Vlaeminck, autre grand favori de la cette épreuve. Il était maintenant trop tard pour reculer, se laisser rejoindre renforcerait la confiance de ses rivaux. Mais il reste 90 kilomètres avant Rocourt !

Des erreurs de courses

Même si Merckx réalisait qu’il commettait sa première erreur ce jour là, il n’avait pour objectif que de revenir sur Yves Hézard et Joseph Spruyt, tout deux échappés dès les premiers kilomètres, et distancer le peloton morcelé et sidéré. Une vingtaine de kilomètres plus tard, il parvient à rejoindre les deux fuyards mais ne reste qu’avec eux quelques minutes avant de repartir en solitaire. Deuxième erreur de la journée pour Merckx car malgré sa longue échappée, Spruyt avait encore du « jus » et aurait pu l’aider encore longtemps. Mais « le cannibale » voulait faire mieux et se présenter seul à Rocourt.
À trente kilomètres de l’arrivée, Merckx avait cinq minutes d’avance sur le peloton mais il connut alors une grosse défaillance. C’est dans la souffrance qu’il franchit le Mont Theux (je n'avançais plus dira t-il j'ai souffert le martyre), mais au même moment, dans le peloton, sortait Georges Pintens qui revenait comme « une fusée » sur le champion de Belgique. Ce dernier comprit qu’il allait se faire reprendre, alors il tenta quelque chose : passer au mieux la côte pavée du Thiers en tête et puis attendre son rival.

Un véritable coup de poker

Merckx a pris un gros risque, mais il savait ce qu’il faisait. Il fallait tenir jusqu’au là, mais sans puiser dans les réserves afin de ne pas être asphyxié au moment du retour de Pintens. Après la dernière côte, il a encore un peu d'avance et en profite pour manger deux sandwichs et attend Pintens. Lorsqu’il l’aperçut, Merckx a relancé sa machine afin d’accrocher son poursuivant. Il réussit ! Il savait que c’était gagné car il restait trois kilomètres et demi et les jambes étaient revenues. Bien calé dans la roue de Pintens, Merckx, qui refusait de prendre le relais pour ne pas se faire surprendre, arrivait dans un fauteuil à Rocourt. Sur le vélodrome, Pintens a bien tentait sa chance au sprint, mais « le cannibale » déborde sans problème son adversaire à l’entrée de l’avant-dernier virage pour remporter sa deuxième Doyenne.
« Jamais je n’ai autant souffert. Trop présomptueux, j’ai attaqué à cent kilomètres de l’arrivée. Mais cette victoire forgée dans la défaillance, m’a finalement apporté une grande joie : la sympathie du public. Inutile de vous dire que c’est la course la plus difficile de toute ma carrière, c’est peut-être aussi l’une de mes plus belles victoires finalement. » a déclaré Eddy Merckx quelques temps après avoir mis fin à sa carrière.
Ce jour là en prenant sa douche dans les vestiaires du vélodrome, l'eau coula longtemps avant qu'Eddy retrouve quelque lucidité, jamais je ne l'avais vu dans un tel état de fatigue" dira son entraîneur.
Mais........il avait gagné .
Seuls les champions d'exception savent se surpasser et endurer sûrement plus longtemps la souffrance que les autres
 jap:{}  jap:{}  jap:{}

Merckx, qui avait connu des ennuis intestinaux quatre jours avant la course, a tout simplement surestimé ses forces ce jour là. Mais « le cannibale » restera dans la légende de Liège-Bastogne-Liège puisque, encore à ce jour, il reste le seul coureur à avoir remporté à cinq reprises cette course.

une petite vidéo  jap:{}

http://www.youtube.com/watch?v=0sPZ_BxiNE8


n°594336
epicurien
Posté le 02-03-2011 à 13:38:16  profil
 

Toucampa a écrit :


 hello:{}

le nom de Stockeu, je le mémorisai la 1ère fois lorsque notre cannibale se lança dans une folle chevauchée lors du Liège Bastogne Liège 1971.
...........
Mais « le cannibale » restera dans la légende de Liège-Bastogne-Liège puisque, encore à ce jour, il reste le seul coureur à avoir remporté à cinq reprises cette course.

une petite vidéo  jap:{}

http://www.youtube.com/watch?v=0sPZ_BxiNE8


 hello:{}

Record inégalé à LBL, et record inagalé à MSR !!!   ;)    (parmi d'autres records inégalés...)

La Primavera, plus connue sous le nom de Milan-San Remo, est la dernière grande classique remportée par son Altesse Eddy Merckx ! C'est aussi la septième fois qu'il franchit en vainqueur la ligne d'arrivée de l'épreuve italienne, située sur la Via Roma. Cette année 1976, c'est celle du doute, celle de la remise en question. N'a-t-il pas été battu en juillet 1975 sur les routes du Tour pour la première fois par un certain Bourguignon à l'oeil goguenard, Bernard Thévenet ? Pourtant, au printemps de cette année 1975, qui le vit donc baisser pavillon devant la hargne du jeune français, sa campagne de classiques avait été des plus prolifiques, qu'on en juge : Milan-San Remo, le Tour des Flandres, Liège-Bastogne-Liège et enfin l'Amstel Gold Race. Excusez du peu !

Ce début de saison 1976 est marqué par la domination outrageante des coureurs belges qui, par l'intermédiaire de l'insatiable Freddy Maertens, s'adjuge six étapes lors d'un Paris-Nice de haute tenue, remporté finalement par un Michel Laurent en devenir. De l'autre côté des Alpes, Roger De Vlaeminck a ajouté un cinquième succès à sa panoplie dans la course des deux mers, Tirreno-Adriatico, et ce consécutivement, laissant augurer une sixième levée l'année suivante qui en fera un recordman absolu. En outre, le Gitan a par la même occasion remporté toutes les étapes, à l'exception d'une seule, glanée par le Roi Eddy en personne. Cette première classique de l'an 76 s'annonce sous les meilleures auspices, donc, et très relevée car en dehors des trois têtes d'affiche d'outre-Quiévrain, précités, vient s'ajouter un gamin de 20 ans aux dents déjà bien aiguisées, Jean-Luc Vandenbroucke, transfuge de la piste et rouleur invétéré de grand standing.

La première partie de la course précédant les capi se déroule sans heurt et sans aucun déploiement des forces en présence, si ce n'est l'échappée matinale, traditionnelle dans ce genre d'épreuve, d'un Néo-Zélandais inconnu, du nom de Biddle, qui sera repris au pied du premier juge de paix, le Capo Berta. La montée de celui-ci propulse à une trentaine de kilomètres de l'arrivée un groupe d'une quinzaine d'hommes dont la composition reflète, à elle seule, l'hégémonie belge sur le peloton de cette décennie. Dix Belges sont au commandement : l'incontournable Eddy Merckx, le filou Roger De Vlaeminck, le boulimique Freddy Maertens, le chasseur Walter Godefroot et le novice Jean-Luc Vandenboucke accompagnés des sprinters du cru tels le pistard Patrick Sercu, le Doyen Eric Leman, le sculptural Rik Van Linden et le râblé Wilfried Wesemael. L'opposition appartient, dans ce contexte seigneurial, au domaine de l'anecdotique car nantie de seulement cinq piètres unités. En revanche, la composition de ses empêcheurs de tourner en rond est de nature à causer de gros soucis ponctuels aux représentants de sa Gracieuse Majesté, le Roi Baudouin.

En effet, la présence de trois transalpins, Francesco "Cecco" Moser, Wladimiro Panizza et Giambattista "GB" Baronchelli, est de nature à refroidir les ardeurs des plus enthousiastes. Ajoutez à cela un petit "mangeur de grenouille", Michel Laurent, dont la notoriété ascendante n'est plus à démontrer depuis son triomphe lors de la très récente course au soleil, un Néerlandais, bon teint, Gerry Knetemann, finisseur glouton hors norme, risque d'exacerber les distensions tenaces et insidieuses qui émanent des égos surdimensionnés de nos coursiers wallons et flamands. Le nombre de sprinters de haut vol au sein de ce groupe princier indispose fortement le Cannibale qui, sur la route du bord de mer, multiplie alors les attaques à répétition. En vain dans un premier temps car toujours réprimées par un Roger De Vlaeminck, des grands jours, ennemi juré du Wallon. Pourtant, à l'approche du Poggio di San Remo, là où la tension est à son paroxysme en ce lieu mythique où les coureurs rapides et véloces tentent de s'économiser au maximum, dans le but de ne pas brûler trop de cartouches (les 250 kilomètres de course sont atteints) en vue d'un éventuel emballage final, Eddy Merckx démarre sèchement de derrière, et prend immédiatement une centaine de mètres d'avance, que ni De Vlaeminck, ni Van Linden, qui se toisent mutuellement, ne colmateront.

Un homme, pourtant, parviendra au prix d'un effort violent à recoller à mi-pente du Poggio à l'ogre bruxellois. C'est le néophyte Jean-Luc Vandenbroucke. Parti en poursuiteur, qu'il demeure malgré tout, l'oncle de l'inénarrable Frank parviendra, chose assez rare pour être soulignée, à boucher le trou de 200 mètres que le Cannibale s'était ingénié à creuser ! La montée brutale puis la descente vertigineuse du Poggio s'avèreront toutefois être un véritable calvaire pour le jeune belge. Souffrant le martyr dans la roue de son aîné, il perdra au fil des kilomètres de sa superbe. Toujours flanqué de son encombrant fardeau, à l'entrée de San Remo, Eddy Merckx, lui, caresse les pédales comme à ses plus beaux jours, la hargne l'habite et un rictus imperceptible apparaît alors sur son faciès déformé par l'effort consenti. La notion de revanche qui l'anime, à ce moment précis, est palpable et implacable et l'on craint unanimement que le pauvre Vandenbroucke ne paie cash l'année de purgatoire que l'ogre bruxellois vient de traverser. Refusant néanmoins obstinément la fin inexorable que les suiveurs lui prédisaient, le jeune présomptueux s'appliquera à prendre, naïvement, la tête du duo infernal, lors des deux bornes de plats précédant la Via Roma, et roulera comme un forcené pour montrer au patron qu'il ne rechigne pas à l'ouvrage, lui, le petit Poucet. Mal lui en prendra, bien évidemment, car l'ô combien expérimenté et rusé Eddy n'en attendait pas tant, et ce sera une formalité pour le recordman des victoires dans la classique transalpine de régler au sprint, sans opposition, son jeune compagnon d'un jour et d'ajouter ainsi un septième bouquet à son, déjà et désormais, extraordinaire palmarès.

Ce fut, hélas, la dernière grande course gagnée par le coureur le plus fabuleux de tous les temps, passé, présent et soyons en certains, avenir.
M.Crepel.velo101

 jap:{}  jap:{}


---------------
Carpe Diem
n°594338
epicurien
Posté le 02-03-2011 à 14:24:49  profil
 

hello:{}


Ce fut, hélas, la dernière grande course gagnée par le coureur le plus fabuleux de tous les temps, passé, présent et soyons en certains, avenir.


 jap:{}


---------------
Carpe Diem
n°594360
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 02-03-2011 à 21:09:23  profil
 

epicurien a écrit :

hello:{}


Ce fut, hélas, la dernière grande course gagnée par le coureur le plus fabuleux de tous les temps, passé, présent et soyons en certains, avenir.


 jap:{}



 hello:{}

cijm7lo8D3


cijYfI6ARl


cij28SjWRq

n°594373
Profil sup​primé
Posté le 03-03-2011 à 14:59:15  
 

hello:{}
Il était sur son beau vélo blanc
tous derrière tous derrière
il était sur son beau vélo blanc
tous derrière et LUI devant

n°594415
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 05-03-2011 à 08:48:27  profil
 



 hello:{}
c'est sûr que le cannibale n'était pas un profiteur qui restait sur le porte-bagages de ses adversaires, il provoquait la course, il attaquait, et pas à 2 kilomètres de l'arrivée quand il y a des barrières des 2 côtés  - melanie - 2

Kemezeke 12-03-1978 ultime course du cannibale. Après s'être démené tout l'hiver pour chercher un sponsor, un nouveau groupe est constitué avec la marque C&A.
Eddy a encore des restes mais le mental ne suit plus, il consulte plusieurs médecins et les analyses sont pourtant bonnes.
Un ressort est cassé, et en ce 12 mars en franchissant la ligne d'arrivée, Eddy dira "c'est fini".Il finira pourtant dans le groupe de tête à quelques secondes du 1er.

1.Frans Van Looy(BEL) 200km en 5h07'
2.Walter Planckaert(BEL)
3.Eric Van De Wiele(BEL)
4.Rene Dillen(BEL)
5.Adrianus Schipper(NED)10"
6.Gerben Karstens(NED)
7.Johan Van Katwijk(NED)
8.Pierre Sonnet(BEL)
9.Jan Vander Stappen(BEL)
10.Frank Hoste(BEL)
11.José De Cauwer(BEL)
12.Eddy Merckx(BEL)
13.Eddy Schepers(BEL)
14.Frans Verhaegen(BEL)
15.Willy Teirlinck(BEL)45"


Après avoir dominé le cyclisme pendant près de 10 ans, une page est définitivement tournée et Eddy annoncera officiellement sa retraite sportive le 18 mai suivant . sweat:{}

Eddy : la course en tête jusqu'à son ultime course  jap:{}  jap:{}  jap:{}  jap:{}  jap:{}

ciji9O947M


cijDCoNieD

n°594420
epicurien
Posté le 05-03-2011 à 13:25:35  profil
 

Toucampa a écrit :



 hello:{}
c'est sûr que le cannibale n'était pas un profiteur qui restait sur le porte-bagages de ses adversaires, il provoquait la course, il attaquait, et pas à 2 kilomètres de l'arrivée quand il y a des barrières des 2 côtés  - melanie - 2

Kemezeke 12-03-1978 ultime course du cannibale. Après s'être démené tout l'hiver pour chercher un sponsor, un nouveau groupe est constitué avec la marque C&A.
Eddy a encore des restes mais le mental ne suit plus, il consulte plusieurs médecins et les analyses sont pourtant bonnes.
Un ressort est cassé, et en ce 12 mars en franchissant la ligne d'arrivée, Eddy dira "c'est fini".Il finira pourtant dans le groupe de tête à quelques secondes du 1er.

1.Frans Van Looy(BEL) 200km en 5h07'
2.Walter Planckaert(BEL)
3.Eric Van De Wiele(BEL)

12.Eddy Merckx(BEL)

15.Willy Teirlinck(BEL)45"


Après avoir dominé le cyclisme pendant près de 10 ans, une page est définitivement tournée et Eddy annoncera officiellement sa retraite sportive le 18 mai suivant . sweat:{}

Eddy : la course en tête jusqu'à son ultime course  jap:{}  jap:{}  jap:{}  jap:{}  jap:{}



 jap:{}  jap:{}

le 18 mai suivant, avec Axel

110305012846804847761347

Le plus grand coureur cycliste de tous les temps annonçait officiellement sa retraite.  sweat:{}  



---------------
Carpe Diem
n°594511
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 07-03-2011 à 04:46:46  profil
 

hello:{}

Deux Maitre du cyclisme à la cipal en 69, course en 3 manche remporté par Anquetil.

cijXlm1oKV


---------------
http://frontosanimo.blog4ever. [...] 07330.html
n°594563
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 08-03-2011 à 04:09:58  profil
 
n°594626
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 09-03-2011 à 19:48:19  profil
 

Tour de Sardaigne 1971 Eddy vainqueur du classement général le 3 mars
quelques jours plus tard Eddy gagnera Paris Nice, et quelques jours plus tard encore Milan San Remo pour la 4ème fois  pt1cable:{}

cijmqlYdAw


n°594678
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 11-03-2011 à 08:48:15  profil
 
n°594693
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 11-03-2011 à 20:39:57  profil
 

frontosa49 a écrit :

[url]http://www.cijoint.fr/cj201103/cij2fDV0It.jpg

[/url]

Eddy en route pour une 2ème victoire d'affilée dans le Giro 1969.
Victime d'une montrueuse machination, Merckx fut écarté de la course à Savone le 1er juin 1969, et faillit ne pas participer au TDF...
Au départ de son 1er TDF, le cannibale se vengea de cette cabale ourdie en Italie en dominant la course comme le fit Coppi en 1949 ou en 1952.

n°594714
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 12-03-2011 à 06:55:16  profil
 
n°594721
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 12-03-2011 à 11:48:05  profil
 

frontosa49 a écrit :

[url]http://www.cijoint.fr/cj201103/cijNtYDrwg.jpg

[/url]

 hello:{}
tu sais dans quelle course a été prise cette photo ?  heink:{}

n°594722
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 12-03-2011 à 12:06:00  profil
 

Printemps 1972

Après avoir gagné son 5ème Milan San Remo, et finit 3ème de Gand Wevelgem, Eddy a connu un refroidissement une semaine avant ce LBL.
Au départ de Liège Bastogne Liège, il se sent bien mais n'est pas vraiment pleinement rassuré sur sa condition physique.
A 45 kilomètres de l'arrivée, ils ne sont plus que 3 en tête : Eddy, Van Springel et Wim Scheppers..
Le trio arrive au pied de la très difficile côte de Stockeu : Eddy attaque très sèchement et continue seul ! Il reste 40 kilomètres et son avance ne cessera d'augmenter.
Sur la ligne, il précédera Scheppers de 2'40", Van Springel atteint de maux de ventre n'atteindra pas Liège.
Quelques jours plus tard, notre cannibale gagnera encore la flèche Wallone, réussissant pleinement son week end Ardennais.
Quelques semaines plus tard, Eddy gagnera son 3ème Giro et encore un peu plus tard son 4ème Tour de France
 jap:{}  jap:{}  jap:{}

cijlv7Kod1

n°594745
bicycle1
Posté le 13-03-2011 à 11:12:56  profil
 

Toucampa a écrit :

Printemps 1972

Après avoir gagné son 5ème Milan San Remo, et finit 3ème de Gand Wevelgem, Eddy a connu un refroidissement une semaine avant ce LBL.
Liège Bastogne Liège ...Eddy attaque très sèchement et continue seul ! Il reste 40 kilomètres et son avance ne cessera d'augmenter.
Sur la ligne, il précédera Scheppers de 2'40"
Quelques jours plus tard, notre cannibale gagnera encore la flèche Wallone, réussissant pleinement son week end Ardennais.
Quelques semaines plus tard, Eddy gagnera son 3ème Giro et encore un peu plus tard son 4ème Tour de France
 jap:{}
[url]http://www.cijoint.fr/cj201103/cijlv7Kod1.jpg

[/url]
 jap:{}

et tout ça en honorant le maillot de champion du monde !!!   jap:{}  jap:{}  jap:{}

n°594783
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 14-03-2011 à 06:14:02  profil
 
n°595043
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 19-03-2011 à 07:42:32  profil
 
n°595126
toctoctoc
Posté le 20-03-2011 à 16:34:54  profil
 

Khalid-Bin-Ali-Bin-Abdullah-al-Tani--Merckx-Eddy--1

n°595171
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 21-03-2011 à 04:48:32  profil
 
n°595278
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 26-03-2011 à 08:25:17  profil
 
n°595329
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 27-03-2011 à 04:29:51  profil
 
n°595389
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 29-03-2011 à 03:42:30  profil
 
n°595424
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 30-03-2011 à 19:47:00  profil
 
n°595442
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 31-03-2011 à 04:47:10  profil
 
n°595726
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 06-04-2011 à 20:27:47  profil
 

hello:{}

en ce 6 avril 1975 Eddy MERCKX réalisa un des plus beaux exploits de sa carrière au Tour des Flandres jap:{}  jap:{}  jap:{}

http://www.youtube.com/watch?v [...] re=related

n°596503
epicurien
Posté le 23-04-2011 à 19:10:08  profil
 


 hello:{}

Une Doyenne chargée d'histoire


Disputée pour la première fois en 1892, Liège-Bastogne-Liège mérite bien son surnom de "Doyenne" des classiques. Depuis, elle a vu les plus grands, de Merckx à Hinault en passant par Kubler, Anquetil ou Kelly, inscrire leur nom à son palmarès. Voici les statistiques essentielles de l'épreuve.

RECORD DE VICTOIRES

Comme pour la plupart des classiques, Eddy Merckx est le recordman absolu des victoires dans Liège-Bastogne-Liège. Le plus grand coureur de l'histoire s'est imposé à cinq reprises dans la Doyenne en l'espace de six ans (1969, 71, 72, 73 et 75).
Derrière l'intouchable belge, on trouve l'Italien Moreno Argentin, grand spécialiste des Ardennaises et vainqueur à quatre reprises, entre 1985 et 1991. Les Belges Léon Houa, Alphonse Schepers et Alfred De Bruyne comptent eux trois succès à leur palmarès. Le Kazakh Alexandre Vinokourov (victorieux en 2005 et 2010), peut intégrer ce cercle fermé dimanche s'il s'impose à nouveau.

VICTOIRES CONSECUTIVES

Depuis la création de l'épreuve en 1892, seuls huit coureurs sont parvenus à s'imposer au moins deux fois de suite. La riche histoire de Liège-Bastogne-Liège comprend trois triplés historiques: celui de Léon Houa d'abord, vainqueur des trois premières éditions entre 1892 et 1894. Il a ensuite fallu attendre plus de trois quarts de siècle pour voir Eddy Merckx réaliser à son tour un triplé mémorable (1971,72 et 73), en plein coeur du "Merckxisme", tant le Belge dominait alors son sport. Le dernier à avoir accompli cet exploit est Moreno Argentin, sacré en 1985, 86 et 87. Mottiat (1921-22), Vermandel (1923-24), Kubler (1951-52), De Bruyne (1958-59) et Bartoli (1996-97) se sont eux imposés deux fois consécutivement. Là encore, Vinokourov, tenant du titre, peut faire partie de ce club dimanche soir.

VICTOIRES PAR PAYS

Belgique: 57 victoires (dont 2 depuis 20 ans)
Italie: 12 victoires (dont 7 sur les 20 dernières années)
Suisse: 6 victoires (dont 3 sur les 20 dernières années)
France: 5 victoires (la dernière en 1980)
Pays-Bas: 3 victoires (la dernière en 1988)
Allemagne: 2 victoires (la dernière en 1979)
Espagne, Irlande, Luxembourg, Kazakhstan: 2 victoires
Danemark, Etats-Unis: 1 victoire
eurosport

 jap:{}  


---------------
Carpe Diem
n°596601
epicurien
Posté le 25-04-2011 à 09:47:04  profil
 

Quand l'Encyclopédie Larousse parle d'Eddy Merckx.

Coureur cycliste belge (Meensel-Kiezegem, Brabant flamand, 1945).

Le palmarès de Merckx comporte presque toutes les épreuves majeures du calendrier cycliste international et explique le surnom de « Cannibale » que la chronique sportive lui octroya en son temps.

Coureur très complet, c'est le champion cycliste le plus titré de tous les temps, l'homme aux 525 victoires. Il a remporté cinq Tours de France (1969, 1970, 1971, 1972, 1974), cinq Tours d'Italie (1968, 1970, 1972, 1973, 1974), un Tour d'Espagne (1973), devenant ainsi le deuxième coureur cycliste, après Jacques Anquetil, à remporter les trois grands tours.

Sa suprématie s'est exprimée également dans les courses classiques puisqu'il a gagné sept fois Milan-San Remo (1966, 1967, 1969, 1971, 1972, 1975, 1976), cinq fois Liège-Bastogne-Liège (1969, 1971, 1972, 1973, 1975), trois fois la Flèche wallonne (1967, 1970, 1972), Paris-Roubaix (1968, 1970, 1973) et le championnat du Monde (1967, 1971, 1974), deux fois le Tour des Flandres (1969, 1975) et le Tour de Lombardie (1971, 1972), après avoir révélé ses aptitudes dans les classiques belges en remportant Gand-Wevelgem en 1967, à 21 ans.

En 1974, il est le premier coureur à réussir le triplé Tour d'Italie-Tour de France-Championnat du monde.

Enfin, en 1972, à Mexico, il a pulvérisé le record mondial de l'heure, l'élevant à 49,431 km (battu seulement en 1984).

Ce coureur plein de panache n'hésitait jamais à attaquer : lors du Tour de France de 1969, alors qu'il portait déjà le maillot jaune, il effectua une échappée en solitaire longue de 140 km dans les Pyrénées, franchissant en tête le col du Tourmalet, le Soulor et l'Aubisque, en reléguant ses principaux adversaires, parmi lesquels figuraient Raymond Poulidor et Felice Gimondi, à plus d'un quart d'heure. Sa fin de saison 1972 fut exceptionnelle : il remporta à la suite le Tour d'Émilie, le Tour du Piémont, le Tour de Lombardie et le Trophée Baracchi, battant aussi le record de l'heure, à Mexico. (cyclisme.)

 jap:{}  

http://www.larousse.fr/encyclo [...] ckx/132793


---------------
Carpe Diem
n°596619
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 25-04-2011 à 10:50:07  profil
 

epicurien a écrit :

Quand l'Encyclopédie Larousse parle d'Eddy Merckx.

Coureur cycliste belge (Meensel-Kiezegem, Brabant flamand, 1945).

Le palmarès de Merckx comporte presque toutes les épreuves majeures du calendrier cycliste international et explique le surnom de « Cannibale » que la chronique sportive lui octroya en son temps.

Coureur très complet, c'est le champion cycliste le plus titré de tous les temps, l'homme aux 525 victoires. Il a remporté cinq Tours de France (1969, 1970, 1971, 1972, 1974), cinq Tours d'Italie (1968, 1970, 1972, 1973, 1974), un Tour d'Espagne (1973), devenant ainsi le deuxième coureur cycliste, après Jacques Anquetil, à remporter les trois grands tours.

Sa suprématie s'est exprimée également dans les courses classiques puisqu'il a gagné sept fois Milan-San Remo (1966, 1967, 1969, 1971, 1972, 1975, 1976), cinq fois Liège-Bastogne-Liège (1969, 1971, 1972, 1973, 1975), trois fois la Flèche wallonne (1967, 1970, 1972), Paris-Roubaix (1968, 1970, 1973) et le championnat du Monde (1967, 1971, 1974), deux fois le Tour des Flandres (1969, 1975) et le Tour de Lombardie (1971, 1972), après avoir révélé ses aptitudes dans les classiques belges en remportant Gand-Wevelgem en 1967, à 21 ans.

En 1974, il est le premier coureur à réussir le triplé Tour d'Italie-Tour de France-Championnat du monde.

Enfin, en 1972, à Mexico, il a pulvérisé le record mondial de l'heure, l'élevant à 49,431 km (battu seulement en 1984).

Ce coureur plein de panache n'hésitait jamais à attaquer : lors du Tour de France de 1969, alors qu'il portait déjà le maillot jaune, il effectua une échappée en solitaire longue de 140 km dans les Pyrénées, franchissant en tête le col du Tourmalet, le Soulor et l'Aubisque, en reléguant ses principaux adversaires, parmi lesquels figuraient Raymond Poulidor et Felice Gimondi, à plus d'un quart d'heure. Sa fin de saison 1972 fut exceptionnelle : il remporta à la suite le Tour d'Émilie, le Tour du Piémont, le Tour de Lombardie et le Trophée Baracchi, battant aussi le record de l'heure, à Mexico. (cyclisme.)

 jap:{}  

http://www.larousse.fr/encyclo [...] ckx/132793



c'est sûr qu'on est loin des spécialistes de Juillet
 jap:{}  jap:{}  jap:{}

n°596621
epicurien
Posté le 25-04-2011 à 12:04:58  profil
 

Toucampa a écrit :



c'est sûr qu'on est loin des spécialistes de Juillet
 jap:{}  jap:{}  jap:{}



 hello:{}    jap:{}

Heureusement pour nous et les anciens, il n'ont pas été trop nombreux (seuls quelques dopés adeptes de l'oreillette et de la calculette !)

La saison est heureusement plus riche que ne l'est le seul mois de juillet...


---------------
Carpe Diem
n°596628
epicurien
Posté le 25-04-2011 à 15:15:15  profil
 

epicurien a écrit :



 hello:{}    jap:{}

Heureusement pour nous et les anciens, il n'ont pas été trop nombreux (seuls quelques dopés adeptes de l'oreillette et de la calculette !)

La saison est heureusement plus riche que ne l'est le seul mois de juillet...




illustration :   ;)

Le cyclisme belge a dominé la campagne des classiques du printemps en remportant six des sept courses, un résultat qu'il n'avait plus obtenu depuis 1976 à l'époque d'Eddy Merckx.

(Sur les sept courses d'un jour cataloguées classiques, cinq se disputent sur une distance dépassant les 250 kilomètres. Gand-Wevelgem et la Flèche Wallonne sont plafonnées à environ 200 kilomètres)

Les vainqueurs des classiques du printemps 2011:  
Milan-San Remo (19 mars): Matthew Goss (AUS/HTC)
Gand-Wevelgem (27 mars): Tom Boonen (BEL/Quick Step)
Tour des Flandres (3 avril): Nick Nuyens (BEL/Saxo Bank)
Paris-Roubaix (10 avril): Johan Vansummeren (BEL/Garmin)
Amstel Gold Race (17 avril): Philippe Gilbert (BEL/Omega Pharma)
Flèche Wallonne (20 avril): Philippe Gilbert
Liège-Bastogne-Liège (24 avril): Philippe Gilbert


 jap:{}


---------------
Carpe Diem
n°596651
Anti Feici​e
Dura lex, sed lex!
Posté le 25-04-2011 à 19:11:19  profil
 

Peut-être serait-il temps de jeter un autre regard sur Philippe Gibert!
Sans contestation, un grand coureur de courses d'un jour! Dans les courses à étapes, nettement moins bon!
Alors vouloir le comparer à Mr Eddy, il y a un blème!! Certains ont osé!
Les mêmes sans aucun doute, qui tentent de faire oublier leur inféodation au plus grand tricheur de l'histoire du vélo!!!

A  l'heure actuelle, les coureurs, plus ou moins motivés par leur staff, se focalisent  sur leurs probalilités!
Nous sommes loin du cyclisme où (sans oreillettes), les grands qu'ils soient Bartali, Coppi, Bobet, Anquetil, Merckx, Hinault, voire même avec quelques questions en suspens, Miguel Indurain, ne se préoccupaient pas d'autre chose que leur boulot, leur carrière!

Les classiques de printemps ne sont pas des "coursettes", le mot de coursettes étant plus réservé a certaines innovations de l'UCI, dans les sables ou en "Amsud!!!
Voilà encore un post qui ne va pas plaire à quelques adoradeurs d'une ombre sulfureuse!
Comme il parait que ces gens là font la loi sur les forums, je me marre en pensant aux 'Marie, couche-toi-là" des forums!
Bonjour chez vous!
lol:{}  lol:{}  lol:{}


---------------
L'intuition est à la connaissance ce que la canne blanche est à l'aveugle (Jérôme Touzalin)
 Page :   1  2  3  4  5  ..  124  125  126  ..  172  173  174  175  176  177

Aller à :